Petit blanc

Nos certitudes imbéciles nous transforment en objets offerts aux plus sordides manipulations.

Vous avez les grands belges, les moyens belges, les petits belges… les grands belges sont ceux qui mesurent plus de 1,90m… Au 41ème Ordonnance, Ecole d’officiers de Tournai, trois grands belges marchaient d’un pas martial en tête du peloton COR… Alain Génicot, Thierry Eeman, Jean-Claude Logé…

Petit blanc

Voilà pour les grands belges… les belges moyens ce sont les ‘gens’ dont la vie est entre les mains de nos ventilateurs politiques ou syndicaux… Reste le ‘petit belge’ ou ‘petit blanc’ comme on dit ici en Afrique.

J’ai appris l’expression grâce à mon ami Fred, le patron propriétaire du ‘Bar de la Mer’ à Cabrousse… Nous avons découvert cet endroit magique au bord de l’océan car, hors saison, tout est fermé dans notre paradis… Même le ‘Régal’ de notre ami Adrien a fermé boutique considérant que trois-quatre couverts de la famille Coco étaient insuffisants pour équilibrer ses comptes déficitaires… ce n’est pas très élégant mais il a fallu s’incliner devant la dure réalité… un fait reste un fait.

Dans tout malheur, il y a opportunité… c’est ainsi que nous avons donc découvert le Bar de la Mer, hôtel restaurant pieds dans l’eau avec poissonnerie en life… Fred, le patron, prête des planches sur lesquelles de courageux pêcheurs partent au large pour nous ramener… ‘Capitaines’, ‘Thiofs’, ‘Barracudas’… d’une fraîcheur indiscutable… On les achète au pêcheur, juste sortis de l’océan.

La viande locale est tellement mauvaise que l’Imam atonique s’est définitivement mis au poisson, grillé ou panné, petite sauce aïoli… Listel, Estandon, Cheney, Syrah, rosés frais, accompagnent ces agapes halieutiques… Sans oublier la soupe de poissons qui vaut largement celles de la belle Côte d’Azur…

Fred a tout le temps, hors-saison, de bavarder avec nous… Ce bourlingueur africain connaît tout du Sénégal… c’est une expérience précieuse pour nous, outre sa philosophie de vie que nous partageons globalement.

C’est Fred qui nous a expliqué la notion de ‘petit blanc’ dont il a une vision précise… le ‘petit blanc’ c’est un mec qui vient au Sénégal jouer au raciste opulent alors qu’il n’est en Europe qu’un pauvre raté…

L’arrogance de ces cons est insupportable… on se croirait revenu aux temps de la colonie dans ses pires composantes… négociations sordides, mépris des lois, avarice maladive, alcoolisme stupéfiant, sexualité crapuleuse, personnel pas ou mal payé, non-déclaré, traité comme des chiens errants, covoiturage payant à 0,20 euros pour s’offrir les deux premiers pastis frelatés… Bref des ‘petits blancs’… juste infréquentables.

Nous ne les fréquentons d’ailleurs jamais… comme ils ne visitent pas nos gargotes, nous leur abandonnons volontiers leurs bouges… ‘Ambassade de France’, ‘Biarritz’, ‘Case Bambou’, ‘Pizzerias’… On y boit le ‘Pastis Sénégalais’, le ‘Vin de Palme’… on y mange un ‘Plat de riz’ pour un euro… on y consomme la Ganja, la blanche de Guinée Bissau… on y raconte n’importe quoi sur les absents.

Les dernières rumeurs de ces hordes de connards sont que nous vivrions sur de riches subsides de l’Etat Belge, destinés à aider notre ONG dans ses actions philanthropiques…

Nous garderions cette manne gouvernementale pour nous seuls… Notre école maternelle de Cabrousse serait une antenne de notre trafic d’enfants vers de riches européens… si nous distribuons des bonbons… ‘Togals’… sur la route, c’est parce que nous sommes pédophiles… tout le monde sait que les petits enfants ne doivent jamais accepter des bonbons offerts par des inconnus… Dutroux, à l’aide…

Jusque-là tout irait bien… Nous avons heureusement nos réseaux pour rectifier ces imbécilités d’ivrognes imbibés… là où cela ne va plus du tout c’est quand ces cons dévastent les dunes pour ne pas payer le sable nécessaire à la construction de leurs baraques de merde…

Il est strictement interdit au Sénégal d’utiliser le sable du domaine maritime pour la construction… Il faut utiliser le sable provenant d’une carrière… le sable de dunes ne vaut d’ailleurs rien pour construire… il est trop gros, chargé en sel… mais il est gratuit… tandis que le sable de carrière coûte un peu d’argent…

C’est trop cher pour les ‘petits blancs’… Ils obligent leurs ouvriers noirs à démolir les dunes qui nous défendent de l’océan… ‘C’est interdit… je m’en fous… tu fais ce que je te dis ou tu dégages’… comme les blacks ont faim, ils font ce qu’ordonnent les ‘petits blancs’…

On brûle la forêt, on déboise, on fragilise les dunes, on ouvre des passages vers les plages, on trace des pistes inutiles… un désastre écologique doublé d’un réel danger pour les habitations existantes… la station balnéaire de Saly rêve de ses plages disparues… ses hôtels ferment les uns après les autres, envahis par l’océan.

La bêtise des ‘petits blancs’ ne connaît pas de limites… le contrôle est nul ou acheté… ces hors-la-loi feraient mieux de rester chez eux… mais chez eux, ils ne seraient plus que des pauvres alors qu’ici ils peuvent encore s’inventer un masque d’importance… la misère européenne reste une opulence africaine… même ivres morts, ces cons l’ont bien compris… Nous aussi…

Dans tout le Cap Skirring, il n’y a au maximum qu’une bonne trentaine de personnes, blanches ou noires, qui méritent notre amitié, notre confiance… une confiance qui se gagne, qui ne se donne plus… une confiance qui doit encore se vérifier dans la durée… l’ami d’aujourd’hui peut devenir le pire ennemi hargneux de demain.

Venez au Sénégal si vous aimez vivre en exemplarité, en sobriété, en harmonie avec la nature de ce beau pays… Ne venez pas ici pour le massacrer, une fois encore, pour réveiller les plus mauvais souvenirs du passé… Il faut gagner son Sénégal… pas l’exploiter avec de fausses bonnes intentions…

On ne vient pas ici faire fortune sur le dos de la misère… il faudrait aider la misère à faire fortune… mais je sombre dans une rêverie utopique… de belles images pour enfants innocents… il doit être l’heure de dormir,

Don Quichotte, ce n’était qu’un mirage…

Un seigneur meurt dans son utopie, un ‘petit blanc’ meurt dans sa crasse.


(*article initialement publié sur Facebook le 10-10-2015)

 

Laisser un commentaire