Le Cocon de Cabrousse

Je vais vous faire une confidence… ne le répétez à personne… le véritable bonheur est dans les petits bonheurs que nous donnons aux autres… pensez-y en ces jours de fêtes… pourquoi ne pas économiser sur la gabegie qui sera évidemment la nôtre…

Le Cocon de Cabrousse2

Donnons, donnons, donnons… sans autre espoir que le sourire d’un enfant que nous aurions pris par la main… la joie de donner du bonheur à ces merveilles d’innocence enfantine, ces sourires en confiance, des enfants qui n’attendent plus rien de personne… vous ne vous sentirez jamais aussi bien… je vous en réponds.

Un jour, c’est certain, je retournerai en Afrique, dans cette Casamance que j’ai tant aimée… Vous viendrez peut-être m’y rejoindre dans la Résidence de l’Imam Atonique qui vous y invitera… Nous irions ensemble visiter le ‘Cocon de Cabrousse’… cet orphelinat magnifique que nous développerions avec Michel Duffour, un saint homme-laïc…

32 enfants éduqués, sauvés de la violence, de la malnutrition, sevrés d’amour que leur rendent des bénévoles admirables sous la houlette de Michel… 32 enfants, c’est bien, mais nous pourrions en avoir tellement plus… 64 ou 96 ? Pourquoi pas 128 ?

Vous n’en sortiriez pas indemnes mais transformés, meilleurs, comme je le suis devenu moi-même depuis que la vie m’a littéralement passé à tabac… Merci à la vie qui me redonne une dernière chance de me racheter une conduite, de polir une image altérée par mon aveuglement… je ne regrette rien car il fallait me construire d’abord moi-même avant de prétendre aider les autres à vivre plus dignement.

Mon projet de fin de vie est devenu lumineux… un éclair foudroyant qui traverserait un ciel noir d’orage… un arc-en-ciel dans un ciel bleu après un déluge de pluie… les enfants vous attendent comme ils m’attendent… il ne sera pas dit que nous les aurions oubliés.

J’ai besoin de votre soutien financier comme vous avez besoin de mon expérience du terrain Casamançais… Ensemble, nous pouvons faire des miracles, des petits miracles utiles à notre échelle… On parle de quelques dizaines de milliers d’euros, pas de ces milliards d’euros dépensés en frais généraux par des organisations caritatives complètement inefficaces en proximité… pas d’aide alimentaire confisquée par des mercantiles… pas de camps de concentration pour migrants.

 


(*article initialement publié sur Facebook le 20-12-2016)

Laisser un commentaire