Le travail

Le travailLe travail n’est une alternative crédible que dans la mesure où vous l’exercez par plaisir… lorsque le travail devient une punition, il faut pouvoir l’abandonner de toute urgence pour ne pas sombrer dans la dépression… je dis bien… ‘pouvoir’ l’abandonner’… car tout le problème est là… on ne compte plus le nombre d’êtres humains obligés d’accomplir des travaux d’esclaves sans rien pouvoir y changer tant ils en ont besoin pour juste survivre…

C’est le cas dans la plupart des pays en voie de développement, particulièrement en Afrique où la misère du peuple est indescriptible…

Pire encore que la misère, quand je passais dans un village africain, était de constater l’absence totale d’une quelconque perspective d’un avenir meilleur… on s’assied sur rien, on ne regarde rien, on ne parle de rien, on ne mange rien, on ne pense à rien…

On tue le temps qui passe en espérant que Jésus ou Allah, daignent un jour se pencher sur votre sort misérable… ce n’est pas une vie humaine mais un néant entre deux autres néants.

Tout cela est consternant aux yeux d’un Imam Atonique, en fin de parcours, qui n’a jamais fait autre chose que ce qu’il aimait faire dans des conditions extrêmement confortables… Que doit faire l’Afrique pour sortir du gouffre ?  La question d’un ami virtuel sénégalais, Ababacar Diop, qui soutient m’avoir rencontré une fois alors que je ne me souviens pas de lui…

Il est vrai qu’avec ma grande taille, la puissance de ma voix, ma manière extravertie de chercher le contact, d’occuper le terrain, de remuer de l’air, on se souvient généralement de Coco ce qui n’est pas nécessairement mon cas vis-à-vis des autres… ce n’est pas de l’arrogance, juste un constat déplorable que je vis fréquemment.

Sortir l’Afrique du gouffre est un travail gigantesque qui prendra des dizaines d’années, peut-être même des siècles… avec des dizaines de générations sacrifiées… c’est horrible à dire mais ce n’est que la triste réalité qui nourrit mon pessimisme, au moins pour ce qui reste de ma vie…

Ami Diop, ce ne sera plus mon problème et, probablement, plus le tien… Je sais très bien qu’on ne construit pas grand-chose avec mon pessimisme mais quels éléments crédibles aurais-je pour nourrir honnêtement ton optimisme ?  Si tu préfères écouter des balivernes, il te suffit d’écouter vos politiques, vos médias infantiles, vos marabouts débiles, vos religieux délirants…


(*article initialement publié sur Facebook le 26-07-2016)

Laisser un commentaire