Vercingétorix

VercingétorixL’événement du jour est évidemment la publication de cette nouvelle liste nobiliaire, promotion 2015, qui réjouit le cœur des belges attachés à la cervoise liégeoise comme à ses nobles familles ancestrales… Ne perdons jamais de vue que c’est en Gaule que fut inventée la potion magique qui faisait avouer sombrement au grand Jules César… ‘De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves’.

César, ce fossoyeur des principes républicains, voyait clair… il n’a pas confondu notre célèbre Ambiorix, nos redoutables Eburons, avec ce Vercingétorix, Roi des Arvernes en région de Clermont Ferrand…

Nos Eburons, devenus flamands, étaient commandés par notre ancêtre Ambiorix Van Tongeren, ville de l’excellente chaussure du même nom, qui emmaillotait les petons de nos belges courageux pour botter le cul des envahisseurs romains.

Vercingétorix, lui, s’était enfermé dans Alesia, assiégée par les légions romaines de Jules, insensible, cruel… Il fut lentement affamé au point de devoir se livrer à son vainqueur pour épargner la vie de ses troupes chevelues, décrites comme de grands blonds aux yeux bleus… Tiens, tiens…

Mal lui en pris car il fut enchaîné en trophée derrière le char du triomphe tandis que ses terroristes furent vendus comme esclaves… De lourdes chaînes pour Vercingétorix exhibé comme une bête féroce sous les cris haineux des matrones romaines, les crachats, les vidanges de pots de chambre…

Jeté dans un cul de basse-fosse, le malheureux aurait ensuite été garrotté, exposé sur l’escalier des Gémonies, jeté au Tibre, le cloaque puant qui traversait la Rome antique

On imagine mal aujourd’hui les humiliations du gaulois vaincu, sauvé de l’oubli par Napoléon III en souvenir de son oncle qui, lui aussi, avait subi les abaissements de la perfide Albion…

Ils n’hésitèrent pas à transformer sa dernière demeure en ferme-étable, refusant la moindre inscription sur sa tombe au titre que ses derniers fidèles exigeaient la mention… ‘Empereur Napoléon Bonaparte’… sur la dalle recouvrant le caveau de la gloire…

Mesquinerie, sournoiserie, médiocrité resteront à jamais mes identifiants pour ces insulaires damnés… Le petit Bonaparte, famille généreuse en titres et médailles, n’a pourtant pas voulu faire Vercingétorix ‘Duc de Dijon’ ou ‘Prince d’Alesia’.

Ambiorix ne             connaîtra pas le sort funeste de Vercingétorix… refugié au milieu des forêts ardennaises, il réussit à s’enfuir, échappant à César qui ne le revit jamais… Tout fut incendié, rasé, pillé, volé, violé pour que le chef des Eburons Van Tongeren comprenne quelle était sa place… La statue d’Ambiorix trône aujourd’hui fièrement au centre de la Grand Place de sa ville dont il n’a pas été fait ‘Prins Van Tongeren’… Allez comprendre.

Johannes Nolet, docteur honoris causa de Leuven, a célébré ses exploits en néerlandais dans cinq chants poétiques qui connurent un grand succès en 1841 avant de sombrer dans l’oubli…

Quand je passe à Tongres, je me recueille, avec émotion, devant la statue de ce père fondateur avec qui j’aimerais partager une cannette liégeoise ou un genièvre hollandais de la famille Nolet.

Quand je pense qu’Ambiorix est juste effleuré dans le programme scolaire de Madame Milquet… que ce grand résistant n’a jamais été fait ni prince, ni vicomte, ni comte, ni baron… Chevalier, il l’aurait évidemment refusé… Comment voulez-vous que je m’extasie pour la Baronne Amélie Nothomb ou le Baron Herman Van Rompuy ?

Amélie m’a un peu amusé au début de ses aventures japonaises… Depuis lors, j’ai abandonné cette littérature de gare, à répétition… Herman Van Rompuy symbolise ce charme flamand, le charisme de la borne autoroutière, avec une superbe tronche de cake sur une photo innommable, choisie par un expert de la communication… Les autres, je ne les connais pas… Je n’en pense donc que du bien.

Oublions les Chevaliers qui font sourire la vieille garde… c’est presque une insulte… Penchons-nous plutôt sur ces jeunes Barons… Tous, solides calotins, dans les filières classiques… FEB, UWE, Opus Dei, Charismatiques, Mécènes de la Fondation Roi Baudouin, de la Chapelle Reine Elisabeth…

Pauvre Chapelle de 1939, à l’architecture délicate de Monsieur Renchon, massacrée par le jeune Comte Bernard de Launoit dans un projet pompeusement baptisé… ‘New Building’… on ne l’aurait pas remarqué.

Le jeune Comte voulait associer le nom de sa noble famille gothique à celui de la Reine Elisabeth, amie d’Eugène Ysaÿe, de Yehudi Menuhin… Le building fut donc baptisé avec grande discrétion… ‘Aile Comte Jean-Pierre de Launoit’…

Rassurez-vous, le jeune Comte héréditaire n’a pas encore rebaptisé l’ancienne Chapelle Musicale de notre originale Reine Elisabeth… Nous restent nos yeux pour pleurer devant ce massacre urbanistique, en espérant que les qualités acoustiques exceptionnelles du bunker de verre nous aideront à en oublier la laideur.

A la décharge du jeune Comte, c’était son grand-père Paul De Launoit, encore grand ‘De’ à l’époque, pas encore Comte à titre héréditaire, mais déjà fort riche industriel de la sidérurgie… il était au fond le Baron Albert Frère des années 1930.

Paul De Launoit fut le gestionnaire avisé de la fortune d’Albert 1er comme de celle de Léopold III… il fut aussi l’actionnaire majoritaire du ‘Pays Réel’ de Léon Degrelle qu’il finançait volontiers, en bon catholique, un brin facho.

Bref, c’est Paul De Launoit qui avait donné la parcelle de terrain à la Reine Elisabeth pour réaliser son projet de Chapelle Musicale dans le somptueux domaine d’Argenteuil qui lui appartenait…

Gravir les échelons de la hiérarchie nobiliaire demande de ces générosités ciblées, la prestation de menus services dont on devrait se souvenir un jour… A Argenteuil, les De Launoit sont donc encore un peu chez eux… Qu’ils y fassent alors ce qu’ils en veulent… On se dispensera simplement d’y retourner.

Quand je pense que ce ‘Manager Culturel’, ‘Pluridisciplinaire’… Dixit ‘Le Soir’… a failli mettre la main sur le Royal Léopold Club pour une vaste opération immobilière, je frémis d’horreur à la seule idée de ce qu’il en serait advenu…

Heureusement, la révolte a été générale, totale, pour sauver cet autre paradis qu’il s’apprêtait à détruire… Que Aton nous protège de ces barbares mélomanes mondains.

Nicolas Joachim, vieil alcoolique que je fréquente comme voisin d’étage dans mon ancien domicile bruxellois, me lance l’attaque qui tue… ‘Tu es jaloux’… Ce type est donc fou même quand il ne boit pas avec moi…

Il s’agit là d’une réelle provocation… Faquin, maître juré filou, sachez que né… Logé de Saint Léger, Marquis de la Grange… j’ai volontairement réduit ces longueurs absurdes pour un bref ‘Logé’ qui claque comme un fouet dans le vent de la bêtise généralisée.

La noblesse fraîche s’achète comme le reste.


(*article initialement publié sur Facebook le 18-07-2015)

Laisser un commentaire