Despotisme éclairé

Despotisme éclairéRelisez le naïf Rousseau, le rusé Voltaire… le despotisme éclairé de Voltaire reste bien la seule formule possible pour les masses d’abrutis, religieux, superstitieux, imbibés de certitudes tribales ou animistes, toutes plus stupides les unes que les autres…

La grande démocratie égyptienne nous donne un bel exemple de despotisme éclairé après avoir balancé Morsi, élu très démocratique, pour faire place à un militaire, jamais élu, un Sissi tellement plus pragmatique…

Une fois pour toute que l’on cesse de nous laminer les couilles avec des conneries qui nous arrangent pour mieux corrompre et piller les richesses des pauvres au seul profit de l’axe du bien.

Il ne suffit pas de répéter mille fois une connerie pour en faire un dogme de foi… laissons cette technique éprouvée à la Très Sainte Eglise Catholique Romaine qui formule les dogmes les plus invraisemblables depuis vingt siècles, infaillibilité papale, virginité d’une mère d’un dieu, indulgence plénière, un palais des cotillons pour des zozos hallucinés qui avalent cette purée, qui en redemandent…

Joseph Goebbels, génie nazi de la communication, étudiait attentivement les fariboles de Saint Paul de Tarse, étalées dans ses épîtres, ses lettres pastorales illisibles adressées à des amis lointains… Joseph, comme Paul, a vite compris que plus c’était gros, mieux cela passait…

On a beau nous présenter Goebbels aujourd’hui comme un débile mental illuminé, on n’a jamais fait mieux en matière de communication depuis l’avorton de dieu aveuglé sur le chemin de Damas…

On est, bien entendu, chez les fous furieux mais les techniques de manipulation sont exactement les mêmes… elles sont juste techniquement plus sophistiqués… MOSSAD, CIA, KGB, DGSE copient lamentablement les deux grands mais ils ne font guère mieux.

Que demandent les peuples pauvres, affamés ? On aurait donc tout oublié ? Lorsque les nobles et les curés ont été guillotinés en 1789, nous n’étions que des bourgeois révoltés… oublié ?  Liberté, Egalité, Fraternité… oublié ? Le problème est bien là… le peuple veut juste manger, se marier, forniquer, fonder famille, éduquer ses enfants, s’éclairer, se laver, croire en n’importe quoi, s’amuser, regarder la télé, dialoguer sur Facebook, cultiver candidement son potager…

Ce serait trop demander ? Les peuples n’en ont rien à foutre du pétrole, cuivre, uranium, or, diamant, bois, huile de palme, cacao et cacahuètes… Les richesses naturelles sont toutes synonymes de malédictions pour les peuples exploités…

Ne parlons surtout plus de démocratie… c’est quoi la démocratie ? Ils ne demandent pas la démocratie… juste la liberté de vivre manger et respirer, l’égalité des droits devant une justice habituellement corrompue, la fraternité qui est probablement la première valeur des pauvres.

Les riches sont égoïstes, égotiques, gredins, rapaces, corrupteurs, derrière les murs, hérissés de barbelés, de leurs grosses villas où ils trament leurs combines…

Après avoir conquis l’argent et le pouvoir, ils veulent aussi les honneurs, les médailles de pacotille, les grotesques titres nobiliaires… Les pauvres sont ouverts, solidaires, sans plus aucunes illusions sur les rares largesses des fauves affamés, jamais repus.

Où restent ces despotes éclairés ? Pierre, Catherine, Frédéric, Louis, Napoléon… ces hommes de biens, qui se contentaient de quelques millions d’euros, déposés ouvertement chez UBS ou HSBC, avant de se consacrer ensuite au réel bien-être de leurs peuples aimants…

A quoi servent ces montagnes de milliards détournés, cachés sous les matelas, rangés dans des bahuts de cuisines, enterrés dans les parcs aux pieds des fromagers ombrageux ou des majestueux baobabs.

S’enrichir raisonnablement, pourquoi pas ? C’est acceptable… S’engraisser au point d’exploser ? Pour qui, pour quoi ? Lorsqu’on allongera ces milliardaires dans la tombe, couverts de liasses de dollars détournés, volés, dissimulés… même pas sûr qu’Hades accepte ce vulgaire papier-cul américain, imprimé à la hâte à Fort Knox, pour traverser les eaux brumeuses de l’Acheron.

Il est à propos que le peuple soit guidé, non pas qu’il soit instruit (Voltaire 1.1)


*initialement publié sur Facebook, le 30-03-2015

Laisser un commentaire