Ils ne savent pas nager

Ils ne savent pas nagerDepuis l’an 2000, ce sont 23.000 morts, disparus en Méditerranée, dans des naufrages de barquettes, de vieux rafiots rafistolés par des passeurs criminels dont la mort est devenue le métier…

Le passage coûte quand même entre 10.000 et 15.000 euros… ce n’est pas donné pour un dernier voyage ‘all exclusive’… Rien à manger, rien à boire, promiscuité étouffante, ne parlons même pas de l’hygiène inexistante… les mecs vous envoient à une mort certaine sans le moindre état d’âme.

Le cœur du trafic, c’est ce qui fut la Lybie qui n’est plus qu’une zone de non-droit depuis l’assassinat du délicieux Mouammar Kadhafi… Ce type avait tous les défauts mais il nous avait avertis… Kadhafi tenait le Sahel d’une main de fer… lui parti, ce fut la déroute…

Une fois encore, nous n’avions rien compris… il nous l’avait dit, il nous avait prévenu, la menace était réelle… voilà qu’elle se réalise alors qu’il n’est plus là pour maîtriser l’exode.

Vous devriez aller racheter le bouquin de Jean Raspail… ‘Le Camp des Saints’… c’était exactement le sujet de son roman visionnaire en 1973, sauf que l’invasion africaine se passait dans le midi de la France… heureusement pour la France, elle est loin des côtes africaines…

A lire aussi le… ‘Soumission’… de Houellebecq, évidemment… mais là, c’est plutôt le stade suivant.

Les migrants qui survivent sont accueillis d’abord en Italie puis dans nos campings qui ressemblent, à s’y méprendre à des camps de concentration allemands, sans les fours…

Indignité humaine, misère, solitude, tristesse, souffrance, désespoir… voilà ce que nous offrons à ces malheureux, hagards, qui prenaient l’Europe pour un paradis… nous leur offrons l’enfer et la vie… l’Afrique ne leur offrait plus que l’enfer et la mort.

Je vous signale qu’en Afrique, il est bien rare de trouver quelqu’un qui sache nager… même les pêcheurs sur leurs pirogues ne savent généralement pas nager… nous avions voulu leur donner des cours de natation… il n’y a pas preneur… ils ont peur de l’eau… il faut une certaine inconscience pour monter dans une pirogue surchargée, affronter la grande bleue qui est une des mers les plus méchantes du monde quand elle est de mauvaise humeur.

Qu’avons-nous fait pour mériter un tel désastre ? Peu de chose, voire rien du tout, sauf envoyer nos soldats, une tragédie de l’humanité… balancer nos bombes avec des F-16, F-35, Mirages, Rafales… Les dépenses militaires de nos guerres ‘chirurgicales’ sont devenues insensées… ce n’est pas étonnant… les délires mégalos-maniaques sont des danseuses coûteuses et les militaires adorent les danseuses quand ils ne les payent pas.

Ce qui reste étonnant, c’est cette obstination à préférer les bombes à l’investissement dans la sédentarisation heureuse des peuples… les politiques coloniales ont été des échecs cuisants avec des indépendances bâclées… nous n’avons laissé derrière nous que de la précarité, de la misère en prenant grand soin de corrompre une maigre élite chargée de surveiller la sécurité de nos pillages.

Les richesses africaines nous profitent sans jamais profiter aux populations locales pour qui elles ne sont qu’une malédiction supplémentaire…

Nous soutenons des bouffons comme Bokassa, Kabila, Kagamé qui assassinent calmement leurs concitoyens… nous éliminons ou affaiblissons ceux qui pourraient nuire à nos intérêts comme Lumumba, Gbagbo, Bemba, Katumbi, récalcitrants ou pas assez obéissants.

Au lieu de faire la guerre à coup de milliards d’euros, pourquoi ne pas investir massivement, avec eux, dans l’éducation, l’électrification, les communications, l’eau potable, la santé, l’agriculture…

L’Afrique c’est de l’or en barre, tout pousse sous le soleil africain, le sous-sol contient toutes les richesses, la mer tous les poissons… Pourquoi les peuples africains crèvent-ils alors dans l’obscurité, la faim, les maladies, le manque d’hygiène, l’analphabétisme…

Il est exact que des milliards ont été dépensés en pure perte, disparus dans les circuits opaques d’une nomenklatura cupide qui reste notre interlocutrice préférée…

Utopie ? Ok… alors laissez donc venir à nous les petits bateaux… demain, ils seront des milliers de petits navires qui n’avaient jamais navigués… nous ne saurons plus quoi en faire sauf à les regarder se noyer ou organiser le massacre à la réception…

Les minutes de silence, les marches blanches, les réunions internationales, les belles déclarations, les prières du Pape, des Imams, des Rabbins n’y changeront plus rien… l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Une chose est certaine… nous ne pourrons pas longtemps parquer ces migrants comme à Calais ou en Italie… c’est une honte insupportable et les européens ne la supporteront pas… des hommes comme Chevènement et Borloo sont amers devant les faits…

Oublions les fariboles d’un Bernard Kouchner avec ses sacs de riz en Somalie et sa compassion humanitaire à deux balles… c’est l’image même de ce qu’il ne faut pas faire sauf à sombrer dans un bourbier tragique.

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. (Gandhi 1.1)


(*article initialement publié sur Facebook le 22-04-2015)

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire