Ebola

Un cas d’Ebola ce matin au Sénégal, transfuge de la Guinée juste avant la fermeture des frontières Sénégalaises, déjà isolé à l’hôpital de Dakar… J’entends déjà l’affolement en Europe et les conséquences dévastatrices sur le tourisme dont le pauvre Sénégal a tellement besoin.

La Ministre de la Santé au Sénégal est une femme absolument remarquable que j’ai rencontrée, ancienne présidente de l’OMS… la connaissant, je n’ai aucune crainte sur cet accident sans lendemain.

D’ailleurs l’épidémie Ebola se nourrit de la pauvreté, du manque d’hygiène, des traditions funéraires locales. Les Européens qui vivent à l’Européenne n’ont strictement rien à craindre.

L’Afrique n’en demandait pas tant…. Ebola en plus. L’Afrique est malade de sa réunionite aigüe sur tous les sujets…. Un blabla permanent, une ventilation verbale sans la moindre action concrète sur le terrain…des budgets immédiatement détournés, dévorés par les petits potentats locaux dans des séminaires, conventions, sommets, meetings, de préférence en Europe en hôtels cinq étoiles bien sûr en débarquant des ‘Business Class’ mises gracieusement à disposition par les compagnies aériennes européennes pour acheter leurs monopoles aériens, les quantités de sièges, les droits d’atterrissage.

On leur a bien appris la leçon de la corruption généralisée pour piller leurs richesses au seul profit des multinationales du crime comme d’une élite locale corrompue jusqu’à la moëlle. S’y ajoute une multitude d’ethnies, de langues et de traditions animistes qui renversent et reconstruisent en permanence des alliances politiques branlantes teintées de religiosités malsaines.

Tout le monde se tient par la barbichette avec des trafics en tous genres couverts par une sorte d’omerta maffieuse. Vous ne savez jamais où vous foutez les pieds et personne ne viendra vous prévenir du piège que l’on vous tend subtilement et que vous ne verrez venir que trop tard.

Par contre l’Afrique c’est aussi la famille, le partage, la bonne humeur, la convivialité, la solidarité qui permet de survivre malgré la pauvreté omniprésente, les pénuries de tout, le manque d’hygiène, la mortalité folle qui oblige les familles à s’agrandir et à se recomposer de manière économiquement insupportable.

Pillée par les multinationales qui arrosent généreusement les élites richissimes, l’Afrique ne pourra s’en sortir que par une reprise en mains de ses richesses. Ils n’ont pas à mendier de l’aide, ils n’ont qu’à reprendre tout ce qu’on leur a volé…. C’est aussi simple que cela mais il faut des carrures politiques désintéressées dont l’Afrique ne dispose pas pour l’instant, qui risquent d’ailleurs l’élimination physique pour maintenir les droits malhonnêtement acquis.

Il faut lire les ‘Etoiles Noires’ du footballeur Thuram pour comprendre ce dont l’Afrique a besoin en lieu et place d’ONG luxueuses qui éclaboussent la population en 4×4 rutilants dans leurs belles villas de fonction. Les exceptions confirment la règle mais globalement c’est devenu un business comme un autre…  Vomitif.

Les religions devraient également être remises à leurs places au lieu de profiter honteusement du système avec des trafics immondes dont les Talibés, ces enfants qui doivent aller mendier dans les rues sous peine de punitions corporelles graves s’ils ne ramènent pas les sommes dérisoires que personne ne veut leur donner… Une interdiction de ces pratiques serait aisée mais personne n’ose affronter les marabouts de Touba chez qui on va chercher une légitimité politique branlante et versatile.

La triste vérité du terrain est que l’Afrique n’est, pour l’heure, qu’un continent livré au pillage organisé par des truands, noirs ou blancs, qui n’ont aucun intérêt à la faire sortir de son arriération mentale… manipuler des esclaves, cons comme des bites, est un art tellement plus aisé que celui de devoir négocier avec des égaux… Liberté, égalité, fraternité… vous n’avez compris que la fraternité… l’égalité est inexistante… la liberté en cage n’est qu’une mauvaise farce.

Le système d’éducation africaine est sommaire… on ne forme pas les futures élites, juste une mince oligarchie entourée de petits soldats obéissants… toute tentative de reprendre possession de leurs richesses est étouffée dans l’œuf par ceux, noirs et blancs, qui entendent bien continuer à les exploiter durablement… la corruption est endémique… corrompus comme corrupteurs se donnent la main pour nourrir ce cancer qui ronge toute l’Afrique, avec des métastases qui empoisonnent toutes les couches sociales, même les plus basses.

Vos femmes pouvaient constituer un facteur de progrès mais vous les avez reléguées au second plan… vous les engrossez à répétition pour mieux les soumettre, les réduire à un ventre… Privés de toute forme sérieuse de laïcité, vous pratiquez des religions qui détestent les femmes… elles ne sont au mieux que vos outils de reproduction… des bonniches justes bonnes à satisfaire vos appétits sexuels démesurés… Un des rares plaisirs gratuits dont vous abusez par manque de vision.

Pourquoi construire de telles familles, presque animales ? Juste des chiots qui s’ébattent dans la poussière des taudis, présentés abusivement comme des villages… Quel est le moindre espoir de s’en sortir pour ces enfants à l’abandon ?

L’Afrique ne progresse plus depuis 1960… vos indépendances ont été pires que la colonisation… elles ne vous ont apporté que la marche arrière… Vous régressez.

Vos maître-mots auraient dû être… Education – Travail – Honnêteté – Transparence – Féminisme – Laïcité – Ecologie – Culture…

Vous leur avez préféré… Ignorance – Paresse – Corruption – Opacité – Machisme – Religion – Pillage – Imbécilité… Les résultats sont brillants…

Désolé, ami Diop, mais il faut renverser la vapeur pour espérer une Afrique en marche avant… pour les futures générations… la mienne est presque morte, la tienne ne vaudra guère mieux, la suivante comprendra peut-être… je suis loin d’en être sûr… au risque de te désespérer, je m’en fiche royalement… Vis ta vie, tu n’en as qu’une, ami Diop, sans trop penser à demain, au futur de l’Afrique.

Ce que nous avons fait, nous blancs, en Afrique n’était déjà pas brillant aux temps des colonies… ce que nous faisons aujourd’hui est encore pire… avec la complicité achetée de quelques-uns de vos frères de race noire qui mesurent très bien leurs intérêts immédiats dans la collaboration active avec les blancs ou les jaunes.

Il ne nous reste que l’optimisme de notre pessimisme.


(*article initialement publié sur Facebook le 26-07-2016)

Laisser un commentaire