Révolution

La sieste enfin, une pose indispensable, pour réfléchir à la première rédaction rapide de la chronique attendue par mes amis, réels ou virtuels, dès l’aube du lendemain

RévolutionJ’aime assez le concept de Révolution… surtout depuis que je ne peux plus la faire… Révolution, oui évidemment… mais quand, comment, avec qui, pour quoi faire ? Je ne crois plus aux grands bazars qui ne profitent qu’à de nouveaux arrivants, souvent pires que les précédents…

Je veux encore croire aux micro-initiatives de multiples individus qui tentent bénévolement l’impossible… une révision à la baisse des ambitions mégalomaniaques… ce que nous essayons de faire directement autour de nous, en totale modestie, bien conscients de la faiblesse de nos moyens… le vieil adage… ils croyaient que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Un petit sourire ici, un conseil judicieux là-bas, un coup de pouce, un début de bonheur par-là, ce n’est déjà pas si mal… personne ne peut porter toute la misère du monde sur son dos… c’est un travail de fourmi qui pourrait un jour devenir une fourmilière…

Peut-être que plus tard, au lieu de planquer des milliards d’euros dans des sociétés-écrans aux îles Caïman, aux Bahamas, les milliardaires comprendront la bêtise de leurs montages imbéciles…

Certains l’ont parfois compris pour faire des choses formidables… d’autres préfèrent amasser des montagnes d’or, dissimulées à grands frais, qui ne serviront à personne, même plus à eux.

Je suis le dernier à leur reprocher les quelques premiers millions nécessaires à une existence agréable dans une sobriété hédoniste… mais passer sa vie à détourner, corrompre, dominer, cacher, accumuler, compter, tricher, voler, me fait juste vomir sur cette droite libérale qui ne fut jamais la mienne…

Je la connais bien, je ne l’aime pas, elle me le rend bien… qu’ils aillent tous se faire foutre… une droite sobre est respectable, la droite vorace est juste une merde.


(*article initialement publié sur Facebook le 05-04-2016)

Laisser un commentaire