Décadence

Il fait magnifique à Courchevel… normal, c’est la semaine du Carnaval des Belges… je vais aller les accueillir à la gare de Moutiers puisque ma ‘Dulcinée du Toboso’ roule vers moi tandis que je chevauche vers elle… Une vieille image jésuitique durant la… ‘Retraite des Vocations’… en fin d’humanités… on prêchait aux jeunes adolescents que nous étions la pureté nécessaire car l’élue, encore anonyme, marchait déjà vers nous qui marchions inconscients vers elle… il fallait être fidèle à l’image virtuelle de cette belle inconnue avec qui nous pourrions fonder famille, de préférence nombreuse, au service de Christ Ressuscité.

Je m’en souviens fort bien… cela se passait dans une pisseuse bâtisse flamande à Alken… on s’emmerdait prodigieusement… il nous fallait subir des sermons interminables sur le thème de l’introspection nécessaire… Comment gâcher une aussi belle occasion de peut-être découvrir notre vocation sacerdotale au service du crucifié… le choix cornélien entre la prêtrise ou une pécheresse inconnue ? Un choix délicat… je n’ai pas pleuré et je n’y ai pas cru… déjà décidé à consacrer ma vie à une saine débauche, récompense d’une étrange course au fric comme au pouvoir.

Je ris en repensant à ces épisodes de jeunesse… cette éducation au marteau de la foi… cette révolte qui m’habitait déjà… ces questionnements perpétuels qui ne trouveront les bonnes réponses que plusieurs années plus tard grâce à un travail compliqué sur moi-même dans une famille de grenouilles de bénitiers.

Les athées mesurent mal la chance qu’ils ont eue… le travail laïc a été fait pour eux… j’ai été obligé de le faire tout seul, ce n’est pas un parcours facile… heureusement, la fable est tellement énorme, les sottises si nombreuses, qu’un surdoué de mon espèce devait finir par s’en sortir sans trop de casse. Je termine pour l’heure la lecture de la fresque fantastique de mon guide Michel Onfray… ‘Décadence’… un livre de chevet, une autre Bible-Coran-Talmud qui ne devrait jamais quitter votre table de nuit…

J’attends avec impatience sa parution, comme ‘Cosmos’, en livre de poche pour en acheter une cinquantaine d’exemplaires que je compte faire parvenir à mes amis catholiques pour espérer ébranler leurs certitudes imbéciles. Je peux à peu près tout respecter mais il m’est impossible de respecter cet Himalaya de farces accumulées au fil des siècles… ‘Décadence’ explique clairement le fil rouge sanglant de ce traquenard paulinien qui nous aura valu tant de malheurs oubliés…

Comme tant d’autres excellents livres, les catholiques mettront probablement ‘Décadence’ à l’index car cette lecture devrait leur être juste intolérable… la Foi ne peut pas s’embarrasser de la Raison, de la Science, de la Connaissance… Il suffit de croire bêtement, simplement, pour justifier les Massacres, les Guerres de religions, les Croisades, l’Inquisition, les Bûchers, les Autodafés, les Génocides, les Goulags, la Shoah.

Le message d’amour n’était en définitive qu’un message de haine… haine de soi, haine de la vie, haine de la femme, haine de la science, haine de la raison, haine de l’intelligence, haine de la sexualité… haine de tout ce qui fait le bonheur de vivre sur cette terre de misère… Il n’y a de bonheur possible qu’au Paradis, assis à la droite du Père Tout-Puissant, de son Fils Unique, du Saint-Esprit, cette sainte Trinité, rigoureusement incompréhensible, maternée par la Sainte Vierge Marie qui prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort, tellement souhaitable pour tous.

Il m’aura fallu dix ans pour leur dire clairement… merde, merde et remerde… allez tous vous faire foutre… je préfère encore l’excommunication, les bûchers de Giordano Bruno, de Jan Hus, de Michel Servet, ces meurtres que les catholiques préfèrent oublier aujourd’hui… Ils sont totalement amnésiques sur tout ce qui les dérange dans leurs certitudes fort mal documentées… ils détiennent la seule vraie vérité révélée, celle que par louable charité très chrétienne ils ont diffusée chez les Européens, les Amérindiens, les Africains avec l’appui des princes-complices de leurs temps.

Reconnaissons tout de même qu’il est plus aisé de les affronter aujourd’hui, allongé dans mon canapé que hier, au péril de sa vie… on ne discute pas avec le fourbe Vatican comme on ne discutait pas avec leurs amis… Mussolini, Franco, Salazar, Pétain, Hitler même… catholique convaincu… Hitler n’a jamais été excommunié… sa littérature haineusement antisémite n’a jamais été mise à l’index par le pape nazi, Pie XII, le collabo-nazi-fasciste dont on craint dorénavant la prochaine sanctification.

Depuis l’empereur Constantin et sa mère, Sainte Hélène, qui n’était qu’une pute recyclée à qui nous devons pourtant des découvertes archéologiques majeures… le Golgotha, le Tombeau du Christ, les morceaux de la vraie croix, le Titulus romain, les vrais clous, la couronne d’épines… ne manquaient que la lance du centurion, les ossements curieusement introuvables, l’éponge vinaigrée, que la belle Hélène a probablement égarée durant son triomphal voyage de retour.

Lisez ‘Décadence’, amis catholiques, vous qui ne lisez rien, qui oubliez tout, qui pardonnez tout comme il vous est tout pardonné puisque vous l’avez fait pour le Christ, pour le bien de l’humanité, par charité chrétienne, pour que règne enfin la douce lumière salvatrice du Messie sur les barbares hérétiques qui vous environnent.

Après l’Europe, l’Amérique, l’Afrique… voilà que la treizième croisade est engagée à Alep, Mossoul, Bagdad, Damas, Ankara, Sanaa… quelle horreur… quelle barbarie… quelle chienlit… vous vous en étonnez ? Toute cette merde n’est que la résultante des vôtres depuis 2000 ans… Le fil rouge est évident… le fil rouge du sang des innocents qui sont morts, qui meurent, qui vont mourir en masse pour que triomphe votre ennemi héréditaire… l’Islam des lumières… Loin de moi l’idée de les y encourager mais ils ne font jamais que ce que les catholiques font depuis vingt siècles de leur dictature obscurantiste.

Depuis Courchevel, vautré dans mon canapé, admirant la vue panoramique sur mes montagnes ensoleillées, attendant impatiemment ma blonde… La Mia Dulcinea del Toboso… qui roule bon train vers son Don Quichotte, lequel va enfourcher Rossinante, son fier étalon, pour galoper vers elle… je n’ai pourtant ce matin que l’envie de hurler, de vomir ma rage anti-religions-criminelles.


(*article initialement publié sur Facebook le 25-02-2017)

Laisser un commentaire