Shoah

Je me suis endormi à quatre heures du matin… ‘Shoah’ de Claude Lanzmann oblige… je n’aurais pas voulu en rater une demi-seconde… c’est un témoignage somptueux offert à tous ceux qui pourraient craindre, ou feindre de craindre, un impossible oubli de l’histoire…

Shoah

Merci à Claude Lanzmann pour ce travail de mémoire qui prendra place dans la Pléiade des trop nombreux génocides.

Mes amis connaissent pourtant certaines de mes réticences… Je n’aime pas Netanyahou, Liebermann, Arno Klarsfeld… même BHL et Attali ont souvent le don de m’énerver… les gros banquiers juifs mondiaux, goinfrés, me font vomir… les milliardaires juifs russes et autres ne sont que des fripouilles qui devraient rejoindre Madoff et Milken en prison. Milken a été libéré… avec 2,5 milliards de dollars sur ses comptes… un saint homme.

Suis-je antisémite pour autant ? Certainement pas… mes ancêtres plus que douteux me l’interdiraient certainement… j’aime penser que mes ancêtres familiaux, mon arrière-grand-père Sauerwein-Modera, juif de Bavière… les Haas-Lauffer, juifs alsaciens, viendraient me tirer les oreilles si je devenais antisémite malgré leurs déguisements opportunistes en catholiques du bazar.

Suis-je obligé pour autant d’aimer les fascistes au pouvoir en Israël… La maffia juive internationale… Marcel et Serge Bloch-Dassault, Eugène Schueller collabo, Liliane Bettancourt, juive honteuse, Françoise Meyers, héritière vorace, Goldman-Sachs, LehmanBrothers, JP Morgan, Dominique Strauss-Kahn, Roman Abramowicz, Michaïl Khodorkovski et même Boris Nemtsov, opposant d’opérette.

Je ne crois pas devoir aimer ces juifs-là pour prouver ma dévotion à Barenboïm, Woody Allen, Steven Spielberg, Albert Einstein, Mendelssohn, les Strauss viennois…

Rika Zaraï, idole de mon adolescence, et tant d’autres… Inutile d’aimer chaque belge pour aimer la Belgique… chaque français pour aimer la France… chaque Juif pour aimer Israël… tout cela est un sommet de logorrhées dérisoires.

Après la Shoah, j’avais osé espérer un peuple juif plus intelligent et une nation plus exemplaire… je ne dis pas un sans-faute mais, au moins, une nation qui montre le bon exemple…

Nous en sommes loin avec les nouveaux adorateurs du veau d’or, les fripouilles de la haute finance internationale, la soldatesque arrogante qui singe la cruauté et l’inhumanité des bourreaux nazis d’hier… une diplomatie paralysante qui instrumentalise une diaspora aveugle, qui tolère tout, accepte tout, finance les crimes ignobles dont les ‘ploucs juifs’ étaient hier les affreuses victimes… les juifs riches avaient mis les voiles aux USA, à juste titre d’ailleurs, depuis belle lurette.

Ce ne sont pas tellement les images insoutenables des camps qui m’ont ému cette nuit… le plus insupportable de ‘Shoah’, ce sont ces témoignages courageux d’hommes et de femmes qui voudraient oublier l’impensable et se murer dans le silence pour anesthésier la douleur…

Ils témoignent pourtant pour la grande histoire… Ce coiffeur qui pleure à Jérusalem en décrivant cette chambre à gaz où il coiffait en deux minutes une fournée des femmes de son village… qui seraient réduites en cendres dans le quart d’heure suivant… Berlin avait besoin de ces cheveux…

Le rescapé du ‘Spécial Commando’ qui voulait rester dans la chambre à gaz pour en finir avec l’horreur de sa vie… Il en sortira au dernier moment car les martyrs l’implorent de vivre pour témoigner de l’impensable…

La froideur diabolique de la machine administrative allemande… la Reichsbahn qui consent à la Wehrmacht des prix-groupe et des tarifs spéciaux pour les enfants… De l’agence de voyage qui traite l’ultime voyage en enfer comme si elle traitait le voyage au paradis des touristes de l’époque… de Thyssen, Krupp et Siemens qui utilisaient les esclaves, sous-hommes décharnés, jusque dans l’enceinte du camp d’Auschwitz-Birkenau, informatisé par Hollerith-IBM.

Insoutenable enfin ces deux visites du ghetto de Varsovie par un haut fonctionnaire polonais accompagné d’un sioniste et d’un membre du ‘Bund’, syndicat juif marxiste, pour préparer une mission d’information internationale des USA et des occidentaux… Ils ne feront rien comme d’habitude, juste avant le soulèvement, dans l’honneur, du ghetto de Varsovie, pratiquement à mains nues… L’urgence n’a jamais été qu’un fragile obstacle au crime.

Toutes ces ignominies m’ont rappelé mon dernier voyage en Chine, ma visite d’usines informatiques à Shenzhen… Les camps de concentration modernes du village global de Davos… on se demande même pourquoi ces gredins se donnent encore la peine de payer 60 euros par mois de souffrances… manger, boire, baiser et dormir seraient bien suffisants pour ces untermenschens…

Chacun à sa place vers la sanctification des ‘esclaves pieux’ dirait l’Opus Dei de Franco, Pétain, Salazar, Mussolini, Hitler, Pinochet, Habsbourg… Ils n’ont raté que Staline, Mao, Hô-Shi-Minh et Pol-Pot… des bolcheviques qui nient les dirigeants de droit divin… Pouah…

Les immeubles du Bangladesh qui s’écroulent sur les esclaves textiles de nos marques de pacotilles… pas chères, pas chères…, ne sont rien d’autre que les copies conformes des 400.000 habitants de Nankin, abattus d’une balle dans la nuque, décapités au Katana du Samouraï, enterrés vivants par les japonais du dieu vivant, Hiro-Hito, mort dans son lit à Tokyo avec la complicité de Truman et Mac Arthur…

Douglas le Planqué chantait la chair à canon… I’ll be back… plastronnait le fuyard sublime en terre sécurisée, loin de la puanteur des corps en décomposition… la mort est légère aux généraux pour qui ce n’est qu’une statistique.

L’émissaire polonais nous raconte le ghetto en contenant ses larmes… comment décrire ces hommes qui mourraient ‘debout’ en cinq minutes, sous vos yeux, avant d’être déshabillés, abandonnés nus dans les rues encombrées d’autres cadavres tout aussi nus…

Et ce juif qui mendie une aumône au rabbin, pas pour manger, pour payer son loyer… pour mourir chez lui… tout, mais pas mourir nu dans la rue… On comprend bien les réticences des rares rescapés de la Shoah qui préfèrent se taire sur l’indicible… descendre le rideau sur une tragédie insondable de l’inhumain. Pourquoi parler… on ne peut… on ne veut presque pas les croire.

Mon reproche à Israël reste quand même son aveuglement sur la souffrance des autres… contraste avec la lucidité sur leur seule souffrance qui fut affreuse…. Tout le monde en convient… Eux… ils en ont fait un fonds de commerce dont ils se servent sans arrêt…

Quiconque ose dire un mot de travers devient un antisémite dangereux… leur exemplarité est pourtant plus que douteuse… leurs intérêts sont clairement affichés… bref, la soupe est devenue imbuvable… le monde entier commence à en avoir marre d’Israël et cela pourrait empirer… c’est une lourde erreur politique et historique.

Les Belges n’ont certainement pas de leçons à donner après avoir décimé 50 % de la population du Congo Belge, propriété d’un roi barbu, présenté comme un génie catholique et visionnaire, qui se roulait dans une saine débauche à Paris, Villefranche, Laeken et Ardennes… Son héritier cautionnait l’élimination de Lumumba, grossier bolchevique, avant de remettre le couvert au Rwanda avec Habyarimana et ses curés catholiques hutus, très charismatiques, rapidement exfiltrés dans nos églises belges après leur génocide de 800.000 Tutsis tout de même…

Ces jeunes curés noirs Hutus couvrent le déficit des vocations disparues de curés belges… ils nous prêchent l’amour du créateur et de notre prochain dans un sabir savoureux mais rigoureusement incompréhensible… Ce français nouveau dans nos églises désertées nécessite dorénavant un excellent interprète pour espérer comprendre un mot du message, pourtant fort simpliste, de la fraternité dans la légendaire solidarité africaine.

Nos contradictions individuelles sont de pauvres copies des contradictions du monde. (VC 1.1)


(*article initialement publié sur Facebook le 04-04-2015)

Laisser un commentaire