La complexité m’emmerde

Louis Michel, ancien ministre belge de tout et n’importe quoi, est un régent en langues germaniques… Il fit belle et grasse carrière en politique… Charles Michel, son fils chéri, a fort bien compris les avantages du filon aurifère de papa… il continue donc à l’exploiter habilement, non sans un certain courage parfois, comme premier Ministre d’une coalition populiste qui fait grincer les dents de gauche sans faire bouger celles de droite.

Comme le disait le grand Jacques Chirac… ‘Cela m’en touche une sans faire bouger l’autre’… Mais tout de même, quand Big Loulou, alias Louis Michel, évoque le salaire misérable de nos élus à 5000 euros par mois, j’avoue une irrépressible envie de crier ma rage… Chacun sait tout de même que quatre belges sur dix doivent se débrouiller avec 1250 euros par mois…

Un budget pratiquement impossible d’ailleurs après avoir payé un loyer mensuel de 600-700 euros, une note de téléphone, un petit bouquet de télévision, quelques assurances, une ou deux verbalisations, un dentiste, une paire de lunettes… C’est pourtant le statut privilégié de la plupart des petits retraités belges dont je suis un honorable membre grincheux.

Bref, la sortie de Loulou est indécente même si elle correspond bien à la mentalité méprisante des zozos élus qui nous gouvernent avec cette arrogance que pas grand-chose ne justifie… je serais curieux de connaître le montant de la future pension de Louis puisqu’il a décidé de se retirer prochainement de la politique active… Il retrouvera sa liberté de parole comme vieux sage barbu, réfugié dans son trou de Jodoigne en beau Brabant Wallon.

Plus grave encore, le gourou barbichu donne depuis lors ses avis pointus sur la manière moderne de devoir faire de la politique lorsque les réseaux sociaux vous surveillent en permanence pour dénoncer vos dérapages rarement contrôlés… Pour Louis, nous assistons à la fin du débat d’idées pour aller vers l’affrontement des émotions… or dit-il sentencieusement… ‘On ne dirige pas un pays uniquement avec des émotions.’

Tout est dit… Facebook, Twitter, Wikipedia, Google sont de véritables assassins du débat d’idées… les émotions populaires qui s’y étalent à longueur de pages sont malvenues pour la sérénité des interminables masturbations idéelles de ces seigneurs qui daignent encore conduire un pays aussi insignifiant vers le bonheur terrestre, le tout pour un salaire définitivement considéré comme juste misérable.

Les Belges ne sont que des ingrats… ils ne comprennent rien à la mission sacrée de ceux et celles qui dans leurs immenses bontés se sacrifient charitablement sur l’autel de la Patrie en crise perpétuelle… il fut un temps lointain où tout était possible car personne ne savait rien sauf ce que la bonne presse subsidiée, les médias manipulés, les oracles de l’actualité, voulait bien laisser filtrer après avoir reçu l’imprimatur de la seule bien-pensance gouvernementale.

Mais ne voilà-t-il pas que les muets se mettent à parler, que les aveugles commencent à regarder, que les sourds se débouchent les oreilles… dans de telles conditions, fortune faite, il est l’heure de rendre son tablier pour se consacrer à la carrière du petit qui devra affronter cette intolérable chienlit des vulgaires émotions populistes.

Où reste le bon temps d’avant ? On leur racontait n’importe quoi, ils buvaient nos paroles, ils ne vivaient pas mieux mais ils pensaient que c’était normal… Nous étions encore respectés alors qu’ils se prennent à oser nous juger… ils voudraient même débattre alors qu’ils n’en ont clairement pas le niveau intellectuel…

Depuis quand le maître devrait-il débattre avec de si mauvais élèves ? L’élève doit écouter en silence, prendre des notes, étudier sa matière, passer son examen s’il en est capable… Taisez-vous Coco ou je vous mets à la porte de la classe pour atteinte grave à l’ordre magistral…

Les politiques sont, sans arrêt, obligés de siffler la fin de la récréation… Ils sont les seuls à pouvoir nous donner ces brillantes leçons dont l’élévation n’échappera évidemment à personne… ils nous donnent ces leçons qu’ils n’ont certainement pas à recevoir… Ces maudits réseaux sociaux ont littéralement bousillé le principe d’autorité qui devrait être la règle de toute saine démocratie…

Plus d’autorité partant, plus de démocratie au seul service des oligarques… Alors en route vers l’anarchie, en route vers ces déferlements de passions, ces déchaînements d’émotions qui furent à l’origine de toutes les chienlits du 20ème siècle… impérialismes, royalismes, socialismes, communismes, marxisme, nazisme, fascisme, maoïsme, intégrismes, libéralisme, capitalisme, populismes, islamismes, sionisme, catholicismes, athéismes…

Les peuples ont oublié la règle d’or du bon fonctionnement démocratique… ‘Baise mon cul, ferme ta gueule’… Comment voulez-vous gérer un pays dans de telles conditions ? Big Loulou, Elio, Laurette, Joëlle, André, Serge, Armand… et tant d’autres à venir… n’ont pas tort d’en avoir complètement marre… l’heure du grand départ a sonné pour ceux et celles qui veulent toujours croire que rien n’a changé.

Tout a changé à la vitesse de l’éclair mais c’est exactement ce qu’ils ne peuvent pas, ce qu’ils ne veulent pas accepter… tous leurs vieux codes sont cassés, écrabouillés, laminés, par la vitesse de la communication planétaire en mode déferlante… les affreuses vérités dissimulées n’étaient autrefois débattues qu’entre initiés fraîchement débarqués de leurs jets privés vers les salons feutrés des meilleurs hôtels du monde, durant des agapes étoilées, arrosées de vins raffinés, racontées le soir sur l’oreiller à d’adorables Sugar-Babes qui ne balançaient pas encore les Daddy-Porcs qui les harcelaient sexuellement.

Fin de la Belle-Epoque depuis que les chiens, les hyènes, de Facebook, Twitter, Wikipedia, Google, fouillent les poubelles malodorantes de la démocratie confisquée… on pouvait discuter sans fins de la flexibilité des queues de vaches… voilà que ces abrutis balancent sur la place publique les Panama Papers, les Paradise Papers, les Swiss Papers, les Wikileaks, la FIFA, le Brexit, la Catalogne, les vagues migratoires, les terrorismes intégristes, les esclaves Lybiens, les dictatures africaines, la Corée du Nord, les Tweets de Donald Trump, les avis indécents de Vladimir Poutine, les menaces d’Erdogan, les rodomontades de Bibi Fricotin, le Moyen-Orient à feu et à sang via l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes, l’Iran, la Syrie, la Turquie l’Irak, le Liban, Israël.

Comment étouffer toutes ces émotions qui secouent la planète ? Les techniques sont nombreuses mais délicates à manier par les seuls experts en communication de crise… D’abord, allumer des contre-feux en soutenant que la vérité vraie est très exactement l’inverse de la vraie vérité… Ensuite se taire dans toutes les langues pour gagner le temps du silence qui étrangle la vérité… Enfin complexifier au maximum les problèmes simples pour en faire de lourds dossiers qui deviendront aussi illisibles qu’insolubles… une spécialité reconnue du respectable pouvoir judiciaire.

Qui se souviendra demain des millions de pages pondues par le Tribunal Pénal International pour condamner des criminels de guerre ? Qui relira les dossiers de l’Église de la Scientologie, des Tueurs du Brabant Wallon, des innombrables dossiers scélérats traités par des Tribunaux d’Arbitrages à la botte des multinationales du crime, légalement organisé ? Qui consacrerait encore sa vie à éplucher des caisses d’archives stockées dans des greniers envahis par la mérule ?

Il n’y aurait pas de réponses simples à des questions complexes alors que plus cela devient complexe, plus cela devient généralement con… désolé pour vous, les petits gars, mais je m’en moque puisque je serai bientôt mort et enterré… Chacun son tour, après tout… Good luck to you.

La complexité m’emmerde même si je sais qu’elle existe. (VC 1.1)

Laisser un commentaire