Nos dernières libertés

Nuit d’horreur mardi soir après une soirée copieusement arrosée avec mes gardes du corps… Vous souriez, ce que je peux comprendre… ce n’est pourtant que l’exacte vérité mais à quoi sert la vérité puisque personne ne veut l’entendre… qu’il suffit de lancer la rumeur exactement inverse pour que le doute s’installe sournoisement dans l’esprit des ploucs qui ne savent plus à quelle vérité se vouer… Comme le soulignait récemment Judas Lescot-Iscariote, il y a la vérité vraie, celle qui vaut largement les trente deniers des grands prêtres de Jérusalem… il y a la vraie vérité de Coco, cuite à l’étouffée, qui ne vaut évidemment pas un kopeck.

Il est alors temps de confier le sac de noeuds à la justice de Groland pour rétablir toute la lumière, dire la vraie vérité dans son évidente simplicité mais après une bonne vingtaine d’années de travaux minutieux, de paperasses complètement inutiles, puisque les parties se seraient entre-temps évaporées dans le néant reposant qui nous attend tous.

A 05h00 du matin ce mercredi, Coco s’est réveillé en nage dans un lit trempé d’une méchante sudation refroidie… Vite, allumer la lumière, me frotter les yeux, reprendre mes esprits égarés, vider un demi-litre d’eau minérale pour réhydrater une carcasse asséchée… Ce ne pouvait être qu’un mauvais rêve, un banal cauchemar comme il nous en arrive souvent.

Figurez-vous que pour une opération privée, j’avais absolument besoin, en billets de banque, d’une somme plus importante que celle que mon banquier actuel autorise dans ses guichets anonymes automatisés… il faut donc aller mendier mon propre argent comptant à une employée rébarbative qui m’explique que cette demande, probablement considérée comme excessive, ne sera exécutable qu’en fin de semaine alors que j’en avais besoin immédiatement pour lancer un chantier de la plus haute importance.

La liste des nombreuses limitations de retraits s’allonge de mois en mois… il s’agit, bien sûr, de combattre l’économie souterraine, le blanchiment de l’argent sale des activités criminelles, le financement occulte du terrorisme, cette nouvelle obsession majeure d’un système sécuritaire aux abois… On se dirige donc de plus en plus clairement vers une économie sans monnaie fiduciaire… Même l’utilisation de la monnaie scripturale sera sévèrement limitée, encadrée, surveillée.

Adieu traites, virements, chèques, billets… Bonjour cartes plastifiées, débit ou crédit… avec plein pouvoir aux autorités bancaires, interbancaires, juridiques, policières, politiques, pour bloquer ce mode de paiement si l’envie leur prenait soudainement de vérifier l’origine de vos fonds disponibles…

Une rentrée considérée comme anormale par un moteur de recherche d’un système de contrôle informatisé… la vente d’un immeuble par exemple… peut aisément bloquer temporairement la carte dont vous pensiez pouvoir vous servir au restaurant, à l’hôtel, en voyage à l’étranger…

Depuis que mes comptes bancaires personnels ont été saisis, bloqués, rendus inutilisables, je dois me protéger des procédures malveillantes d’une ancienne épouse, tendrement aimante, lâchement abandonnée par son vieux mari volage, obsédé sexuel notoire, qui ose vouloir récupérer sa villa cossue en Brabant Wallon, pire encore, même une partie de ses comptes gonflés à bloc avant d’être vidangés par cette grand-mère admirable qui n’a jamais travaillé de sa vie.

Mais, ce linge est trop sale que pour ne pas être discrètement lavé en famille, n’est ce pas ?… Il ne s’agit d’ailleurs plus aujourd’hui de cette ex-épouse haineuse, d’ailleurs oubliée… il s’agit de ces banksters et de leurs complices objectifs… Tous, ils se préparent sournoisement à faire régner une prochaine dictature financière sur la vie de 85 % des ‘Proles’, ces prolétaires qui peuplent Océania sous l’oeil de Big Brother, alias B.B. …

La seule idée d’avoir commencé mon existence en admirant les formes sculpturales de Brigitte Bardot dans… ‘Et Dieu créa la Femme’… pour la terminer avec Big Brother qui prétend surveiller mon train de vie, mes recettes, mes dépenses, mes vilaines pratiques secrètes, le peu qui me reste de vie privée… Voilà de quoi hanter mes nuits, nourrir mes cauchemars les plus effrayants… ‘Big Brother is watching You’ annonce sa propagande… j’en ai pris conscience cette dernière nuit terrifiante… Vous devriez y réfléchir car la vérité actuelle dépasse lentement mais sûrement la simple fiction de l’époque.

Après… ‘Le Camp des Saints’… de Jean Raspail en 1973 qui annonçait l’évidence des dangers de l’immigration débridée en Europe, vous devriez relire… ‘1984’… le roman visionnaire de Georges Orwell qui démonte la machine infernale, machine à broyer, qui explique comment ‘Big Brother vous regarde’… la vie des ‘Proles’, 85 % de la population dans l’État utopique… ‘Océania’… dirigé par les 2 % du Parti de l’Intérieur secondés par 13 % d’agents dévoués, membres du Parti de l’Extérieur.

Les 2 % de dirigeants parlent encore ‘Ancilangue’ au sein du Parti Unique… ‘L’Angsoc’… mais la langue officielle de ‘Océania’ est la ‘Novlangue’, un jargon simplifié à l’extrême qui interdit toute expression complexe, toute idée subversive, toute critique intolérable… Abrutis, surveillés jours et nuits par caméras, les ‘Proles’ acceptent finalement volontiers leur statut grégaire, moutonnier, répétant à l’infini que 2 + 2 = 5… un nouveau dogme de foi en ‘Océania’.

La parallèle d’Océania avec le Royaume de Groland est de plus en plus frappant… Tout est interdit sauf ce qui est explicitement autorisé… Votre argent appartient à votre banquier-contrôleur qui le bloque ou le débloque à son gré… La justice asphyxiée dit sa version du droit à l’heure qui lui convient… L’inhumain massacre l’humain dans l’indifférence générale… Le silence est d’or, la parole est superflue… Il faut se cacher, se faire oublier, pour vivre dans une consternante banalité… Mieux vaut baiser leurs culs et fermer sa gueule pour espérer passer entre les gouttes… Pas vu, pas pris.

Les dernières libertés, malheureusement encore existantes, feront bientôt l’objet d’un encadrement législatif contraignant pour enfin élaborer un système coërcitif efficace… l’interdiction généralisée de tout… dernier moyen pragmatique de garantir la survie de cette fumeuse démocratie expliquée aux ‘proles’… cette majorité de prolétaires bêlants qui confieront volontiers la gestion de leur sort à une infime minorité de génies, dictateurs visionnaires, capables d’identifier les failles béantes des anciens concepts dépassés, de surtout définir les prochains contours tolérables de la future vie en démocratie confisquée.

Les prochaines mesures-phares du gouvernement de Groland sont en phase de discussions préparatoires… Suppression définitive de la monnaie fiduciaire… Renforcement des contrôles automatiques, informatisés, sur les origines, les destinations, des transferts considérés comme suspects… Salaire Maximum Autorisé, ‘SMA’, de 1340 euros par mois, abonnement de tram gratuit… Véhicule individuel interdits aux prolétaires, réservés aux seules élites dirigeantes… Simplification à outrance de l’ancienne langue vulgaire progressivement remplacée par la nouvelle langue à base de Verlan-Esperanto… Orthographe phonétique sur un vocabulaire ramené à 800 mots usuels.

Suppression de toutes les émissions de télévision considérées comme culturelles, sociales, historiques, économiques, scientifiques, politiques… Multiplication des émissions idiotes achetées dans les pays sous-développés… Installation généralisée de la vidéo-surveillance y compris mini-caméras dans les domiciles privés des prolétaires… Interdiction de fumer en plein air comme à l’intérieur… Obligation de copulation libertine chaque jour pair pour favoriser le repeuplement souhaitable de Groland… Toilettes autorisées entre 07h00 et 09h00 du matin, condamnées par coupure d’eau le reste de la journée…Interdiction d’uriner dans la nature comme sur la voie publique…

Uniformes obligatoires pour tous prolétaires dans la couleur retenue pour la fonction attribuée d’autorité… Renforcement significatif des forces de police, des effectifs judiciaires, pour assurer la discipline indispensable sur tout le territoire national… D’autres mesures contraignantes sont actuellement à l’étude mais elles ne font pour l’instant l’objet d’aucun communiqué officiel… les derniers arbitrages à ce stade n’ont pas encore eu lieu en comité très restreint.

Big Brother is watching you à un tel point que Vilain Coco, terrorisé, insomniaque, ne va plus tarder à prochainement déguerpir vers des cieux plus cléments… plus de liberté, partant plus de joie.

La pire souffrance sera cette suppression planifiée de nos dernières libertés. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire