EURO-DOLLAR à DAVOS

Le discours du Président Emmanuel Macron à Davos était très attendu… En résumé… ‘France is back, Europa is back, Trump is crazy’… le tout dans un excellent anglais alors que la Frauleïn Angela Merkel s’exprimait en allemand, une langue incompréhensible pour tous ces riches gredins cosmopolites… pas un mot de l’intervention ignorée de notre bon Roi Philippe 1er dont nul n’ignore pourtant la profondeur de la pensée intergalactique.

On attend vendredi les explications de Donald Trump sur le déménagement de son ambassade vers Jérusalem reconnue par la Maison Blanche comme Capitale d’Israël… accessoirement, il pourrait s’exprimer sur le réchauffement climatique dont il se soucie comme de sa première culotte… il produira peut-être ses derniers certificats médicaux, lesquels attesteront évidemment de sa bonne santé mentale mise en doute par les acteurs du village global.

Pas un mot probablement sur la chute du dollar face à l’euro, la dernière botte secrète de Donald Trump en faveur de l’industrie américaine… les Européens, cons comme des bites, n’y voient que le signe indien de la victoire du vieux monde sur les bœufs américains… les experts de la Télévision Belge vous recommandent même d’aller passer vos vacances aux Etats-Unis, une occasion unique de visiter les Temples du hamburger à bon compte.

Pendant que Monsieur et Madame Michu de Middelkerke iront admirer les splendeurs du Grand Canyon avec les gamins, Airbus devra vendre ses avions 25 % plus cher que Boeing… Bloch-Dassault devra préparer un plan de délocalisation qui lui permettra de vendre ses Rafales, ses Falcon 8X Executive, dans une monnaie plus confortable que ce damné Euro… Une calamité supplémentaire pour l’Europe après la concurrence parfaitement déloyale des faces de citron dissimulés derrière leurs machines de guerre sociale et commerciale, genre Alibaba and Co.

‘America First’… annonçait Donald Trump en campagne… le fou ne fait finalement que ce qu’il avait promis… grande réforme fiscale en faveur des multinationales américaines… dollar en chute libre pour favoriser les exportations massives de produits américains vers le reste du monde étranglé dans des monnaies trop fortes pour concurrencer l’industrie américaine d’une part, les ateliers d’esclaves chinois, indiens ou africains, d’autre part.

La situation deviendra lentement, sournoisement, désespérée pour nos classes moyennes en voie de disparition, condamnées à une prochaine précarité… pour des classes laborieuses condamnées à devenir les esclaves plus obéissants du capitalisme sauvage… Dans ce contexte, les coûteuses branlettes de Davos prennent une dimension quasi-tragique au milieu de l’indifférence générale des masses populaires dont la dernière interrogation reste juste celle de savoir à quelle sauce elles seront dévorées.

Après les délocalisations massives de nos industries vers les pays à salaires dérisoires, Pierre Dupont, déshabillé au profit de Guan Yu Yunchang à Shengzen, s’était réfugié dans les derniers fleurons des technologies du futur… conduire des taxis Uber, livrer des pizzas en pédalant pour Deliveroo, cuisiner ou servir des cheeseburgers chez MacDo, se lamenter le soir venu sur Facebook dans une soupente de 12 m² loué via Airbnb… Ces braves ploucs regardent Davos comme une dernière lueur d’espoir avant d’éteindre définitivement la lumière.

Les Juifs, les Tziganes, les Communistes, les Opposants, ne faisaient pas autre chose à Auschwitz, en implorant le ciel, en se demandant désespérément ce que foutaient les Américains, les Alliés, le Vatican, en rêvant d’une Suisse mirifique… Nous allons mourir… Pourquoi ne faites-vous rien pour nous venir en aide ?

Claude Lanzmann présentait mardi dernier sur ‘Arte’ ses terribles témoignages des… ‘Quatre Soeurs’… Deux femmes enceintes qui accouchaient dans la crasse de leurs baraquements pouilleux sous la surveillance quotidienne du ‘médecin de la mort’, Josef Mengélé, criminel de guerre, qui poussait la cruauté nazie dans ses derniers raffinements… il voulait à tout prix empêcher ces jeunes mamans d’allaiter leurs bébés pour vérifier le temps qu’ils mettraient à mourir dans leurs bras… une expérience scientifique du plus grand intérêt pour les progrès de la pédiatrie moderne.

Pour favoriser ce devoir de mémoire, la Belgique vient d’envoyer plusieurs classes de jeunes étudiants à Auschwitz… des jeunes passeurs qui devront raconter à leurs camarades d’écoles les horreurs qui se sont déroulées là-bas… On ne peut que féliciter les Belges qui ont pris cette louable initiative… mais étais-ce utile d’évoquer une fois encore le passé ?

L’actualité de notre monde bestial est tout aussi terrifiante que la déshumanisation vécue dans les camps de concentration nazis… Comme à l’époque, l’indifférence est pourtant générale… Personne ne veut rien voir, rien dire, rien entendre… ceux qui parlent sont mal vus tant ils constituent une menace pour le peu qui nous reste encore à préserver… J’y vois ces petites valises en carton des Juifs hollandais condamnés, rançonnés, inconscients du drame qui se jouait derrière le décor, acheteur d’un aller simple pour Teresienstadt dans un élégant wagon-voyageurs de la Bundesbahn.

Davos-WEF 2018 est bien en ligne avec la riante Suisse des années 40-45, havre de paix pour officiers nazis convalescents, banquière privilégiée du grand Reich millénaire, gardienne peu sourcilleuse des lingots d’or pollués du génocide de la Shoah… Qui peut croire une demi-seconde que ce sinistre bidule à grand spectacle sous les neiges de Davos servira la cause des migrants, des réfugiés, des miséreux, des estropiés, des suppliciés, des torturés, des exécutés ? A part les imbéciles, les profiteurs, les politiciens, les médias, les professeurs d’universités, il n’y aura pas un chat pour avaler cette méchante purée tiède, made in Switzerland.

Les métastases cancéreuses de la Shoah ont envahi l’humanité… la guerre perpétuelle est une indispensable condition de la croissance… le bétail humain n’est plus qu’une variable d’ajustement dans des bilans monstrueux, diaboliques, des plus grandes multinationales du monde… la complexité du système mise en place favorise sa continuité en paralysant toutes les réactions indispensables… changer devient pratiquement impossible… On joue donc cyniquement la montre… ‘Pourvou que cela doure’… marmonnait pensivement Letizia Ramolino Bonaparte.

Christine Lalouette-Lagarde ne manquera pas de s’exprimer à Davos pour nous faire part des prévisions planétaires du FMI, un ‘brol’ qui se trompe sans arrêt depuis sa création… Christine nous expliquera certainement les nombreux avantage d’un Euro redevenu fort, témoignage du redressement spectaculaire de la vieille Europe depuis qu’elle a été mise au régime sec en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie… Macron-Merkel nous chanteront les vertus d’une Europe plus forte, plus unie, plus ouverte à tous les courants d’air.

Donald Trump, Key-Note Speaker, clôturera vendredi ce sommet du WEF 2018… le terrain a été préparé par Steven Mnuchin qui a clairement fait comprendre aux Européens que l’Amérique en avait assez de la doctrine démocrate du dollar fort… c’était le credo des Clinton, ce n’est pas le credo de Donald Trump qui souhaite booster ses exportations, limiter ses importations… On pouvait s’en douter après son fameux… ‘America First’.

Une fois encore, les Européens seront les premières victimes de cette prochaine guerre commerciale… Une guerre sans merci, sans pitié, cruelle, pour nos économies vacillantes, déjà placées sous respirateurs artificiels… Prions, frères et sœurs en Aton Trinitaire, pour que les lumières du Saint-Esprit descendent enfin sur les sommets enneigés de la superbe Davos où se joue le sort des misérables offerts en pâture à la voracité des goinfres qui choisiront l’assaisonnement.

Davos n’est qu’une horreur supplémentaire dans un monde qui n’en avait aucun besoin. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

Laisser un commentaire