Le lâche travesti en héros

La sous-merde, Salah Abdeslam, a donc décidé de rester bien au chaud dans sa cellule de Verdin-le-Vieil plutôt que de venir se geler les burnes place Poelaert à Bruxelles-la-Belle… Qui pourrait-lui donner tort ? La météo est exécrable… les risques de passer des heures dans la froidure, à bord d’un fourgon cellulaire glacial, bloqué dans les embouteillages sur nos autoroutes en travaux perpétuels ne sont pas à prendre à la légère, n’en déplaise à notre charmante Présidente, Marie-France Keutgen.

Le gamin, originaire de Mollahbeek, connaît parfaitement les problèmes de mobilité dans la capitale Gothique, éventrée depuis plus d’un an… Entre camarades de lutte, ils évoquaient souvent ce bordel bruxellois à l’heure de la Grande Prière au Café des Béguines… Entre deux tirades du Coran, dont ils ne connaissent rien, ils descendaient quelques fûts de notre délicieuse cervoise fraîche réservée aux hommes qui savent très bien pourquoi.

Leurs joyeuses libations s’accompagnaient de pétards roulés sur les cuisses des beurettes avec la meilleure herbe du Rift marocain… ‘la Royale Morocco’… la Marijeanne du bon Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, vingt-troisième monarque sublime de la dynastie alaouite… le Pape maghrébin perpétue habilement le fonds de commerce de papa, Hassan II, richissime à force d’inonder les banlieues françaises de son poison hallucinogène.

Une fois encore, Salah n’a pas tort de fumer cette herbe délicieuse qui permet de concentrer ses derniers neurones sur les phrases importantes du Livre Saint, de les étudier par cœur, de les utiliser au meilleur moment comme il a su le faire lundi dernier devant Madame Marie-France Keutgen, Présidente médusée devant tant d’audace salafiste.

‘Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité à part Allah et que Mohamed est son serviteur et son messager, je remets mon sort entre les seules mains d’Allah.’… Adieu Berthe, allez tous vous faire foutre, je ne dirai pas un mot de plus… merci de me reconduire dans ma chambrette… Les centaines de spectateurs qui avaient réussi à entrer dans le bunker n’en crûrent pas leurs oreilles… non seulement le type se permet d’assassiner des dizaines d’innocents, de tirer à balles réelles sur nos héroïques pandores, mais en plus ils se fout publiquement de notre gueule.

Salah Abdeslam n’est qu’un lâche qui a rechigné à se faire exploser comme ses complices à Paris… le voilà en passe de devenir un héros de la résistance islamique alors qu’il eut été condamné à mort par ses frères, il y a quelques semaines… Nous avons offert à cette fine ordure la tribune, la caisse de résonance, la réhabilitation, dont il rêvait après avoir fui ses responsabilités les plus sacrées.

Oserais-je dire que j’ai plus de respect pour un terroriste qui se fait sauter le caisson, pour celui qui se bat jusqu’à une mort certaine pour protéger ses complices… il y là une forme de panache du désespoir… ce n’est pas le cas de ce Salah Abdeslam qui, de l’avis de son propre avocat, le grand ténor flamand, Sven Mary, n’est qu’un petit con décérébré, bête comme un huître, inculte notoire, de Mollahbeek-la-Tolérante.

Pour un inculte, le gamin a quand même d’excellentes notions de la grande communication de crise… Je ne connais pas le Paul de Tarse, le Josef Goebbels, de Daesh mais il faut lui reconnaître un grand art manipulatoire dans une discipline qui ne s’improvise pas… le silence que vous imposez à vos juges décalés, en grand uniforme de guignols, est une bombe médiatique bien plus dévastatrice que les sottises que pourraient débiter Sven Mary jeudi après-midi… On se demande d’abord s’il plaidera mais aussi ce qu’il pourrait bien plaider dans un ‘brol’ aussi évident.

Mon avis est qu’il plaidera… Cette profession est tellement égotique, tellement avide de médiatisation malsaine, que Sven Mary ne pourra pas résister à la tentation d’agiter ses manches de lustrines devant autant de spectateurs avides de boire ses paroles… Sven Mary en a marre du vedettariat de Salah Abdeslam… Après tout, c’est lui la vedette, un rôle principal que la petite gouape maghrébine lui pique sans demander son avis dans cette pièce immonde qui pourrait s’intituler… ‘Les Mains Sales’.

Sven Mary nous réserve probablement un show à la Jacques Vergès dont il admire la carrière sans en avoir le talent… ‘J’ai le culte de moi-même’… assénait Jacques Vergès avec cette suffisance qui caractérise généralement les membres de cette honorable profession… Le type mentait comme un arracheur de dents, sans aucune vergogne, même sur sa date de naissance… Comme on le lui faisait sèchement remarquer, il n’aurait répondu que… ‘Je m’en fous royalement’.

Avec de tels pitres-menteurs, présentés comme les grands seigneurs de nos barreaux, capables de défendre tout et n’importe quoi avec le même aplomb… Klaus Barbie, Adolf Eichmann, Josef Mengele… Tous ces braves petits assassins méritent de tels défenseurs répugnants pendant que leurs victimes doivent encaisser la quintuple peine…

Assassinat monstrueux de leurs proches, deuil dans l’absence de l’être aimé, retards scandaleux de la justice, sarcasmes ignobles de leurs bourreaux, mensonges abjects de ces avocats de la défense qui déshonorent la robe en trahissant leur serment solennel… ‘Je jure de ne conseiller ou de défendre aucune cause que je ne croirais pas juste en mon âme et conscience.’… Ah, la belle âme, la belle conscience que voilà chez l’immense Sven Mary, mauvaise copie toxique de Jacquouille la Fripouille, Jacques Vergès, robin défroqué, parjure sans éthique, sans âme, sans conscience.

Ne me demandez pas d’admirer les réactions de leurs chers confrères lorsque ces grands acteurs quittent définitivement la scène… je me délecte alors de leurs commentaires hypocrites, sirupeux, lorsqu’ils saluent la mémoire de ces parjures… Michel Graindorge le terroriste qui murmurait, Frédéric Clément de Cléty l’amateur des jeunes vierges noires de Matongé, Jacques Vergès le fellateur de barreaux cubains pour cracher sa bile brunâtre, sa haine de la France.

Lénine avait raison de penser que nous lui vendrions la corde pour nous pendre… nous avons un tel besoin de nous mentir à nous-mêmes, de jouer des rôles, de porter continuellement ces masques de la bienséance, de la politesse élémentaire de cette bourgeoise raffinée qui ne supporte que la modération des opinions molles, cette guimauve qui ne doit pas choquer les belles âmes, les consciences pures de nos interlocuteurs.

Une fois encore, l’Islam vient en aide à ces avocats parjures… En effet, dans sa fameuse fatwa 52.402, Allah nous apprend par la voix de Mohamed, son serviteur-messager que… ‘Ne trahit pas son serment celui qui oublie qu’il l’a fait’… C’est-y pas beau celle-là ? C’est fou la capacité d’oubli de nos chers Maîtres, servie par un remarquable code de procédure qui leur permet de créer l’imbroglio juridique dans lequel personne ne retrouve une aiguille dans cette botte de foin…

Bref, qui est le grand vainqueur de ce procès grotesque, ce barnum organisé à grands frais par les contribuables… Sans conteste, le vainqueur par KO au premier round est bien Salah Abdeslam, le muet lâche qui profite de notre bêtise abyssale pour devenir papillon de l’intégrisme salafiste…

Tous les autres sont perdants… l’état belge ne reverra jamais ses risibles 140.000 euros de dédommagements… les parties civiles feraient mieux d’aller s’acheter des serpentins, des chapeaux pointus… les Belges perdront, comme d’habitude, quelques millions d’euros pour organiser ce grotesque spectacle lamentable… Dame Justice n’améliore certainement pas son image d’agonisante aux soins palliatifs… Sven Mary se couvrira de ridicule en plaidant n’importe quoi, s’il décidait de plaider, pour profiter, une fois encore, de cette visibilité malsaine.

Salah Abdeslam, tu n’es qu’un lâche travesti en héros par la grâce d’une bande de cons. (VC 1.1)

Vilain Coco

442 Partages

Laisser un commentaire