Famille, je vous hais

‘Famille, je vous hais’… la célèbre phrase d’André Gide, devenue un classique des sujets de dissertation proposés aux élèves de Sciences Po… On pourrait la compléter par cette remarque superbe d’Oscar Wilde… ‘La famille n’est jamais qu’un assemblage de gens ennuyeux qui n’ont pas la moindre idée de la façon dont il faut vivre.’

Figurez-vous que j’avais lu très jeune un peu d’Oscar Wilde après avoir dormi dans sa propre chambre à l’hôtel ‘Le Bélier’ où il s’était réfugié à Paris après avoir été condamné en Angleterre pour son homosexualité… Vous me direz, à juste titre, que confier à deux homosexuels le soin de disserter sur la famille judéo-chrétienne n’est peut-être pas le meilleur choix… j’en conviens aisément tout en estimant que le sujet mérite un fameux débat… Quels sont les avantages et les inconvénients de cette cellule de base qui a traversé les siècles ?

D’après le ‘Livre Sacré’, Adam et Eve auraient créé la première famille humaine pour respecter le… ‘Mission Statement’… d’un dieu invisible qui leur aurait tout de même déclaré… ‘Soyez féconds, Croissez et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la’… Ce dieu d’amour ne comprenait donc déjà plus rien du tout en créant son Paradis terrestre… En, effet, j’ai rarement entendu quelque chose d’aussi con… inutile de vous préciser que ce fut donc appliqué à la lettre.

Cornelis van Haarlem : De eerste familie

En fait, nous sommes déjà beaucoup trop nombreux sur cette planète épuisée… merci, Seigneur, pour cette sottise supplémentaire, pour votre manque de vision à long terme… après avoir recommandé une compréhensible fornication frénétique à ces deux premiers êtres humains, nus aux pieds d’un pommier, il eusse fallu prévoir les conséquences dramatiques de cette débauche bestiale planétaire…

Si je devais un jour rencontrer ce dieu incompétent, je pense que j’aurais un sérieux œuf à peler avec lui avant d’accepter de prendre en main son département informatique, visiblement fort mal organisé… ‘Très sincèrement, Seigneur, vous méritez un meilleur computer’.

Si nos gonades adolescentes nous foutaient la paix à l’âge des fornications boutonneuses, nous ne connaîtrions pas tous ces problèmes que la famille ne manquera pas de nous causer… la famille, l’esprit de famille, le respect de la famille, l’amour de la famille, ne sont qu’autant d’armures paralysantes qui nous empêchent de mener les vies aventureuses dont tant d’entrepreneurs ont besoin…

Louis XIV et la famille royale

La famille imposera de telles contraintes quotidiennes qu’ils renonceront rapidement à leurs projets les plus fous pour se concentrer sur le seul pain quotidien que leur dieu d’amour se garde bien de leur donner alors qu’il s’y était engagé… les multinationales exploitent ce filon d’asservissement depuis des siècles… il suffit de nourrir correctement un jeune cadre dirigeant pour le transformer rapidement en robot, obéissant à toutes les directives même les plus ignobles.

Coco, vous êtes trop pessimiste… ce n’est pas complètement faux… il est exact que dans les pays les plus misérables, la famille est devenue le dernier refuge quand les états ne remplissent aucune de leurs obligations théoriques à leur égard… il suffit de vivre quelques années en Afrique miséreuse pour mesurer l’importance de la famille, du clan, de la tribu, lorsque la faim vous tord les boyaux…

Il suffit alors d’entrer dans la première paillote du village pour s’accroupir sur la terre battue autour du petit brasero cancérigène, déguster le plat de brisures de riz, découvrir quelques bas morceaux du poisson pêché le matin même… Convenons-en, la solidarité est une vertu des miséreux… elle est inversement proportionnelle à la situation de fortune du maître de maison… elle n’est évidemment plus de mise lorsque le train de vie s’est amélioré…

The Hatfield Clan of West Virginia, in 1897

La charité bien ordonnée, toute catholique, prend alors la place de la solidarité disparue… une charité méprisante, hautaine, presque indigne, dont il n’y a pas grand-chose à attendre tellement la propriété privée est devenue le sacro-saint principe des pays dits développés… Ma pauvre mère tricotait des lainages pour ces malheureux petits princes hongrois qui avaient fui leurs palais réquisitionnés par les bolcheviques qui les en avaient chassés…

Avec ses amies, elle organisait des ‘ouvroirs’ sous la supervision du curé de la paroisse… En savourant le thé bouillant, les petits gâteaux de chez Wittamer, elles évoquaient ensemble, l’oeil mouillé, le sort terrible de ces catholiques hongrois ruinés par l’ogre bolchevique alors qu’ils vivaient autrefois dans l’opulence avec ces moujiks décrits par Tolstoï, Dostoïevski, la Comtesse de Ségur.

J’ai connu le Prince Antoine Esterhàzi dans la vie nocturne Bruxelloise… il fréquentait, comme moi, la faculté des sciences commerciales et financières à l’Université très catholique de Louvain l’Ancienne… Très attachant, le jeune-homme était imbibé par la noblesse de ses origines comme par les alcools durs qu’il consommait sans aucune modération… je le retrouve un soir, solidement éméché au bar d’une boîte à la mode, soudainement pris à partie par un ‘riche’ noblion belge… la moutarde monte rapidement au nez du Prince ivre…

‘Petit Comte ridicule, votre père n’aurait pas été palefrenier chez le mien.’… grand silence au ‘Dollar’ sous l’oeil amusé de Michel Souloujic, Prince de la vie noctambule des jeunes de cette époque bénie… Le petit noble ridiculisé par le Prince s’était rapidement éclipsé tandis qu’Antoine achevait consciencieusement de se torcher la tronche avant de reprendre le volant, aller dormir, rêver de ses nombreux palais disparus avec l’empire Austro-Hongrois.

Pourquoi, diable, faire autant de bébés alors que des millions d’enfants sont abandonnés dans le monde ? Croyez-vous sérieusement que vos enfants génétiques auront plus de qualités que ceux que vous pourriez adopter ? Vous feriez mieux d’être plus lucide avec votre descendance… un peu de bon sens vous conduirait souvent à constater que cette progéniture ne valait pas tripette… ne mettez pas trop de temps à vous en rendre compte.

William Brooke Baron Cobham and his family -1567

La famille n’est que la Muraille de Chine, le cilice douloureux, l’armure paralysante, imposés à vos rêves les plus fous, à la seule vie qui n’est que la vôtre… Quittez donc cette famille repue pour les océans furieux, les montagnes enneigées, les aventures le plus folles, les femmes les plus chaudes, les enfants les plus abandonnés… Refusez ce confort factice, cette anesthésie générale, qui ne sont que les petits meurtres des vies que vous pouviez vivre alors que vous vous les êtes refusées.

Voulez-vous terminer votre vie à ne rien foutre en vous distrayant avec des petits-enfants qui braillent dans votre jardin… Agagaboumboumbadaboum… Voilà bien qui ne suscite plus chez moi que révulsion horrifiée, en pensant à tout ce que j’ai pu réaliser depuis que j’ai quitté une famille étouffante par la bêtise de son train-train quotidien…

Il ne vous manquerait plus que le golf pour que le cauchemar soit complet… Passé l’âge du golf, devenu podagre, vous devriez ensuite envisager le bridge, en buvant le thé-citron avec quelques vieilles rombières radoteuses, en croquant les délicieux spéculoos de la Maison Dandoy, fournisseurs de la Cour des Gotha… brillante préparation à la mise en bière de ces hordes d’imbéciles heureux qui n’ont rien vécu parce qu’ils ont préféré se contenter de subvenir aux besoins démesurés de leurs familles aussi aimantes que parfaitement inutiles… ‘Éternel Retour du Même’… mais en pire encore… Famille, je vous hais.

A la médiocre aventure familiale, préférez la grande aventure de la liberté. (VC 1.1)

Vilain Coco

 

2 commentaires

  1. Il est amusant de se rappeler que, selon la mythologie chretienne, Adam et Ève , premier couple ayant engendré le reste de l’humanité, n’ont eu que deux fils dont l’un a tué l’autre…
    je vous laisse réfléchir à cela…

Laisser un commentaire