Symphonie de rage

Mon dernier cri de rage ne fut qu’une bulle dans un verre d’eau puisque… Systemafric… a été rapidement interdit, censuré par une justice belge qui n’avait jamais réagi à une telle vitesse depuis des dizaines d’années… ‘Nous avons les moyens de vous faire taire’… claironnait une famille victorieuse secondée par un avocat parjure puisqu’il défend, indirectement à mes seuls frais, une cause dans laquelle il ne peut pas croire en son âme et conscience.

Là est bien le vaste débat actuel… il faudrait imaginer que les hommes ont encore une âme, une conscience, pour pouvoir leur reprocher les décisions scandaleuses qui sont généralement devenues les leurs… les grands seigneurs ont tristement disparus ne cédant la place qu’à leurs laquais qui se contentent de piller sur le court terme l’héritage des anciens avec une gloutonnerie qui dépasse l’imagination.

Hubert Reeves, brillant astrophysicien, vulgarisateur scientifique, militant écologiste, lance à 85 ans son cri d’alarme pour une planète qui risque bien de disparaître par la cupidité de ceux qui s’en jugent les propriétaires… tout se passe dans l’indifférence générale tellement le système a cadenassé la vie des meilleurs acteur de cette tragédie… les jeunes ne peuvent pas parler au risque de ruiner leurs carrières… les vieux ne parlent que rarement tant ils sont déçus, fatigués de prêcher seuls dans le désert.

C’est pourtant lorsque vient l’âge de la retraite que s’ouvre un tout nouvel espace de liberté, l’heure des terribles bilans, le passage nécessaire des témoins à ceux qui devront assurer la relève… croyez-moi, ce n’est pas gagné d’avance…

Après 45 ans de carrière à la tête de ma propre société de services informatiques dont les principaux fournisseurs étaient toutes les grandes multinationales technologiques, je n’ai qu’une envie… celle de crier dans le désert avec Hubert Reeves… cela ne peut pas continuer comme cela… les profits démesurés, optimisés fiscalement pas de véritables gangsters, ne peuvent plus passer avant les êtres humains qui doivent avoir priorité absolue si le monde espère se survivre à lui-même… notre économie actuelle est profondément injuste tout en ruinant littéralement la planète pour les générations suivantes.

J’adore l’approche Reeves des vers de terre comme celle des abeilles et des oiseaux, condamnés à mort par les néonicotinoïdes, ces insecticides style DDT, fabriqués par Bayer… des neurotoxiques qui peuvent gravement impacter la santé des être humains… La méga-fusion… Bayer-Monsanto… est actuellement bloquée pour complément d’enquête par la Commission Européenne mais la bataille est loin d’être gagnée…

Cette maudite fusion des chimistes de Satan… Semences OGM de Monsanto mariées aux pesticides Bayer… pourrait déboucher sur la création de la plus redoutable multinationale criminelle de tous les temps… de tels projets destructeurs de l’humanité ne mériteraient que la prison pour leurs concepteurs…

Il serait d’ailleurs temps de pénaliser ces crimes économiques, de détenir en gardes à vue ces escrocs en cols blancs qui narguent l’Injustice, qui s’estiment à l’abri de toutes poursuites pénales derrière les montagnes de papiers, de recours, de plaintes, d’expertises, des reports, de plaidoiries d’avocats internationaux devant des cours d’arbitrages avec des jugements probablement achetés discrètement par les lobbyistes des multinationales accusées.

Saviez-vous, par exemple, qu’en France, le ‘Verrou de Bercy’ empêche toutes poursuites judiciaires contre les multinationales sans avoir obtenu le feu vert préalable du Ministère des Finances ? Inutile de vous préciser que dans ces conditions les poursuites ne sont que rares exceptions, que les optimalisations fiscales ont encore de très beaux jours devant elles comme en témoigne encore les accords fiscaux secrets, ‘les Luxleaks’, signés par Jean-Claude Juncker au profit des multinationales qui viendraient s’installer au Grand-Duché de Luxembourg.

Quand le Roi d’Arabie Saoudite met ses Princes en prison pour récupérer des dizaines de milliards de dollars, il les obtient avec une facilité déconcertante… il serait temps de suivre cet excellent exemple… En tôle pour réfléchir pendant qu’on accumule la paperasse, on paye le paquet pour sortir, on discute peut-être ensuite… vous verriez rapidement s’éteindre l’arrogance de ces bandits qui ne rêvent qu’en milliards de dollars sans jamais tenir compte de leurs frères humains jetés dans la misère.

Déforestation, pollution des nappes phréatiques, destruction des océans, plantations sauvages, forages pétroliers, captages d’eau potable, cultures de plantes hallucinogènes, empoisonnement des populations voisines, maladies génétiques, cancers, ferme des mille vaches, pêche industrielle, semences OGM, Round-up, délocalisations sauvages, usine de Rana Plaza écroulée en tuant 1135 ouvriers au Bangladesh, drame de Bophal, guerres économiquement programmées…

On n’en finirait pas d’énumérer les atteintes graves aux équilibres fondamentaux qui ruinent les familles, les professions simples, les activités fragiles, la santé à l’abandon, la simple survie… un enfant meurt toute les cinq minutes au Yémen, en Syrie, en Lybie, en Afghanistan, en Afrique…

Les banquiers ont abandonné leur métier traditionnel de soutien à l’économie réelle pour se consacrer aux jeux de hasard, un gigantesque casino de Las Vegas avec junk-bonds, subprimes, M&A, délits d’initiés, produits dérivés, gestion de fortunes d’autrui pour leur compte propre, conseils en optimisation fiscale, carambouilles diverses et variées… nouveau métier de ‘banksters’.

Les Etats commencent à se faire directement justice à eux-mêmes sans plus passer par la lenteur des tribunaux qu’ils imposent à leurs seuls concitoyens… ils peuvent aujourd’hui récupérer d’autorité leurs taxes, saisir vos biens, bloquer vos avoirs en banque, contrôler vos dépenses, calculer vos lourdes pénalités pour non-paiement immédiat des fruits de leurs rackets d’impôts, de contraventions, de mauvais services administratifs… ils n’attaquent que les plus faibles tant ils craignent les puissants qu’ils courtisent à plat ventre… fort avec les faibles, faible avec les forts.

Les fournisseurs d’eau, d’électricité, de téléphonie, de télévision, d’internet, emboîtent le pas en ponctionnant honteusement leurs rentes de quasi-monopoles obligés, leurs abonnés tondus qu’ils privent de leurs services à la moindre défaillance.

Ne nous étendons pas sur la justice paralytique de l’injustice, les hôpitaux surchargés, les mutuelles, les administrations bancales, les scandales en tous genres sous les yeux effarés d’une opinion anesthésiée, coupable de lâche indifférence aux autres, encore réfugiée chez elle tant qu’on n’y entre pas demain de force avec huissiers, serruriers, policiers.

Ce n’est pas un cri de rage solitaire qui devrait monter dans le désert mais des symphonies de rage, un hymne à la rage par toutes les ouvertures de ces chaumières qui seront vendues demain à la casse pour payer ce que plus personne ne pourra finalement payer…

Je connais bien ces escrocs voraces, ces gredins cupides, ces hypocrites branleurs de mouches, qui définissent ce que devrait être leur bon ordre public… leur place normale n’est pas dans les salons capitonnés du pouvoir mais en cellules monacales pour réfléchir longuement sur ce que devrait être une économie au service des valeurs humaines, sur la valeur prépondérante de l’être humain avant toute considération de maximisation des profits.

Le monde court à sa perte par la cupidité de ses élites. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire