Petite Belgique Ridicule

Une entreprise gérée comme la Belgique serait rapidement en faillite frauduleuse avec son CEO derrière les barreaux à Lantin… j’avais coutume d’affirmer cette réalité à mes étudiants, candidats entrepreneurs, dans la classe de… ICHEC Entreprises… il suffit d’observer la manière dont ce minuscule petit Royaume est géré pour comprendre tout ce qu’il ne faudrait surtout pas faire pour éviter la faillite d’une start-up prometteuse.

Il ne serait pas inexact non plus de soutenir que les gestionnaires de la Belgique n’ont aucune vocation à diriger une entreprise d’un tel calibre… avocats sans clientèle, fonctionnaires sans avenir, professeurs dépressifs, alcooliques repentis, fils à papa… nos dirigeants sont tous munis de la bonne carte du parti au pouvoir, en règle de leur cotisation annuelle… Il leur suffit ensuite de hanter les bars, les clubs, les marchés, les bals, les ducasses, les carnavals, de préférence dans le sillage d’un Führer qui aurait le vent en poupe.

Il suffit ensuite de surfer la vague qui porte pour obtenir rapidement le premier poste à responsabilités dans une sinécure grassement rémunérée… le doigt sur la couture du pantalon, il faudra chanter sans arrêt les fadaises du patron, lequel identifiera vite en vous l’élément prometteur dont l’engagement citoyen ne laisse planer aucun doute… on respire immédiatement ces vocations quasi-mystiques de ces hommes, de ces femmes, exceptionnels, désintéressés, qui ne rêvent que de servir leurs peuples en recherche maladive de maîtres, de guides, de dieux.

Un tel degré de bénévolat, autant d’incompétence naturelle, ne peuvent évidemment conduire qu’aux catastrophes devenues la norme de la mauvaise gouvernance des états en faillite virtuelle… Heureusement pour eux… un état fait rarement faillite… même la Grèce, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande finissent par se sortir de la banqueroute grâce à des organisations comme la Banque Centrale Européenne, les Banques Nationales, la Banque Mondiale, le FMI, Fonds Monétaire International, de Madame Lalouette-Lagarde, visionnaire suicidaire, héritière du libertin, Dominique Strauss-Kahn, l’ami personnel de Dodo la Saumure.

A défaut de ne plus pouvoir faire tourner la planche à biffetons, il reste la possibilité de taxer l’air respiré par leurs administrés masochistes, l’ivresse de pouvoir inventer les mécanismes les plus saugrenus qui conduiraient rapidement un entrepreneur aussi malhonnête dans une cellule de Caroline du Nord avec Bernard Madoff, génial précurseur des dettes souveraines, ces gigantesques chaînes de Ponzi qui ne seront jamais remboursées mais simplement reconduites par les derniers passagers du Boeing 747, transporteur de gros pigeons à plumer.

Parmi les bonnes trouvailles récentes de nos immenses décisionnaires, il faudrait souligner l’abandon du diesel subventionné, polluant encouragé pendant quarante ans… les vespasiennes mixtes payantes… les trottoirs rançonnés par des commissionnés à la prune infligée… le ramassage des crottes de chiens… l’éventration méthodique de Bruxelles, la Belle Pucelle déflorée, pour améliorer votre mobilité en milieux piétonnier – cycliste – transports en commun… les délations encouragées des banquiers complices à la CTIF, Cellule de Traitement des Informations Financières, de toute transaction suspecte de blanchiment en bloquant votre argent à leur meilleure convenance unilatérale…

Ajoutez-y les visites domiciliaires… la taxation du capital… la fiscalité confiscatoire… les actes d’incivilités urbaines… la vitesse limitée à 30 km/heure… toutes mesurettes géniales qui permettront aisément, si nécessaire, de neutraliser les casseurs de couilles, ces excités de la démocratie vivante qui oseraient se révolter contre la toute-puissance arbitraire de l’État, de ses complices… Banquiers, Justice, Notaires, Experts, Avocats, Huissiers, Polices, Administrations… ces nouveaux héros du pouvoir absolutiste qui veillent sans relâche au maintien du bon ordre public.

Je cherche vainement un quelconque domaine dans lequel ces visionnaires d’opérette auraient enregistré des résultats probants… l’agriculture est en déroute… la justice est paralysée… la santé est menacée… la sécurité est inexistante… les gangsters narguent la loi… les citoyens sont offerts en sacrifice à l’holocauste… les travailleurs sont en grèves tournantes… les employés sont stressés en dépression nerveuse… la mobilité confine au surplace… les banques sont des casinos… les assureurs encaissent sans indemniser… la fiscalité est délirante… la bêtise règne en maître… le racket tous azimuts est devenu la norme du système.

Bref, tout va très bien Madame la Marquise mais cependant il faut que je vous dise que… j’en ai plein le cul… plein le cul de vivre dans un pays de cons indifférents dirigé par des cons même pas différents… Vous n’en avez rien à cirer… je n’en ai jamais douté… je n’en ai rien à cirer non plus d’ailleurs car je compte très prochainement vous tirer ma plus belle révérence… je sais très bien ce qu’il faudrait faire mais je ne vous le dirai pas… Na.

A mes amis entrepreneurs qui auraient encore la candeur, la naïveté, de vouloir se sacrifier pour la Patrie généreuse, je dis… ‘foutez le camp avant qu’il ne soit trop tard… n’écoutez surtout pas le chant des sirènes… ils vous détestent positivement… leurs sourires ne sont que des grimaces… leurs tronches avenantes ne sont que des masques de carnaval vénitien…

Vous n’êtes que leurs derniers sacs de charbon pour alimenter la chaudière d’une locomotive folle qui ne crache plus que de la fumée… des pétards fumigènes qui vous enfument cyniquement avant de vous présenter l’ardoise avec leur justice, leurs huissiers, leurs flics, leurs serruriers… ils rentrent chez vous comme dans un moulin, ils vous jettent dans la rue avec femme et enfants, ils inventent chaque jour une nouvelle obligation, ils paradent dans l’abondance pendant qu’ils vous mégotent votre maigre pitance.

Fuyez ce petit pays indigne des efforts surhumains que vous devriez fournir pour assurer le pain quotidien de quelques employés qui risquent d’alerter leurs syndicats haineux quand vous déciderez de vous en séparer pour ne pas sombrer vous-même sous le poids d’obligations, toutes plus stupides les unes que les autres.

Amis entrepreneurs, je sais que vous rêvez tous de la grande aventure, celle que vous voulez vivre debout chez vous, pas en levrette dans les multinationales du crime, celles qui font la loi dans ce petit Royaume ridicule… vos rêves grandioses méritent les plus grands espaces, pourquoi pas un continent pour les plus ambitieux…

Tout est à faire en Afrique… elle vous tend les bras… elle est fabuleusement riche de tout ce que nous ne lui avons pas encore volé… elle vous offre un cadre ensoleillé, ses savanes, ses forêts, ses rivages… pourquoi alors vous éreinter à entreprendre dans un pays qui ne rêve que de vous massacrer au profit d’une oligarchie de connards opportunistes ?

Je sais de quoi je parle… j’ai consacré toute ma vie aux petites et moyennes entreprises… elles me l’ont même fort bien rendu… heureusement d’ailleurs car je ne vis certainement pas de l’avarice sordide de ces ploucs arrogants qui prétendaient m’apprécier du temps que j’étais puissant… Vieux, fragilisé, je ne suis plus pour eux qu’une vieille vache stérile, ménopausée, radoteuse, inutile, à peine bonne pour l’étal de la boucherie Sanzot.

Ce serait à refaire, je ne le referais que dans un très grand pays avec la même réussite multipliée par un facteur dix, voire même cent… des projets toujours plus grandioses, plus gigantesques, plus mégalomaniaques que les quelques bricoles encore possibles, déjà impossibles dans cette Belgique ridicule.

Foutez le camp, mes amis, ce pays ne vous mérite pas. (VC 1.1)

Vilain Coco

2 commentaires

  1. Mais il n’y a pas de relation entre entreprise et pays. Une entreprise à pour objectif de permettre à ceux qui la contrôlent un profit maximum. Un pays devrait avoir pour objectif l’épanouissement de la totalité des ses citoyens. Il n’a en tout cas pas pour finalité d’être rentable. On peut ajouter après les scandales innombrables d’entreprises qu’il est heureux que les pays ne soient pas dirigés par les mêmes voyous que Boëls, Davignon et consort. Mais ne soyez pas inquiets, les rapaces que sont le grand patronat avaient un pied dans la place grâce à leur lobby à la commission européenne. Ils n’ont même plus besoin maintenant de solliciter le monde politique puisque Mr Macron assure la transmission directe entre les souhaits du grand capital et les lois.

Laisser un commentaire