Anormal ou normal

Si vous êtes un homme ou une femme normale, soyez sympa, ne lisez pas cette chronique qui va vous hérisser le poil… En attaquant ce sujet, je prends le risque de perdre un paquet de mes lecteurs plus normaux qui se bousculent ces derniers jours sur mon blog… à ma plus grande joie d’ailleurs… il n’y a rien de plus agréable pour une égotique altruiste forcené que ce petit succès qui deviendra très grand.

Avec mon équipe talentueuse, nous mettons tout en place pour que ce blog connaisse une fulgurante ascension météorite assortie d’une diffusion plus internationale… Faites-moi confiance, j’ai pour habitude de dire ce que je vais faire, généralement de faire ce que j’ai dit… je n’ai jamais pratiqué la langue de bois, le discours mou, les secrets d’alcôve, les manœuvres de coulisses… je suis un adepte convaincu du management à l’électro-choc… on casse l’interlocuteur, on examine les morceaux, on reconstruit le mental, on repart du bon pied… on peut aussi se quitter… adieu… au suivant.

les choses doivent être dites, parfois même brutalement… elles ont au moins le mérite d’être claires… on prend ou on ne prend pas mais il n’y a pas deux manières d’interpréter la stratégie qui se définit dans mon cerveau, nulle part ailleurs… je me souviens d’un gros actionnaire qui appréciait modérément mon style de communication… le type m’avait convoqué dans ses bureaux luxueux pour me mettre une solide branlée…

Je m’y attendais au point d’avaler un bon Temesta, une molécule anxiolytique connue sous le nom de Lorazépam… efficacité garantie, calme assuré durant une bonne dizaine d’heures… au lieu de lui sauter à la gorge, je l’observais avec un calme olympien n’attendant que le moment opportun pour planter ma banderille… sa fureur atteignit rapidement un paroxysme dans l’espoir vain de me faire déraper… Merci Temesta.

Le ton ayant finalement baissé, je lui ai soudainement, mais fermement, suggéré de choisir entre lui et moi… je lui remettrais volontiers ma démission que le prochain Conseil d’Administration devrait évidemment valider… le petit noble dédaigneux savait bien qu’il n’obtiendrait jamais cette décision du Conseil… son administrateur représentatif a brusquement démissionné… Quelques mois plus tard, nous avons pu racheter ce bloc de titres pour un prix dérisoire… On s’est quittés fâchés sans un au-revoir… ce sont les jubilations curieuses de la vie des affaires.

Tout le monde se souvient encore du fameux débat télévisé de mai 2012 lors de la présidentielle entre François Hollande et Nicolas Sarkozy… la tirade interminable de François Gouda en… ‘Moi, Président de la République.’… avait bien fait rire toute la France qui l’a tout de même élu pour renvoyer Sarkozy à ses chères études… Nous savons aujourd’hui ce que pouvait être ce… ‘Moi, Président Normal’… une catastrophe pour le Président le plus impopulaire de la 5ème République depuis 1958.

On avait pourtant vu de fameux spécimens pour succéder au Général de Gaulle, retraité à la Boisserie, parti après un référendum qui ne l’avait pas plébiscité… d’abord Georges Pompidou, le cultivé banquier bourgeois de chez Rothschild… ensuite le récent aristocrate chuintant, Valery Giscard d’Estaing, la tête de turc de Thierry le Luron… sa défaite avec sortie théâtralisée… ‘Bonsoir’… François Mitterand, le rusé renard Florentin, homme de culture, de pouvoir, de culture du pouvoir… Jacques Chirac, la dynamique immobile qui préparait la dynamique agitée de Nicolas Sarkozy…

Il ne manquait à la France que le coup du Président Normal… ils l’ont essayé en désespoir de cause pour découvrir…‘ pire que le pire’… Puis, la mise à sac de tous les partis traditionnels grâce à l’action efficace d’un jeune banquier de chez Rothschild infiltré dans le Parti Socialiste, Emmanuel Macron, le petit Marquis Poudré, un gauchiste d’extrême droite ‘modérée’.

Qui est normal ? Qui est anormal ? Charles de Gaulle est clairement un homme anormal, même extraordinaire… Georges Pompidou est un Roi Bourgeois normal… Valery Giscard d’Estaing est un petit noble normal qui a un problème avec le peuple… François Mitterrand est un renard anormal, une figure historique, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas… Jacques Chirac, à mes yeux, est un populiste normal, profondément décevant… Sarkozy est un agité du bocage mais certainement un homme anormal qui pouvait faire tellement mieux.

Le champion toutes catégories de la médiocre normalité reste bien ce François Hollande qui aura signé la déroute de la France tant à l’intérieur qu’à l’extérieur… ce désastre pouvait conduire au pire si Macron n’était pas arrivé… ‘Eh eh, Zorro est arrivé, sans s’presser, le grand Zorro, le beau Zorro, avec son cheval et son grand chapeau’… Soyons franc, le golden-boy m’énerve à crever mais on ne peut pas lui contester une certaine adresse aux manettes… Donc, un homme anormal, avec de réelles qualités… un homme à suivre avant de porter un jugement définitif.

Pourquoi cette dissertation sur les hommes… Normaux ou Anormaux… simplement parce que je crois que la normalité est le dénominateur commun de la médiocrité des peuples… la normalité m’emmerde dans sa banalité… aux plus hautes responsabilités du pouvoir, il nous faut des hommes anormaux, des hommes de visions, des hommes qui font avancer la machine au lieu de s’endormir dans les délices d’un pouvoir conquis dont ils ne savent finalement pas quoi faire.

Donald Trump, Vladimir Poutine, Xi Jinping, sont certainement des hommes anormaux… ils ont de grands desseins pour leurs pays, ils ne ménagent pas leurs efforts pour les faire progresser sur des voies qui peuvent nous déplaire alors qu’elles plaisent à leurs populations à qui ils ont rendu leur fierté nationale, l’estime de soi, leur place dans le monde…

Le Russe, le Chinois, l’Américain, le Coréen, le Vietnamien, le Turc, l’Iranien, l’Israélien, est fier de son pays… Pourrions-nous en dire autant d’être Européen ? Je ne le crois pas… j’aimerais franchement me tromper mais je sens bien que c’est fini… le cancer généralisé nous ronge.

Notre Europe est atteinte de toutes les maladies mortelles, sans aucune gouvernance crédible pour les soigner… pas de vision, pas d’horizon, pas de pilote dans l’avion, pas de rêves, juste un ‘Business as usual’… on joue contre la montre pour conserver des acquis plantureux à une oligarchie qui sait très bien que la partie est perdue… cela ne se dit pas tout haut mais on voit bien que l’agonie est proche… Sous respirateur artificiel, l’Europe est aux soins palliatifs pour momies paralysées par la peur de leurs ombres.

Après les accords de Munich signés en 1940 par Neville Chamberlain, Winston Churchill avait lancé la phrase célèbre… ‘Vous avez eu à choisir entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre.’… Il faudrait méditer cette phrase fameuse car l’histoire est en train de nous repasser les mêmes plats avec un assaisonnement différent.

Partout, nous avons choisi le déshonneur… Ukraine, Russie, Turquie, Italie, Grèce, Israël, Palestine, Syrie, Libye, Afghanistan, Pakistan, Yémen, Somalie, toute l’Afrique… le déshonneur nous est acquis avec mention de grande distinction… nous aurons bientôt la guerre, chez nous cette fois, plus chez les autres comme nous aimons tant la pratiquer.

J’espère évidemment avoir tort mais je crois sincèrement qu’une déflagration approche, qu’elle ne nous épargnera plus alors que c’était le dernier acquit positif de cette Europe molle, indécise, administrative, aveugle, faussement démocratique, celle du Traité de Rome en mars 1957 qui nous promettait le bonheur des peuples dans la paix… l’Italie nous a montré dimanche dernier à quel point ce grand pays fondateur ne croit plus à ce que nous lui promettions… le bonheur s’est envolé, la paix s’envolera bientôt.

Les grands formats anormaux pouvaient réussir, les petits formats normaux vont tout casser. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire