Mystère de la femme

Désolé pour ce long silence justifié par mon voyage en Casamance pour entamer ma procédure de divorce d’avec Madame Huguette Logé-Elsocht… Comme le plus clair de son argumentation criminelle est basé sur des extraits, sortis de leurs contextes, opportunément choisis dans mon Facebook ou mon Blog, nous avons décidé avec mes excellents avocats locaux de priver temporairement la sorcière et ses acolytes homosexuels de cette précieuse source d’informations.

Autrefois avec Huguette Elsocht, je n’étais qu’un grand malade atteint de séquelles pariétales au cerveau suite à mes deux opérations d’un méningiome bénin… D’après cette folle, toxico-mythomane, il en serait résulté ma bipolarité paranoïde extrêmement dangereuse qui annonçait les actes les plus graves allant jusqu’aux meurtres probables de membres de mon entourage.

Depuis que je me suis constitué un dossier médical belge complet à ce sujet, il semblerait que la dame Huguette Elsocht ait légèrement changé son fusil d’épaule… elle oublie provisoirement mon état mental délabré pour insister dorénavant sur certains défauts dont le Royal Léopold Club s’est d’ailleurs fait l’écho qui a justifié mon expulsion en décembre 2017…

Je serais donc devenu aujourd’hui… raciste, pornographe, déviant sexuel, athée irrespectueux, homosexuel honteux, escroc, diffamateur, criminel potentiel, fabulateur de génie, père indigne… Ces torrents de boues odorantes sont repris dans de multiples plaintes déposées par la dame Elsocht et ses quatre complices auprès des autorités locales qui les classent rapidement sans suite…

Il se fait que les magistrats sénégalais, harcelés par ces plaintes en cascade, comprennent de mieux en mieux les manœuvres dilatoires de ces quatre escrocs criminels, complètement incapables d’expliquer l’origine des moyens financiers de leurs existences luxueuses à Boucotte alors qu’ils n’ont jamais rien fichu durant toutes leurs vies.

Tous les importants mouvements de fonds de la dame Huguette Elsocht pour tenter de dissimuler l’argent escroqué, détourné, de nos comptes communs vers de nombreux comptes privés sont soigneusement tracés, identifiés, par l’organisme sénégalais de contrôle des fraudes, une cellule de lutte contre le blanchiment de l’argent sale du crime organisé.

Je n’ai bien évidemment aucune difficulté à expliquer très facilement les origines de ma fortune personnelle mais la dame Huguette Elsocht sera bien en peine de démontrer son soudain enrichissement considérable, exclusivement attribuable à ses manœuvres frauduleuses après avoir tenté d’assassiner son vieux mari amoureux…

Emballer son évidente escroquerie dans une masse de plaintes dilatoires, toutes plus idiotes les unes que les autres, ne lui sera bientôt plus d’aucune utilité lorsque l’énergique enquête en cours lui demandera des comptes plus précis, détaillés, sur son train de vie luxueux.

Parallèlement à cette pénible affaire, Huguette Logé-Elsocht, s’est livré à une gigantesque manipulation de ma fille adoptive, Alice Logé, que j’ai revue pour la troisième fois depuis mai 2016 en exerçant mes deux maigres droits de visite samedi dernier 10h00 du matin, dimanche vers 15h00 en présence de nos huissiers respectifs… j’étais accompagné par Edith Diatta, la maman biologique d’Alice qui est également autorisée à visiter sa fille.

Vous imaginez mal le torrent de reproches que nous avons été obligés d’encaisser sous les regards d’une caméra soigneusement installée samedi dans le salon, dimanche sur la terrasse, pour ne rien perdre de l’entretien soigneusement préparé par cette sorcière haineuse… Alice aurait oublié sa langue maternelle qui reste pourtant bien le Diola… elle oblige sa maman à lui parler en français alors qu’Edith le parle à peine…

L’enfant, complètement déboussolé, parle comme une mitraillette, changeant continuellement de sujets, nous reprochant nerveusement tout et n’importe quoi… ‘Nous l’aurions abandonnée sans jamais reprendre contact avec elle… nous ne lui avons jamais offert le moindre cadeau… nous ne pensons qu’à lui faire du mal à elle et à sa seule vraie maman qui n’est certainement pas celle qui l’a mise au monde avant de s’en séparer… elle ne veut plus entendre parler de sa famille… elle ne nous aime pas, elle nous hait déteste même, elle ne veut plus nous voir…

Nous nous sommes quittés le samedi vers 12h00, le dimanche vers 17h00 sur ce pénible constat… Alice est clairement manipulée, lessivée, transformée, menacée, par la criminelle, Huguette Elsocht, qui lui fait raconter n’importe quoi… Edith, la mère biologique était en larmes, je n’en étais d’ailleurs pas très loin… nous recommencerons ces visites le week-end prochain et les week-ends suivants en espérant encore convaincre Alice de l’erreur involontaire qu’elle commet sans se rendre compte de la souffrance qu’elle nous cause… on verra bien.

L’attitude arrogante, déplaisante, odieuse, de Huguette Elsocht est un spectacle à part entière qui renforce ma conviction, ma détermination, de devoir tenter l’impossible pour sortir cette enfant innocente des griffes de cette criminelle malfaisante… Alice n’est qu’un bouclier humain entre les mains de cette perverse narcissique mythomane qui abandonnera Alice sans la moindre hésitation lorsque le vent tournera… Or, le vent tourne… la renverse ne sera pas favorable à cette association de malfaiteurs.

Je m’attendais évidemment au pire… c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’avais demandé au juge de la famille la présence de la maman biologique d’Alice en espérant atténuer le choc de nos retrouvailles… Visiblement, je n’ai provisoirement pas obtenu le résultat espéré mais j’ai au moins fait comprendre à toute la famille Diatta l’étendue de la manipulation qui s’est jouée durant deux ans dans cette résidence de rêve en bordure de l’océan… Pour Alice Logé, grâce à Huguette Elsocht, sa famille maternelle Diatta a temporairement cessé d’exister… Bravo Guéguette.

Au lieu d’adopter une attitude chaleureuse avec la famille biologique d’Alice Logé, Huguette Elsocht a tout mis en œuvre, durant deux ans, pour la couper complètement de ses racines familiales, de sa langue maternelle, de sa patrie sénégalaise… la mise sous cloche de leurs victimes est une tactique habituelle des pervers narcissiques mythomanes…

J’en ai moi-même été la victime durant cinq ans sans jamais me rendre compte de rien… je ne peux donc certainement pas reprocher à ma fille adoptive, dix ans à peine, ses affreuses réactions prévisibles à l’égard de son père adoptif, de sa charmante maman biologique, de ses oncles, de toutes ses connaissances… Pourquoi nous témoignerait-elle autant de méchanceté sauf sous l’emprise machiavélique de cette femme monstrueuse…

Chaque fois que je revois Huguette Elsocht ces derniers jours, je ne peux pas m’empêcher de la regarder fixement pour essayer de comprendre les motivations inhumaines de cette femme que j’ai aimée à la folie, que j’ai mise dans mon lit, que j’ai caressée sous la couette, que j’ai gavée de mes bienfaits imbéciles…

Dire que j’avais sorti cette femme du ruisseau, d’une soupente pouilleuse, de la misère financière qui n’était que la sienne en 2011… Comment est-il possible aujourd’hui de retrouver ce visage fermé, glacé, méprisant… ces regards mauvais, haineux, assassins… Comment est-ce possible ?

Un vieux con amoureux ne comprendra jamais rien aux femmes. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

  1. Ce que votre fille vie, est considéré comme de la maltraitante psychologique. Elle est victime du SAP, c-à-d du Syndrome d’Aliénation Parentale. C’est quelque chose de terrible et de très difficile à contrer, car elle prend fait et cause pour le parent le plus faible, car l’amour de celui-ci est sujet à un jeu de chantage. Elle est donc obligé de choisir un camp, et sachant que de votre côté votre amour est inconditionnel, elle espère ainsi garder l’amour des deux parents. Bonne chance à vous, pour ma part, ça fait bientôt 4 ans que je n’ai plus vu mes nièces et filleules.

Laisser un commentaire