Un chez soi

Chaque matin, je suis évidemment en ligne, ou par mails, avec mes collaborateurs, mes avocats, mes amis proches de Bruxelles… Avec le tremblement de terre numérique… Internet, Skype, Whatsapp, Outlook, Facebook, WordPress… on imagine mal la facilité actuelle du relationnel international au départ de la Casamance… ce qui était encore impensable il y a quinze ans n’est plus aujourd’hui qu’une vulgaire banalité…

Vous pourriez aisément gérer un véritable empire à distance, tout en savourant le soleil éternel qui se reflète sous vos yeux éblouis dans l’immensité de l’océan… ma troisième carrière, dans ma quinzième vie, se déroulera donc bien ici, en Casamance, avec une efficacité décuplée par cette technologie fulgurante dans une luminothérapie accélératrice de mes neurones qui atteignent des vitesses vertigineuses, presque douloureuses.

La direction générale des… Editions de l’Hirondelle… me confirme ce matin l’accroissement des ventes de mon livre… Systemafric 2.0… de mes affiches, des nombreuses visites sur mon blog qui passera demain les 40000 lecteurs, les premiers soutiens financiers à mes entreprises de solidarité locale… Le top-management de mon bureau d’arbitrage sur le marché euro-dollars… HDC Capital… m’informe des résultats percutants de ces derniers jours dans un marché versatile qui nous offre les meilleures opportunités.

Notre équipe belge… chez Talina SA… termine les premiers tests de pasteurisation des extraits de fleurs d’Hibiscus… les premières bouteilles du… ‘Katakalousse Bissap’… devraient bientôt se retrouver dans les rayons de nos grandes surfaces belges… pendant que les uns s’activent sous la drache dans la casserole grolandaise, les autres travaillent d’arrache-pied sur la mise en travaux des infrastructures nécessaires en Casamance.

Les nombreux chantiers locaux vont bientôt démarrer sous la surveillance de Jean-Claude Pinard, le propriétaire de l’hôtel de charme… ‘Les Bougainvilliers’… construction d’un hall-bio de séchage des fleurs de Bissap… plantation de trois hectares d’Hibiscus à Katakalousse, juste avant la prochaine saison des pluies de juin… rénovation complète du bâtiment de notre porcherie modèle… amélioration technique de notre poulailler partagé entre poulets de grains et poules pondeuses…

Forage d’un nouveau puits à 25 mètres de profondeur pour atteindre la nappe phréatique d’eau douce, indispensable à nos activités d’élevage, à nos plantations… achat d’une camionnette-plateau pour les transports vers et à partir de notre site de production de Katakalousse… remise en service de notre camion frigorifique immobilisé depuis deux ans faute de moyens financiers…

Achat d’un terrain en pente douce vers la magnifique plage de Cap Randoulène pour développer une activité touristique familiale à des prix abordables… sélection d’un superbe terrain en bordure du bolong de Diakène-Diola, future base de départ des excursions en pirogues vers les plus beaux sites des bolongs du fleuve Casamance… location avec chauffeurs de plusieurs taxis-brousse.

Bref, on travaille comme des brutes, en collaboration avec nos équipes locales enthousiastes, pour lancer nos activités rentables, construire ce cercle d’économie vertueuse qui doit financer demain les activités consommatrices d’argent frais… Orphelinat du Cocon de Cabrousse, Maternelle Facoly, Micro-Crédits aux petites entreprises individuelles, coups de pouce ciblés aux éléments méritants, aux étudiants, aux initiatives intéressantes… événements locaux, sports, fêtes, nettoyages urbains, consultations médicales, médicaments, maternités… etc, etc.

Cette énumération pour bien insister sur le fait qu’il s’agit de vacances laborieuses, en aucune manière de ce farniente que vous vous imaginez forcément… Si vous saviez, par contre, à quel point il est agréable de travailler entre un bain de soleil, un plongeon piscine, avant de retourner sur un écran d’ordinateur, je pense que beaucoup d’entre vous devrait envisager une délocalisation de leurs activités… Délocaliser est d’ailleurs très à la mode aujourd’hui, malheureusement surtout vers la Chine que je vous déconseille formellement quand la Casamance ne rêve que de vous accueillir.

Ce jeudi midi, nous étions invités dans la somptueuse propriété de Dominique et Christine Japy à la baie de Boucotte… les Japy, une très ancienne famille industrielle française qui connut ses heures de gloire au 19ème siècle dans le domaine de l’horlogerie, de la quincaillerie…

Avec 4000 ouvriers, l’empire Japy était en 1850 le troisième employeur de France derrière Saint-Gobain et Schneider… ce sont les manufactures des ancêtres de Dominique Japy qui équipaient les poilus de la guerre 14-18 en bidons de tôle étamée ainsi qu’avec ces fameux casques bleus… ‘Adrian’… sortis de leurs usines de Beaucourt en Franche-Comté.

Entre 1799 et 1937, dix-sept mariages unissaient de plus les Japy à leurs cousins Peugeot… deux grandes familles protestantes de l’Est de la France qui produisirent de nombreux capitaines d’industrie, des militaires, de grands aviateurs, des entrepreneurs-nés qui conduisirent le groupe Peugeot à son exceptionnelle situation actuelle tandis que l’empire Japy succombait aux vicissitudes des deux grandes guerres.

Last but not least, Dominique Japy est un fanatique de Napoléon Bonaparte dont ses ancêtres furent toujours de fervents soutiens, y compris durant les Cent-Jours, avec les difficultés évidentes qui s’ensuivirent après la défaite de l’Empereur à Waterloo… Dominique est intarissable sur Napoléon dont il connaît tout après avoir visité la plupart des hauts-lieux de la légende impériale… je dois encore progresser pour atteindre un tel niveau d’érudition bonapartiste… il m’y aidera.

Un détail amusant, Marguerite Japy, épouse du peintre Adoplphe Steinheil, eut une vie galante agitée qui défraya la chronique de la fin du 19ème siècle… le Président de la France, Félix Faure, élu en 1895, mourut dans les bras de la belle le 12 février 1899 au palais même de l’Elysée avant que Marguerite ne s’éclipse discrètement par une porte dérobée… preuve en est qu’on peut être une pieuse protestante sans négliger les joies des galipettes d’une vie de demi-mondaine.

Bref, une fort belle rencontre avec ces deux retraités actifs… une inexplicable alchimie de sympathies immédiates avec ces Japy, une communauté de vues sur tant de sujets variés, des coincidences troublantes… Napoléon, les Lloyds de Londres, Courchevel, la navigation de plaisance, la Barclays Banque, l’amour des pelouses, des fleurs, des arbres, de l’aviation, l’esprit d’entreprise, les fonds d’investissements, le respect des gens simples, la transparence, l’honnêteté, la négociation directe, la générosité naturelle.

Je souhaite évidemment les meilleurs résultats de ce contact privilégié car cette magnifique propriété Japy correspond très exactement à ce que je souhaite acquérir au Cap Skirring pour finir activement mes jours en Casamance… Nous sommes déjà d’accord sur l’essentiel… il ne me reste qu’à régler quelques détails triviaux avant comme après mon prochain retour en Belgique du 16 avril… je sais donc que tout sera rapidement en ordre.

La vidéo de la propriété Japy, prise par l’oncle d’Alice Logé, Damas Diatta, est déjà sur mon mur Facebook… Frédéric Ruelle, mon éditeur préféré, la reprendra évidemment pour illustrer cette chronique Japy sur mon blog… ‘Jean-Claude Logé’… les jolies maisons, les beaux appartements, les bureaux agréables, ont toujours rythmé mon existence tumultueuse… une fois encore, je ressens toute la magie d’un lieu splendide qui doit être un catalyseur d’un bonheur qui me fuit depuis mon Hiroshima du 21 mai 2016.

La qualité d’un habitat est souvent synonyme d’une vie de qualité. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire