Fermeture prochaine des night-shops

Quelle ne fut pas ma stupéfaction en lisant…’Le Soir’… de lundi dernier dont une copie traînait sur le comptoir du ‘Rallye des Autos’, un des derniers cafés-restaurants qui acceptent encore de me recevoir, même de me nourrir à crédit… ‘Gloire à toi, oh Vincent, du plus haut des cieux, Aton veille sur toi’.

La dernière nouvelle hallucinante du jour… ‘Après avoir éradiqué la prostitution des jeunes-filles de bonnes familles qui hantaient les trottoirs de notre immense capitale, les dix-neuf communes excédées décident de s’attaquer à la prolifération des night-shops qui devraient être prochainement interdits dans notre Royaume ridicule.’

Les raisons invoquées sont aussi nombreuses qu’assassines pour ces commerces intolérables… Tapage nocturne… Non-respect des horaires syndicaux dans la branche d’activité… Stress insupportable imposé au petit personnel… Prix exorbitants comparés à ceux pratiqués par les épiceries de quartiers qui dénoncent cette concurrence clairement déloyale.

Nos politiciens, toujours à l’affût d’une interdiction supplémentaire, n’hésiteront pas longtemps à prendre les mesures draconiennes qui s’imposent pour combattre ce fléau qui menace l’emploi, comme la bonne santé bilantaire, d’un réseau de boutiques honorables, respectueuses, elles, des innombrables législations imbéciles en vigueur au Royaume de Groland.

Après les récentes victoires remportées contre… AirBnb, Über, GAFAM, Dodo la Saumure… il devient urgent de faire disparaître ces night-shops qui exploitent honteusement la naïveté des petits retraités, des ploucs fragilisés par le surendettement… Saviez-vous par exemple qu’une simple baguette de pain vendue à 1,60 euros dans votre Delhaize local peut atteindre la somme indécente de 2,10 euros dans une échoppe qui vous la livrerait à 02h00 du matin au milieu de hordes bruyantes de jeunes ivrognes, imbibés de cervoises lourdement alcoolisées.

Les espions du Ministère de l’Intérieur surveillent attentivement ces lieux nocturnes de débauches alimentaires… ils troublent le sommeil du voisinage, lequel alerte sans arrêt le service 900 pour que cessent ces atteintes à l’ordre public, au respect civique le plus élémentaire…

On passera sur le dégoût matinal des distinguées bourgeoises lorsqu’elles doivent promener Mirza vers 09h00 du matin sur des trottoirs jonchés de canettes vides, crottés de déjections humaines ou canines, de papiers gras, de mouchoirs gluants, de vomissures de voyous noctambules qui fréquentent volontiers ces derniers lieux ouverts pour débiter tardivement des boissons à proscrire.

Les lourds frais de nettoyage quotidien, au karcher Brico-Center, doivent être pris en charge par les citoyens qui ne profitent nullement de ces facilités illégales alors qu’ils doivent en supporter les coûts de remise en état de propreté sans parler des nuisances, tant sonores que visuelles et malodorantes.

Proposition est donc faite de rapidement régler le sort de ces boutiques diaboliques, gérées par des humains à mines patibulaires, donnant sérieusement à penser qu’il pourrait s’agir de radicalisés islamiques, de nègres abrutis, de niacs aux sourires hypocrites, de juifs séfarades qui auraient survécu à la haine antisémitique en résurgence dans la grande Europe que le monde nous envie.

Un nouveau site gouvernemental vient d’être ouvert… ‘balancetonnightshop’… pour permettre aux populations déstabilisées de manifester leur soutien inconditionnel à leurs élus… des héros du labeur qui travaillent d’arrache-pied au bien-être de leurs électeurs reconnaissants…

Croiriez-vous que, même en cette journée du brin de muguet à fines clochettes blanches, la cellule de crise, MR-NVA, s’est réunie en urgence à Val-Duchesse sous la houlette de Tête-d’Oeuf pour mettre un point final aux derniers arbitrages des détails d’un plan d’éradication totale de ces souks mercantiles nocturnes… l’opération top-secrète a été baptisée… ‘Solution Finale’… le bon goût belge classique, régulièrement pratiqué par les ploucs au pouvoir.

Le génie des collines de Cointe s/Meuse ne participera pas à cette réunion au sommet, trop occupé à se chercher un nouvel ambassadeur à Kinshasa depuis que le traître, Bertrand de Crombrugghe, a rompu unilatéralement le pacte de confiance qui le liait moralement à nos Ministres en charge du contrôle des meilleures pratiques démocratiques dans cette République bananière.

Pauvre Bertrand de Crombrugghe… il n’a rien compris aux traditions ancestrales de notre grande ex-colonie… Reconnaissons, à sa décharge, qu’une dérisoire longévité… à peine deux ans au poste d’Ambassadeur de Belgique à Kinshasa… est largement insuffisante pour évaluer, avec toute la précision voulue, la hauteur des honoraires à verser régulièrement aux élus locaux pour permettre à l’immense Belgique de prolonger le pillage en règle de ces riches territoires miniers à ciel ouvert.

Nul n’ignore que depuis 1961, nous pratiquons dans cette terre lointaine la politique de la sévérité la plus extrême alors que notre excellent ami, Bertrand de Crombrugghe, recommandait une approche plus pragmatique, traduisez plus économe, de la fructueuse situation existante… C’en était trop pour Alexander De Croo, Didier Reynders, Charles et Louis Michel, André Flahaut qui ne supportent plus les atteintes à notre grande oeuvre démocratique locale qu’ils encouragent depuis soixante ans avec l’appui inébranlable du haut clergé catholique.

Après tant de vieux démocrates congolais, aujourd’hui disparus, morts ou liquidés… Lumumba, Kasavubu, Mobutu, Tshombé, Habyarimana, Kabila père… Joseph Kabila, fils de Laurent-Désiré, un moment favorisé par le trio… Kagamé-CIA-Sûreté de l’État Belge… devient soudainement aujourd’hui une menace pour nos derniers intérêts résiduels dans ce Zaïre lointain… on ne recule jamais devant une telle menace… la plus sévère fermeté s’impose d’évidence, au besoin même par parachutage de nos bérets verts dont ces congolais, noirs de surcroît, firent les frais en 1978 lors de la sanglante bataille de Kolwezi.

L’ingratitude des africains à notre égard dépasse les bornes du permis… ils oublient trop rapidement que nous leur avons apporté les bienfaits de la civilisation occidentale, les douceurs consolatrices de la religion catholique, les principes fondateurs de la grande démocratie, la langue harmonieuse de Vondel avant Guido Gezelle, l’éducation de la jeunesse chez les Pères Blancs ou les religieuses de l’Assomption, le goût retrouvé d’un esclavage plus moderne, rémunéré, stupidement supprimé par notre grand roi, Léopold II, l’homme qui dépensait l’argent du caoutchouc dans les bras musclés de la Belle Otero avant ceux de la baronne de Vaughan.

Grâce à notre action colonisatrice généreuse, la Belgique s’est vue dotée de bâtiments de prestige qu’elle peine à entretenir… le Palais de Justice de Bruxelles, le Palais Royal, les Arcades du Cinquantenaire, le Musée de Tervueren, les Serres de Laeken, le Château d’Ardennes, le château de Ciergnon, la Tour de la Baronne Vaughan, la modeste Villa Léopolda à Villefranche-sur-Mer…

La Donation Royale, créée en 1903, constitue, une fois encore, une puissante institution au service des arts, des lettres, de la culture, de l’éducation, de la promotion d’une société meilleure, plus humaniste, socialement mixte, multiculturelle, plus noble enfin, dont l’objectif sociétal échappe fort bizarrement à nos anciens colonisés aveugles qui osent prétendre que nous n’y aurions laissé que la faim, la misère, le désordre, la corruption, le pillage de leurs richesses… pourquoi pas les night-shops tant qu’ils y sont ?

Il serait temps que le soldat inconnu sorte du night-shop pour défendre la mère-Patrie en danger.
(VC 1.1)

Vilain Coco

 

Un commentaire

Laisser un commentaire