J’accuse la bourgeoisie

Le mois de mai reste par définition celui où les Belges ne fichent plus rien du tout… le temps ensoleillé ne fera que renforcer cette fâcheuse tendance qui semble devoir encore s’accentuer… Ce mercredi 8 mai, c’est donc un viaduc de Beez qui se prépare jusque dimanche soir… Tous les bistrots se frottent les mains, à la Côte, dans les Ardennes, même à Bruxelles…

Auguste Rodin, Les Bourgeois de Calais, plâtre, 1889

A Bruxelles, la donne est un peu différente… vous ne me croirez pas… c’est pourtant bien la pluie, le ciel gris, le brouillard, le labeur qui déterminent le niveau de fréquentation des cafés de notre immense Capitale au minuscule Royaume de Gotha… S’il fait beau, le Belge s’enfuit vers ses lieux habituels de résidences secondaires… S’il fait moche, le Belge se réfugie dans son bistrot préféré pour retrouver ses amis avec qui il peut parler de la pluie et du beau temps, n’ayant généralement pas grand-chose d’autre à leur raconter.

Jeudi dernier, j’avais mon déjeuner hebdomadaire chez des bourgeois qui m’amusent encore en tant que laboratoire d’analyses sociologiques… Plus personne n’ignore ma détestation profonde des bourgeois, cette caste dont je suis moi-même un pur produit biologique… on ne critique sévèrement une situation que si on la connaît en détails… Il m’aura donc fallu travailler, observer 70 ans durant cette ambiance frelatée avant de retrouver l’espace sublime de grande liberté qui m’autorise à juger ce que fut autrefois mon existence… cela s’appelle en bon français… ‘cracher dans la soupe’.

Je recommande à ceux qui souhaiteraient cracher dans cette bonne soupe d’attendre l’âge de la retraite car la caste bourgeoise ne se laissera pas faire… De plus, elle possède tous les moyens de vous faire taire… elle les utilise, sans le moindre état d’âme, lorsque un danger menace ses droits acquis… La prudence du serpent s’impose donc aux rares bourgeois objectifs qui oseraient exprimer un jour leurs tendances anarchistes, extrême-gauche ou extrême-droite confondues, voire même astucieusement mélangées.

Bref, je déjeunais donc jeudi en bonne compagnie, toujours à l’affût d’une occasion de manifester ma réprobation provocatrice… Pour rappel, je venais de publier sur mon mur Facebook la dernière lettre à sa femme du prophète africain, Patrice Lumumba, assassiné le 17 janvier 1961 par Mobutu, le laquais des Belges qui avaient programmé son élimination avant de le dissoudre dans l’acide.

Avec Winnie Mandela, Aline Sitoé Diatta, Patrice Lumumba resteront des géants de l’Histoire Africaine, ceux qui auront préparé son prochain éveil… Or, quand l’Afrique s’éveillera, le monde tremblera…

Comme je réclamais qu’une place ou une avenue importante de notre immense capitale gothique soit rebaptisée… ‘Place/Avenue Patrice Lumumba’… une amie bourgeoise présente me fit sèchement remarquer que mon délire exotique n’avait aucun intérêt électoral aux prochaines municipales… Une majorité de jeunes africains de Matongé ignoreraient complètement qui est ce Patrice Lumumba… assassiné, dissous, oublié, mort, enterré, disparu à jamais.

J’explose évidemment devant tant d’audace… Je sors de mes gonds… de cette réserve modeste qui m’est coutumière… je traite modérément cette caricature de bourgeoise de… ‘Connasse de Concours’… Je me calme ensuite rapidement pour écouter les flots de sottises déversées sur mon héros de l’heure… il faut apprendre à se taire pour entendre… pour mesurer le fossé qui me sépare de ces bourgeois qui décident avec mépris de ne rien voir, ne rien entendre, ne jamais rien dire…

Jean-Simon Berthélemy Les Bourgeois de Calais – 1782

Pour vivre heureux, vivons silencieusement cachés, pensent ces armées de ‘bons-à-rien’… Ils se contentent de savourer leurs petites vies médiocres, sans autre ambition que celles définies par la bienséance imbuvable, la politesse des snobs, l’indifférence des bourges, l’hypocrisie des menteurs, la belle famille imbécile, les lumières éteintes des derniers cierges de la très sainte église catholique.

Comment peut-on encore oser glorifier notre action  colonisatrice en Afrique, notre pillage toujours organisé, nos apparentes indépendances fictives, programmées en 1960, notre mise sous tutelle des anciennes colonies à travers la corruption endémique d’une élite indigène obéissante, la misère crasse, volontairement entretenue, de masses populaires   réduites à l’esclavage moderne quand nous ne soutenons pas leurs simples génocides ?

Belges, Français, Anglais, Allemands, Américains, Russes, Chinois, sont les grands coupables criminels de cette situation scandaleuse… Quand l’Afrique s’éveillera, le monde tremblera… l’Afrique n’a aucune aide à mendier… Elle a simplement toutes ses richesses à récupérer, à confisquer, à nationaliser, à se réapproprier… Pour ce faire, il lui faudra nettoyer au karcher la racaille qui les exploite toujours aujourd’hui, y compris dans le bain du sang de ses propres enfants car les futures batailles promettent d’être sanglantes.

           

La bourgeoisie mondiale vivra évidemment moins bien lorsqu’elle sera privée du fruit de ses immondes rapines coutumières… C’est d’ailleurs très exactement ce qu’elle craint… le Géant Africain se lèvera un jour pour prendre sa véritable place dans le monde, à la riche table garnie des autres géants qui se juraient bien de lui interdire l’accès au banquet.

Pour l’avoir clairement fait comprendre à notre immense Roi Baudouin le 30 juin 1960 à Kinshasa, Patrice Lumumba fut condamné à la mort des martyrs de la cause africaine sacrée… Mais une conne bourgeoise estime qu’il est oublié, qu’il ne sert plus à rien, que ces vagues sont inutiles, qu’elles n’intéressent plus personne… il n’est pas inexact pour cette sotte de considérer que nos prochaines élections communales revêtent, elles, une importance planétaire.

J’ai clairement fait comprendre à mes rares amis que je ne terminerais pas ma vie dans ce pays surréaliste… l’air ambiant m’y est simplement devenu irrespirable… je n’y suis plus d’aucune utilité tant la cause me semble déjà perdue… Cette parfaite indifférence silencieuse m’étouffe littéralement alors que, avouons-le, je la pratiquais facilement, même voracement autrefois… Pourquoi le dissimuler ?… J’ai longtemps fait partie du système… je buvais volontiers la bonne soupe dans laquelle je crache abondamment aujourd’hui… je ne suis qu’un repenti.

Un homme évolue au fil de son existence… j’étais autrefois assoiffé d’honneurs, de pouvoir, de femmes et d’argent… je les ai eus… avec tous les risques, les nombreux petits bonheurs, les gros malheurs qui y sont généralement associés.

La réponse de la sotte bourgeoise que j’avais grossièrement traitée de…’Connasse’… fut… ‘De toute manière, avec toi, tout le monde est con.’… Reconnaissons donc à cette jeune-fille en fleurs une réelle tendance à s’améliorer… elle n’a clairement pas tort… le peuple est évidemment con comme une bille… ses élites bourgeoises, gonflées à l’hélium de la bêtise, me font penser à des montgolfières de la connerie indifférente…

Je prédis bientôt à toute cette bourgeoisie aveugle, imbécile, indifférente, le sort peu enviable qu’elle avait réservé à sa noblesse en 1793… Elle n’a pris la place vacante que pour mieux copier ce qu’il y avait de pire, en aggravant encore les dérives de cette noblesse qu’elle exécrait positivement durant la Terreur…Résultat de recherche d'images pour "Graf Hindenburg gif animé"

La bourgeoisie connaîtra bientôt le même sort que le paquebot Titanic ou celui du Zeppelin LZ-129, Graf Hindenburg, prenant soudainement feu le 6 mai 1837 à l’atterrissage sur la base militaire de Lakehurst au sud de New-York.

Nobles puis Bourgeois enfin disparus, il faudra bien essayer autre chose… ce seront les Peuples… en souhaitant qu’ils se montrent plus sages que leurs anciens… Place à la multitude de ces petits ballons blancs qui feront exploser l’oligarchie des gros ballons, gonflés à l’hélium, à l’hydrogène, de la monumentale connerie indifférente de nos élites bourgeoises.

J’accuse la bourgeoisie de crimes contre l’humanité… la peine de mort est requise. (VC 1.1)

Vilain Coco

 

Laisser un commentaire