Asphyxie garantie

par Jean-Claude Logé

21 mai 2018… grande journée anniversaire de mon Hiroshima du 21 mai 2016… deux ans déjà que ma vie de retraité endormi s’est brutalement écroulée en quinze minutes chronos… j’ai soudainement perdu mon épouse tendrement aimante, ma fille adoptive, Alice Logé, mes deux villas en Casamance, une petite fortune sur des comptes bancaires imprudemment confiés à une criminelle aidée de ses trois complices homosexuels.

Deux ans plus tard, rien n’a changé sauf ma condamnation de ce 02/05/2018, devant le tribunal de Ziguinchor… deux mois de prison avec sursis, un casier judiciaire, une amende de 100.000 CFA pour avoir osé revenir au domicile conjugal, accompagné de la famille biologique d’Alice Logé… En présence d’un huissier de justice, nous espérions tous revoir Alice séquestrée, isolée, manipulée, par des adultes sans aucun scrupule.

e

Belle justice en vérité qui condamne des innocents pour innocenter les coupables dont elle devient de facto la complice objective… Croyez-vous que je m’en étonne ? Pas le moins du monde tant il y a longtemps que je ne crois plus un mot de toutes ces fadaises, communément admises, qui font le sel de nos larmes sur une réalité proprement imbuvable.

Je fais fort heureusement partie de ces curieuses personnes qui ne voient que des signes potentiels de bonheur dans leurs malheurs tout apparents… Huguette Logé-Elsocht n’est évidemment rien d’autre qu’une criminelle, bénéficiant d’une curieuse protection juridique qu’elle utilise d’ailleurs avec un art consommé… une intelligence remarquable, toujours mise au service des causes les plus ignobles depuis sa tendre adolescence…

C’est mon premier constat après deux ans de combats ininterrompus… La guerre engagée ne doit pourtant pas me faire oublier que, sans Huguette, je n’aurais jamais vécu six belles années en Afrique… je n’aurais jamais adopté ma merveilleuse fille Alice… je n’aurais jamais rencontré les Diatta de Cabrousse, sa famille biologique… Les Diatta sont aujourd’hui devenus mes amis proches pour m’épauler dans une retraite mouvementée, remplie de projets inimaginables qui vont illuminer la fin de vie d’un vieil entrepreneur qui refuse de s’endormir sur ses lauriers.

Je consultais ce matin mon Blog sur internet… nous venons de dépasser les 50.000 visites… pas mal pour un inconnu qui se prend pour un chroniqueur… Pour un… ‘raté qui aurait raté sa vie’… comme le lui confirmait, par écrit, un de ses héritiers imbéciles… 50.000 visites en six mois me font évidemment plaisir même si je sais que c’est peu de chose à côté des grands rassemblements de foules pour une visite du bon pape François, une quelconque marche blanche, le mariage du prince Harry avec sa ravissante Mégane.

Il faut relativiser l’importance de ces bains de foules… Joseph Staline, Mao Tsé-Toung, surtout Adolf Hitler pourraient alors recevoir une palme d’or au Festival des grand-messes hystériques comme celles de Nuremberg… la quantité prime alors la qualité… les hurlements de la bêtise généralisée submergent les confidences de l’intelligence… Il se fait que je préfère lire la pensée élitiste de Friedrich Nietzsche ou Michel Onfray que les radotages sucrés, à succès, de Marc Lévy ou Guillaume Musso… chacun ses goûts dit le cochon qui mange une merde.

Qu’il y ait plus de cochons que d’intellectuels n’a rien qui m’étonne… Avec 99,2 % de cons sur cette terre de misère, la littérature de gare devrait encore connaître un fort bel avenir… J’ajoute que Nietzsche ou Onfray ne peuvent pas grand-chose pour consoler les oubliés de la vie… Levy, Musso, les trois monothéismes, possèdent au moins cet immense avantage de plaire naturellement à la grande masse des esclaves miséreux qui ne rêvent que de renverser leurs maîtres opulents… le ressentiment fonde la moraline des masses populaires dont il y a souvent lieu de se méfier comme de la peste noire.

Ce qui me fait marrer sur mon blog reste bien l’examen de mes statistiques inaccessibles à la masse de mes lecteurs puisque nous nous en réservons l’exclusivité aux fins d’analyse et d’orientation… Figurez-vous que ma chronique la plus lue, avec près de 1000 visites, reste bien celle de l’annonce médiatisée de ma condamnation à Ziguinchor le deux mai dernier…

Belle illustration de la fameuse maxime de La Rochefoucauld qui soutenait, à juste titre… ‘On trouve toujours dans le malheur des autres une excellente raison de se réjouir’… Je suis ravi d’offrir aux imbéciles cette belle occasion de se réjouir, d’autant que je m’en suis fort amusé moi-même… cette décision inique est tellement conforme à l’image que je me fais de la justice qu’elle me conforte dans ma décision inébranlable de mener mes combats jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Dans cet esprit, je fait mienne la devise idiote de l’immense armée sénégalaise… ‘On nous tue, on ne nous déshonore pas’… il faudrait effectivement me tuer pour me faire taire… mon honneur indiscutable est ‘logé’ dans ma tête qui se fiche bien de l’opprobre du grand public pour qui je n’ai que le mépris qu’il mérite.

Une lectrice sympathique m’explique que je devrais cesser de me répandre sur Facebook ou dans mon Blog… ‘Quand comprendras-tu ?’… me dit-elle sentencieusement… je lui réponds qu’elle a raison dans l’absolu mais que je n’en ferai rien car je me fiche cordialement des avis de ceux qui rêvent de me tuer sans y parvenir… ‘Le canard est toujours vivant’… racontait Robert Lamoureux… ils n’ont qu’à faire comme papa qui va chercher son fusil de chasse pour en finir avec ce vilain canard qui le nargue du haut d’une armoire…

Je me fiche bien de leur déshonneur légal… ils n’ont qu’à me tuer comme le complotait sournoisement ma charmante épouse criminelle avec ses trois complices homosexuels… ces gredins savaient parfaitement que c’était la seule solution pour en finir définitivement… le crime parfait… la solution finale… Caramba, encore raté…

Parmi les nombreux commentaires, il en est un qui m’a particulièrement amusé… il émane d’un ancien ami pour qui j’ai eu des faiblesses regrettables… les fous furieux m’ont toujours beaucoup plus amusé que les gens sérieux… Le Baron Bernardino Della Fosse di Farniente al Porco Fresco est une caricature vivante de ces fous furieux.

Ravi de ma condamnation, cet imbécile heureux m’envoie un SMS reprenant la photo du récent article me concernant dans la Dernière Heure avec ce commentaire tout amical… ‘De Trends à la DH, la descente… Farniente, elle, passe du journal La Meuse à Trends’…

Pour la masse des indifférents, les sous-entendus du talentueux Baron sont évidemment assez subtils à décoder… il s’agit, en résumé, de me faire bien comprendre son bonheur de voir le Manager de L’Année 1996, élu par les lecteurs de Trends Tendances, se retrouver en chute libre dans les faits divers de la Dernière Heure… alors que sa propre entreprise minuscule, la sublime lasagne ‘Farniente’, passerait des tréfonds de La Meuse-La Lanterne vers le paradis des top-managers Trends Tendances.

Le Baron n’est finalement qu’une illustration, à peine exagérée, de ce que pensent beaucoup de mes anciens excellents amis qui se contentent de garder le silence prudent des bourgeois tout en se réjouissant discrètement de ce qu’ils considèrent déjà comme mon enterrement de première classe.

Je dois donc féliciter le courageux Baron, pseudo-propriétaire d’une arrière-cuisine de pâtes humides pour précaires affamés… le petit Calife frimeur se voit déjà à la place de son Maître… En somme, le grand classique du coup de pied de l’âne…

Avec le Baron Della Fosse di Farniente, les jeunes dirigeants incompétents du Royal Léopold Club, les hautes autorités de la banque fromagère ING, les ingrats de deux familles tendrement aimantes, de nombreux ex-amis bienveillants, je tiens les meilleures raisons de m’évader le plus rapidement possible de cette médiocre pestilence belge… Sans masque à gaz Sarin, le danger d’asphyxie n’est plus un risque probable mais une certitude qu’il est, par définition, impossible d’assurer.

Le malheur des uns fait clairement le bonheur des autres. (VC 1.1)

Vilain Coco

 

2 commentaires
0

Related Posts

2 commentaires

Yannick MICHEL 21 mai 2018 - 15 h 47 min

Continues à te battre mon cher. Comptes-tu faire appel de ta condamnation? La justice sénégalise est quelquefois surprenante. Courage.

Répondre
Legitonlinepharmacy 22 mai 2018 - 10 h 51 min

Jean-Claude Logé, thanks so much for the post.Much thanks again. Really Cool.

Répondre

Laissez un Commentaire

Le Blog de Jean-Claude Logé