Boum – Badaboum

L’Echo du week-end nous informe de ce que la crise italienne pourrait marquer durablement les marchés européens, déjà affectés par le ralentissement de la croissance économique… la formulation est superbe… il se fait que n’ayant remarqué aucune accélération de la croissance économique, je n’avais, naïvement, pas imaginé qu’elle puisse ralentir… Heureusement, les experts financiers sont au taquet pour régulièrement m’expliquer l’inexplicable.

Je dois avouer que la situation politique italienne m’interpelle autant que ses probables conséquences macro-économiques, parfaitement imprévisibles à ce jour… me raconter qu’on va sensiblement réduire les impôts tout en accordant un revenu universel de base à chaque italien me stresse autant qu’une équation trigonométrique du deuxième degré dans un cours de mathématiques auquel je n’ai rigoureusement jamais rien compris… même remarque d’ailleurs pour la chimie organique, la physique de Max Planck, le calcul matriciel ou le chinois mandarin.

J’abandonne volontiers ces pratiques cabalistiques aux scientifiques, genre Robert Oppenheimer préparant secrètement la folie atomique avec les docteurs Folamour du projet Manhattan… Cette agitation frénétique devait un jour faire ‘boum’, elle fit donc ‘boum’ deux tristes matins d’août 1945 sur les villes de Hiroshima et Nagasaki… les criminels de guerre japonais condamnés, l’axe du mal, ont été impitoyablement punis par des criminels de guerre américains, évidemment acquittés pour avoir sauvé l’axe du bien.

Un autre criminel de guerre, Russe cette fois, caché dans l’ombre, profitait de ce chaos programmé à Yalta pour s’emparer de la Mandchourie, de la Corée du Nord, aux termes d’accords secrets entre vieillards cacochymes, omnipotents, responsables du futur de l’humanité.

Guerre 1939-1945. Conférence de Yalta (4-11 février 1945). Winston Churchill, Franklin Delano Roosevelt et Joseph Staline. Derrière eux : Anthony Eden, Stettinius et Molotov.

Le seul grand avantage de ces épouvantables frappes nucléaires reste bien de nous en avoir épargné de plus terribles encore depuis cette maudite année 1945… Cette capacité de destruction massive n’est plus aujourd’hui qu’une potentielle dissuasion massive, malheureusement à prolifération lente, entre des mains intégristes de pays qui n’inspirent guère une totale confiance… Iran, Israël, Inde, Pakistan, Corée du Nord, Afrique du Sud, Brésil, Arabie Saoudite, Syrie, Chine, Russie… USA, le seul pays ayant quand même décidé un jour de l’utiliser.

Il est de bon ton de considérer que le ‘Club Nucléaire’ réunissant les cinq grands… USA – Russie – Chine – France – Royaume-Uni… ne les utiliserait jamais sauf cas de force majeure menaçant leur propre survie… la légitime défense en somme… Notons au passage que plus rien ne menaçait la survie des USA en 1945 lorsque ils décidèrent de larguer ‘Little Boy’ et ‘Fat Man’, deux pétards de voyous facétieux comparés à ce qu’on pourrait leur balancer aujourd’hui…

La guerre du Pacifique était largement gagnée… En ruines, le Japon, comme l’Allemagne d’ailleurs, était à genoux… les meilleurs généraux américains n’étaient pas favorables à cette décision criminelle de Harry Truman, mise à exécution avec un cynisme tout anglo-saxon qui dépasse mon imagination… Ceci pour dire que ces notions de survie, de légitime défense, de diplomatie secrète, n’étaient déjà que les fruits pourris des curieuses cogitations de nos dirigeants dont on se demande sur quelles bases ils peuvent prendre des décisions aussi affolantes.

J’ignore ce que vous en pensez… Personnellement, je n’ai plus la moindre illusion sur la capacité des élites à rester raisonnables en situation de crises extrêmes… j’en suis arrivé pratiquement à considérer que la Russie, comme la Chine, garantissent mieux la paix dans le monde que les Américains en guerre perpétuelle depuis l’agression, très opportune, de Pearl Harbor en décembre 1941.

Considéré comme un des plus grands Présidents américain, Franklin Roosevelt restera quand même dans l’histoire comme le premier Président US qui aura initié la politique interventionniste des USA dans le monde… Depuis cette entrée dans un conflit majeur, l’économie américaine est devenue une économie de guerre… Elle doit faire la guerre pour pouvoir tourner à plein régime sans jamais se soucier de ses déficits colossaux.

Tandis que l’Amérique, gendarme du monde, persiste à faire la guerre contre tout ce qui bouge, d’autres grandes puissances ont opté pour la guerre économique dans la paix… on gagnera dans le marché ce qu’on avait souvent perdu sur les champs de batailles… Allemagne, Japon, Corée du Sud, Chine étaient les grands perdants de 1945… ils sont les grands gagnants en 2018, avec quelques autres pays du mythique village global célébré en grande pompe chaque mois de janvier au ‘World Economic Forum’ de Davos.

Cette prospérité, toute apparente, reste bien fragile… Des colosses aux pieds d’argile pour le prophète Daniel… Des tigres de papier pour Mao-tsé-Toung… Donald Trump vient d’ailleurs de passer à l’attaque de ces forteresses mercantiles dans le cadre de son programme… ‘America First’… Il veut taxer l’acier et l’aluminium avant de taxer ce qui lui plaira puisque la Chine comme les Européens font de la résistance, osent envisager leurs propres mesures de rétorsion…

Autant dire qu’on va rapidement retourner à ces barrières douanières contre lesquelles les vils commerçants de Davos se battent depuis presque un siècle… Les grandes places financières s’énervent, les devises chancellent, le système bancaire tremble de nouveau, les populismes ont la partie belle quand les précaires se multiplient, quand l’immigration mal-maîtrisée embrase les esprits… les trois monothéismes d’amour font la cerise sur le gâteau, la croûte aux fraises de Wépion.

Que dirait notre Grand Général qui avait horreur de la chienlit ? ‘Ce n’est même plus la chienlit, mon Général, c’est le bordel complet généralisé’… lui répondrait le Général Massu à Baden-Baden… Brexit pour le Royaume-Uni… Catalogne pour l’Espagne… Extrémismes pour l’Italie… Macron pour une France qui ne vote plus… Angela Merkel fragilisée… Grèce exsangue… Turquie fasciste… Lybie explosée… Israël conquérante… Iran – Syrie – Irak – Liban – Yémen – Arabie Saoudite, nous offrent un ‘remake’ moderne des croisades qui faisaient tout de même moins de dégâts.

La multiplication des foyers d’insurrection constitue probablement notre meilleure chance d’échapper à une nouvelle attaque nucléaire… il est clair que ce funeste projet est régulièrement évoqué, même étudié dans ses moindres détails, par les états-majors militaires dont on connaît toute l’intelligence belliqueuse fondamentale… Jérusalem enverrait volontiers un pétard sur Téhéran qui répondrait par un colis-cadeau sur Jérusalem ou Riyad… la Chine réveillée observerait le massacre à bonne distance… les Russes pousseraient quelques pions sur l’échiquier… les Américains, et leurs toutous naturels, prêteraient certainement main forte à Israël.

Le plus important dans la guerre c’est de ne surtout plus la faire chez soi… il faut évidemment faire la guerre chez le voisin, le plus lointain possible, de préférence un voisin pauvre pour minimiser le coût des destructions massives, des pertes collatérales en vies humaines misérables, donc sans réelle valeur économique.

Balancer une tête nucléaire à 15.000 kilomètres de chez soi ne constituera qu’un fait divers qui ne perturbera pas longtemps les bonnes consciences de Californie… Empoisonner 400.000 hectares au gaz orange dans des pays aussi lointains que… Vietnam, Cambodge, Laos, Corée… n’avait fait l’objet, durant un mois, que de banales conversations dans les bars de San Diego… Dézinguer, comme autrefois, des dizaines de milliers de ‘Niaks’ asiatiques serait une bénédiction du… ‘God Bless America’… Dans la nuit profonde, il nous éclaire de sa lumière céleste… il protège notre ‘Home, Sweet Home’… Il encourage volontiers le génocide des barbares, il veille avec amour sur la vie de ses héroïques… WASP boys from the USA.

Quand un pétard fait boum, la terre entière pourrait faire boum-boum-badaboum. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire