La théorie du complot

Il y a maintenant deux ans que je me suis enfui de Casamance pour ne pas finir mes jours dans un asile d’aliénés à Kenya – Ziguinchor sur demande expresse, documentée, préparée par ma jeune épouse aimante, Huguette Elsocht, qui soutenait à tout mon entourage que j’étais devenu un fou extrêmement dangereux…

Huguette était épaulée dans sa tentative d’assassinat par Patrick Lausberg, un homosexuel – pédophile avéré, qui m’avait dérobé mon passeport et une forte somme d’argent dans mon coffre personnel dont Huguette lui avait élégamment communiqué le code secret… il fallait à tout prix m’empêcher de m’enfuir… Cette crapule pédophile a été obligée de s’enfuir du Sénégal pour couler des jours paisibles chez son vieux papa à Bruxelles… il doit être bien protégé car toutes les plaintes déposées contre lui semblent glisser sur la carapace de son indifférence.

Même remarque pour le célèbre psychiatre sénégalais, Léopold Boissy, directeur de la clinique psychiatrique de Thiaroye – Dakar, qui osait affirmer, sans m’avoir jamais rencontré, que je souffrais de séquelles pariétales graves suite à mes deux opérations en 2014 d’une tumeur bénigne au cerveau… Ce médecin, parjure – corrompu, exerce toujours calmement ses activités délictueuses dans son hôpital de Dakar.

Parallèlement à ces tribulations africaines, je dois en plus me battre en justice belge contre tous les membres de ma famille, les Logé-Haas, qui refusent de me rendre ce qu’ils m’ont fort simplement volé depuis mon divorce entamé en 2011, toujours pas définitivement clôturé en 2018.

Ajoutons à toutes ces situations rocambolesques l’interdiction d’un premier livre… ‘Systemafric’… sur demande expresse de Marie-Claire Haas, ex-Logé, qui le considérait comme outrageusement diffamatoire à son égard… Blanche-Neige a même obtenu gain de cause.

Ne me manquait plus que le véritable complot organisé par mon associé de trente ans, Bernard Lescot – Isnogood, alias Judas Iscariote, qui se chargeait de me faire exclure du Royal Léopold Club qu’il dirige, à la demande expresse de ma fille Isabelle De Kepper qui ne souhaite plus risquer d’y rencontrer son père bienfaiteur.

Dans ce contexte désespérant, il me faut encore endurer les plaidoiries délirantes des avocats de mes proches, payés sur mes propres fonds détournés… Passons sur les bafouilles des avocats sénégalais tant elles dépassent l’imagination… ils obtenaient pourtant gain de cause le 2 mai dernier en me faisant condamner à six mois de prison… assortis d’un sursis… merci tout de même.

En Belgique, depuis plus de sept ans, Maître Bruno Moulinasse me traîne de procédure en procédure… il vient encore récemment, avec sa cliente, de faire échouer une dernière tentative de médiation avec des propositions, dites amiables, qui frisaient l’indécence toute hébraïque…

Jeudi 7 juin, c’était au tour de Sa Sérénissime Suffisance, Marc Dal, de me massacrer en me faisant passer devant un tribunal pour un mythomane du complot imaginaire, un rat de bar en état habituel d’ébriété, un raciste avéré, un pervers sexuel tenant des propos salaces à d’adorables gamines, un grand-père indigne comme en témoignait mensongèrement mon petit-fils, Archibald De Kepper, soi-disant agressé publiquement sur la terrasse du grand club ucclois.

Vous m’avouerez que si je ne suis pas encore fou, je risque fort de le devenir… je suis d’ailleurs en suivi psychiatrique depuis deux ans puisque je me dois de prouver mon excellent état de santé mentale, contrairement à ce qu’affirme Huguette Logé-Elsocht toujours barricadée sur la ligne de ses premières affirmations mensongères, validées par sa garde personnelle rapprochée… trois escrocs homosexuels qui vivent à mes frais depuis plus de deux ans.

Je ne suis pas un adepte des théories du complot… Judéo-Maçonnique, Antisémite, Illuminati, Jésuites, Opus Dei, Lady Diana, Hitler, Kennedy… J’ai même la faiblesse de croire qu’on a réellement marché sur la Lune, que la Terre est ronde, que les Twin Towers ont bien été détruites par des avions de terroristes, que Napoléon repose sous le dôme des Invalides.

Toutes les zones d’ombre normales qui entourent un quelconque événement survenu font évidemment le lit de rumeurs contradictoires, de théories fumeuses, d’enquêtes bidouillées, d’expertises discordantes, qui alimentent la confusion classique des esprits avides de se réapproprier ce qu’on tente maladroitement de leur dissimuler… ce goût du secret, du mystère, des archives classées secret-défense, favorisent toute une mythologie conspirationniste qu’il n’est pas aisé de déconstruire.

Le ‘Cogito’ de Descartes, la ‘Maïeutique’ de Socrate, sous la plume de Platon, ne sont pas les pratiques préférées du commun des mortels qui se goberge de maximes simplistes du genre… ‘Pour vivre heureux, vivons cachés.’… ‘Le silence est d’or, la parole est d’argent.’… ‘Il faut cultiver son jardin.’… ‘Un tram peut en cacher un autre.’… ‘Un fusil pas chargé peut partir tout seul.’

Il n’empêche que Sa Sérénissime Suffisance, Maître Marc Dal, me reproche ouvertement ma paranoïa complotiste alors que, à l’entendre, je serais seul coupable des trop nombreux problèmes qui m’accablent… Ce que j’ai vécu ne serait qu’une illusion de mon mental délabré, une interprétation abusive de mes derniers neurones noyés dans l’éthylisme, un mirage hallucinogène causé par l’abus d’alcool dur dans des clubs de sports dont je ne hanterais que les bars.

La conspiration des poudres – Guy Fawkes -1605

Il faut un solide culot pour oser plaider de telles fariboles… Mais Sa Sérénissime Suffisance sait que plus c’est gros, mieux cela passe… il a retenu les leçons de ses maîtres, les grands prophètes religieux, Jésus – Paul – Mahomet, qui inspirèrent des conquérants ou des dictateurs comme César, Napoléon, Mussolini, Hitler, Franco, Staline, Khomeini, Erdogan, Mao Zedong, Poutine, Trump, Macron.

La communication est devenue un art moderne majeur, soit pour marteler la vérité, soit pour travestir un gros mensonge en vérité… Une des meilleures techniques reste bien la répétition ‘ad nauseam’ d’une sornette qui devient ainsi un dogme de Foi… c’est la méthode religieuse… une autre technique courante consiste à créer une telle complexité phénoménale autour de faits simples décrits en langue exotique d’initiés, rigoureusement inaudible pour le troupeau, pour que plus personne n’y comprenne rien… c’est la méthode judiciaire.

Dans le monde des affaires, on aime la langue de bois pour raconter qu’on va faire ce qu’on se gardera bien de faire… pour ensuite faire ce qu’on s’est surtout bien gardé de dire… c’est la méthode des grands acteurs du village global…

Nietzsche

Une dernière pratique courante réside dans le dévoiement de l’inversion nietzschéenne des valeurs… Vous plumez le paon en vous parant de ses plumes… un paon à poil est un paon ridicule… vous canalisez les forces de l’autre… c’est la méthode du judoka… Judas Iscariote vous dira, par exemple… ‘Voyons Coco, tu n’imagines tout de même pas que je comploterais contre toi ?’… ‘Non, Judas, tu as raison, je ne l’imagine même pas, j’en suis juste absolument certain.’

Sa Sérénissime Suffisance, Marc Dal, utilise adroitement un cocktail de ces différentes méthodes pour discréditer, diffamer lâchement un homme de qualité, autrefois très généralement reconnue, présenté par ce jeune klouf, barbichu à bésicles, comme un vulgaire mythomane, alcoolique, indigne, patriarche dévoyé, victime de ses propres écarts de conduite, de son langage grossier, de sa plume ordurière… Tout cela pour cuisiner une bonne soupe servie brûlante à des bourgeois indifférents qui l’ingurgitent goulûment tant ils ont horreur de tout ce qui trouble la quiétude banale de leur pitoyable quotidien.

La souffrance des victimes innocentes peut ainsi allègrement être doublée, triplée, quadruplée… Dame Justice n’en a très exactement rien à branler… elle se contente d’écouter distraitement les bavardages de ses lamas-cracheurs en y rajoutant ses termes, délais, expertises, questions subsidiaires, remises insupportables, qui ne sont qu’autant de nouvelles tortures infligées à ceux qui doivent subir ce système judiciaire abracadabrantesque.

Il faut être fou, inconscient, indiscutablement très riche, pour encore oser prétendre… ‘Je fais confiance à la justice de mon pays, pilier de notre démocratie exemplaire.’… je me débats entre ses griffes crochues depuis juin 2011, il y a sept ans déjà, sans plus nourrir la moindre illusion sur une quelconque capacité de solutionner correctement une question évidente… je me contente de nourrir un système qui me détruit à son rythme d’escargot bien nourri.

La justice des hommes ne vaut clairement pas mieux qu’eux. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

Laisser un commentaire