Utopie

Mercredi dernier, je rentrais faire ma sieste quotidienne après un déjeuner en agréable compagnie au Rallye des Autos, ma brasserie uccloise préférée… A l’arrêt devant un feu de signalisation, je me retrouve derrière une camionnette ULB sur laquelle je lis distraitement… ‘Engagez-vous avec l’ULB pour une société Libre, Juste, Equitable, Solidaire, Fraternelle’.

Passé le moment de la première lecture distraite, vient la minute de réflexion, puis un gigantesque éclat de rire, en soliste, dans ma minuscule Smart-Brabus… il n’y a vraiment que les religieux ou les professeurs d’universités pour proférer des énormités pareilles… Si ce texte avait figuré sur un véhicule de l’Université Catholique de Louvain, j’en aurais moins ri, sachant à quel point les cathos sont friands de ces valeurs virtuelles qu’ils ne pratiquent jamais… ou si rarement.

Venues de notre Université Libre de Bruxelles, ces formules toutes faites prennent une dimension tellement plus comique… je me suis donc penché rapidement sur leurs publications Internet que je vous cite…

‘Depuis sa fondation en 1834… mazette… l’ULB est impliquée dans le combat sans cesse renouvelé pour la pensée critique et la liberté, qu’il concerne l’opposition aux dictatures ou aux autres dérives nationalistes, l’égalité des chances et bien d’autres enjeux sociétaux… Fondée sur le principe du Libre Examen qui postule l’indépendance de la raison comme le rejet de tout dogme, l’Université est restée fidèle à ses idéaux originels : une institution libre de toute tutelle, engagée dans la défense des valeurs humanistes et démocratiques.’

Voilà de belles carabistouilles pour enthousiasmer notre laborieuse jeunesse estudiantine quand elle chante vigoureusement ses… ‘A bas la calotte’… dans les nombreux estaminets du cimetière d’Ixelles… je me fais toujours une méchante joie de financer royalement les Saint-Verhaegen quand ces adolescents boutonneux en tabliers blancs maculés, cigarette au bec, penne décorée en bataille sur cheveux gras, me tendent un pauvre gobelet dans lequel je dépose mon plus gros biffeton.

Mon espoir secret est évidemment de voir ces hérétiques envahir les ‘Dames de Marie’, la ‘Vierge Fidèle’, ‘Saint André’, le ‘Sacré-Coeur’… j’imagine alors les hurlements de frayeur de toutes ces demoiselles qui rêvent du grand méchant loup sans nécessairement le connaître encore…

En bon fouteur de merde, je me délecte donc de sponsoriser généreusement un tel choc frontal entre pures vierges innocentes, pieuses croyantes de mère en fille, et une plèbe imbibée de cervoise, une laïcité débauchée, exubérante, qui vient de bon coeur leur prêcher les grands idéaux de notre superbe Université Libre de Bruxelles.

Finalement, les deux universités se réclament pratiquement des mêmes valeurs… A l’UCL, on voudrait juste y croire dans la Foi… A l’ULB, on essaye encore de questionner sa Raison… la bonne attitude philosophique est clairement celle de l’ULB mais elle devrait tempérer ses enthousiasmes qui ne relèvent que de son imagination fertile pour un monde idéal.

Nous voudrions tous un monde libre, juste, équitable, solidaire, fraternel, mais il se fait que le monde est une prison, qu’il est profondément injuste, que la justice n’est qu’un fantasme humain, que l’équité ou la solidarité n’existent pratiquement nulle part, que la fraternité est un concept littéralement surréaliste.

Lancer des jeunes dans la vie réelle sur base de telles chimères relève d’une inconscience éducative qui ne devrait pas être de mise dans nos Universités chargées de la dernière touche didactique avant qu’ils ne découvrent la sinistre réalité du monde dans lequel ils vont évoluer.

Comment réagiront ces jeunes universitaires quand ils comprendront qu’ils ont été largement manipulés par des Maîtres dont ils se demanderont comment ils pouvaient croire aux fariboles qu’ils avaient le culot de leur enseigner… ma réponse est simple… ils réagiront fort mal et c’est bien une cause fondamentale de tout le problème actuel.

La pédophilie est un crime contre l’innocence de l’enfant, la manipulation systématique de nos étudiants est un autre crime contre l’enthousiasme de ces jeunes qui rêvaient de changer un monde auquel ils ne changeront strictement rien du tout… c’est le monde qui va les changer pour en faire les petits monstres qui se rencontrent aujourd’hui à tous les coins de rues… ‘C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme.’

Comment oser parler d’humanisme, comme de défense de la démocratie, à des futurs managers qui deviendront demain les pires acteurs indifférents des stratégies criminelles de ces multinationales qui les utiliseront habilement pour concrétiser leurs plans crapuleux… On naît innocent mais on doit mourir coupable… Simone de Beauvoir disait… ‘On ne naît pas femme, on le devient’…

On pourrait évidemment dire la même chose pour le ‘Monstre’ qui dort en chacun de nous… nous ne sommes pas nés monstrueux, nous seront simplement très tentés de le devenir… toute la réalité du monde immonde nous poussera même à le devenir rapidement… ce ne sont pas des conduites innées mais bien des conduites acquises… les exemples pullulent sous nos yeux effarés, ce sont tous les fruits pourris de nos superbes Universités qui prétendent défendre les valeurs des Lumières.

Je suis un adepte convaincu du Libre Examen, de la Raison, du Questionnement Permanent mais, de grâce, qu’on cesse de nous enfariner avec la défense de valeurs humanistes ou démocratiques, toutes disparues si tant est qu’elles aient jamais existé sauf dans les cerveaux délabrés de quelques utopistes, respectables professeurs de ‘L’Université Tournesol’…

Quand l’ULB laïque, franc-maçonne, prenait fait et cause pour la diaspora tutsie de Paul Kagamé au Rwanda, elle défendait peut-être les valeurs humanistes dans une vraie démocratie ? L’assassinat de Juvénal Habyarimana à Kigali en 1994, juste avant le génocide Tutsis-Hutus pour offrir le pouvoir dictatorial à un criminel sanguinaire, minoritaire de surcroît, sont-ce là les valeurs pour lesquelles nous devrions nous engager avec l’ULB ?

Quand les Kabila, père et fils, soutenus par la soldatesque de Paul Kagamé, sèment la terreur, le sida, la misère, les destructions, les camps de réfugiés, la mort, dans tout l’Est de la République Démocratique du Congo, ce sont toujours nos valeurs ?

Quand on a la conscience aussi noire que la nôtre, quand notre indifférence à tous est simplement devenue obscène, il faudrait avoir la décence de cesser de jouer les pères la vertu, de prétendre défendre des valeurs que nous n’avons jamais pratiquées nulle part, d’oser aligner des concepts aussi fumeux que ‘humanisme’, ‘démocratie’, ‘solidarité’, ‘justice’, ‘équité’… avec ce sommet d’hypocrisie, toute religieuse, étant… ‘fraternité’.

Evidemment qu’il y a des exceptions vertueuses qui confirment la règle de l’infâme mais il ne s’agit que d’un air inaudible d’harmonica dans une symphonie de mitrailleuses, de canons, de bombes, de destructions, de hurlements de souffrances des blessés, des mourants… une petite musique confidentielle n’y changera plus rien.

Ce jeudi soir à 17h00 nous serons nombreux à regarder le match d’ouverture de la Coupe du Monde de Football… peu verront dans Russie-Arabie Saoudite le terrible symbole du combat sans merci que se livrent au Moyen-Orient les Sunnites Saoudiens contre les Chiites iraniens, syriens, irakiens, soutenus par Poutine… pratiquement personne n’évoquera le Yémen, un pays martyr de ces guerres modernes de religions.

La triste réalité du monde dépasse la fiction utopiste de nos universités mythos.  (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire