Avec les diables rouges

Depuis jeudi dernier, ma vie est devenue un enfer footballistique… le supplice de mes deux dernières addictions depuis que je me suis imposé l’eau pétillante… me reste le foot en fumant des kilomètres de Malboro… Comme chacun sait, je souffre d’agoraphobie… je m’interdis donc d’aller regarder les matches sur écrans géants avec des hordes de ploucs imbibés à la ‘Belgium’ s’ils en ont les moyens, à la ‘Cara Pils’ s’ils sont, comme beaucoup, dans la précarité.

Attention, j’aime le peuple, mais à fort bonne distance… inutile de mélanger les torchons et les serviettes… le peuple sent mauvais, il boit, il fume, il hurle, il crache, il est rigoureusement infréquentable pour un agoraphobe de mon espèce… j’ai donc installé dans mon salon le plus grand écran disponible chez LG pour échapper à cette populace hirsute, savourer dans la solitude qui m’est chère les exploits de mes idoles à 100.000.000 d’euros les meilleures individualités.

Ma Libre Belgique adorée profite de cette période bénie des dieux de l’Olympe pour me poser toutes les questions qui dérangent… ‘Trouvez-vous normal que la Russie ait obtenu l’organisation du Mondial ?’… ‘Pensez-vous que les joueurs de football sont dopés durant le Mondial ?’… ‘L’argent fait-il bon ménage avec le sport de haut niveau ?’… ‘Fallait-il accorder à Vladimir Poutine, dictateur sanglant, cette incroyable vitrine nationaliste ?’… J’en passe et des meilleures.

Mon fils Philippe, toujours aussi intelligent, me fournit la meilleure de ses tranchantes réponses habituelles… ‘J’en ai rien à foutre’… Ce distingué garçon, une fois n’est pas coutume, a parfaitement raison… comme lui, je n’en ai très exactement plus rien à foutre quand un match commence dans des stades à baver d’envie devant des foules en liesse qui chantent, la main sur le coeur, leurs hymnes nationaux.

Vilain Coco est pétri de ses propres contradictions… alors qu’il n’arrête pas de baver sa rage sur cette Belgique qui l’a traité comme un malfrat, le voilà seul, debout sur le poste, en train de hurler la Brabançonne avec la lie du peuple déguisée en noir-jaune-rouge… vous auriez du entendre ce vieux régicide beugler… ‘Le Roi, la Loi, la Liberté’… Comment expliquer de telles dérives de la part d’un garçon, prétendument intelligent, qui s’affirme résolument républicain, extrémiste-anarchiste, prisonnier d’un système qui nierait ses précieuses libertés individuelles ?

Inexplicable, mes amis… trois réponses possibles… 1. le Foot, 2. le Foot, 3. le Foot… une très ancienne addiction qui ne fait que s’affiner avec l’âge, qui balaie toute forme de réflexion élémentaire, qui transforme un individu, soi-disant brillant, en bête sauvage hurlante comme ce troupeau hystérisé qu’il craint en plus comme la peste noire.

En regardant hier soir les exploits de Harry Kane, l’attaquant-vedette de Tottenham, j’aurais volontiers chanté à Volgograd le… ‘God Save The Queen’… l’hymne de tous ces anglais pervers, énamourés de leur ‘Trulle Chapeau’, ces pédés du ‘Brexit’, ces fouteurs de merde dans toutes les parties du monde où ils ont exercé leur domination satanique… Pakistan, Inde, Palestine, Israël, Syrie, Chine… Plus rien à branler, je vous dis… Tous ensemble le ‘God Save The Queen’ avec une rapide larme pour cette petite Tunisie étonnamment courageuse.

Russie, France, Angleterre, Belgique, Suède, Danemark, Mexique, Iran, Croatie, Serbie, Japon passent leurs premiers examens avec distinction… Certains trébuchent comme Espagne, Portugal, Brésil, Suisse, Argentine, avec une mention spéciale pour cet Espagne-Portugal de rêve… ce 3-3 planté en dernière minute par Cristiano Ronaldo, un extra-terrestre détesté par mon ami le Comte du Monceau qui ose effrontément le caricaturer en… ‘Danseuse du Bolchoï’… se taper une danseuse à un milliard d’euros n’est définitivement plus dans nos moyens… le Comte n’en a rien à cirer, il ne changera jamais d’avis… c’est un buté, je vous dis.

Poutine avait épargné aux Allemands le stade de Volgograd qui risquait de leur rappeler les forts mauvais souvenirs de la capitulation de Paulus le 2 février 1943… 1.200.000 morts tout de même dans une ville réduite en gravats le long de la Volga gelée… Vladimir n’a rien oublié mais c’est un homme bien éduqué par le KGB… Il connaît les belles manières… C’est donc bien à Moscou que la Mannschaft devait subir sa première tragique défaite contre un Mexique tourbillonnant…

Mais soyons franc… tout cela n’était rien à côté de l’entrée en lice de nos Diables Rouges contre l’équipe du Panama qui ne vaut clairement pas un radis… Les radis nous ont pourtant promenés en bateau durant toute la première mi-temps… j’aurais voulu être une souris dans le vestiaire pour entendre Roberto Martinez… ‘Continuez comme cela, les gars, nous pourrons rapidement rentrer à la maison, couverts de ridicule.’…

La troisième équipe mondiale FIFA, contre la petite cinquante-cinquième, nous offrait à Sotchi une première mi-temps indigne des super-vedettes qui la composent… on se serait crus dans un cauchemar classique… devoir s’enfuir devant un monstre menaçant alors que nos jambes se déroberaient, refusant tout service… se rendre à un examen qu’on n’aurait jamais étudié… Bref, une catastrophe belge qui préparait heureusement un retour en force pour se sortir d’un tel pétrin.

45 minutes plus tard, depuis Schaerbeek-Molenbeek-Anderlecht-Laeken, sur la minque d’Ostende, au Meir d’Antwerpen, à la cité du Doudou, devant le Perron de ‘Li Toré’, sur la place de la Digue au pays de Charleroi, montèrent alors de furieuses clameurs convulsives frénétiques… Petit pays par la taille, troisième puissance mondiale du ballon rond, la Belgique est immense quand son union légendaire fait la force herculéenne de ses fils héroïques… Romelu Lukaku, descendant direct d’une très ancienne famille brabançonne, se décidait enfin à sortir du tombeau pour noyer l’ennemi-juré dans son sinistre canal marécageux.

Il n’y eut plus alors de flamands, wallons, allemands, mais un seul grand peuple éternel, imprégné de la même cervoise ‘Belgium’, cette potion miraculeuse, indispensable à la bonne compréhension du spectacle magique… On aurait même vu à Brugge des Wallingants rabbiques embrasser des Flamingants de la NVA… Bart De Wever aurait invité Elio Di Rupo à danser le tango… Laurette Onkelinx se serait joyeusement donnée à Charles Michel en déclarant qu’une telle étreinte ne se refusait pas.

A défaut de grand football contre des crabes, les Diables Rouges nous ont au moins offert ce moment unique de communion sacrée entre Belges divisés, avec même nos migrants favoris… Congolais, Italiens, Portugais, Polonais, Serbes, Croates, Albanais, Arabes musulmans… Tout fait farine dans le moulin du ballon rond… On oublie tout, on en a plus rien à foutre… on cède au bonheur hypnotique, nationaliste, intégriste, généreusement proposé par vingt-deux milliardaires surpayés à des masses populaires miséreuses… Elles applaudissent stupidement à tout rompre les exploits de leurs héros qui partent discrètement avec la caisse du spectacle.

Ce mardi à 14h00, ce sont les Kamikazes Japonais qui viennent d’atomiser les Colombiens en attendant l’événement de ce soir… Sénégal-Pologne… c’est à 17h00 que retentira l’hymne national de la Teranga… ‘Pincez tous vos koras, frappez les balafons… le lion rouge a rugi… le dompteur de la brousse d’un bond s’est élancé, dissipant les ténèbres… Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir… Debout, frères, voici l’Afrique rassemblée.’

Je rêve d’un monde dans lequel nous pourrions tous partager cette même passion sportive, celle qui se communique ici grâce à la Russie Eternelle de mon Tsar préféré… Vladimir Poutine à tout compris… ‘Panem et Circenses’, du pain et des jeux pour faire taire les grincheux.

Pour anesthésier les peuples, il suffit de les goinfrer. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

Laisser un commentaire