Super-pute en tôle

La nouvelle a été murmurée la semaine dernière, puis confirmée au début de cette semaine… Huguette Elsocht-Logé, ma jeune épouse aimante, est bien derrière les barreaux depuis qu’elle a tué, ivre morte, bourrée massacre, un gamin qui circulait paisiblement en vélo sur la route de Ziguinchor – Cap Skirring… le pauvre gosse qui ne demandait rien à personne a été enterré ce mercredi…

J’aurai ce soir les détails de cette pénible cérémonie… j’y ai envoyé quelques amis proches pour prendre contact avec les parents dans la tristesse, leur offrir une assistance juridique, mon aide financière… pas ce réconfort psychologique qu’on a coutume de proposer généreusement en Europe après chaque catastrophe qui ne prépare que la suivante… Inutile de vous préciser que les victimes sont rapidement oubliées… ne parlons même pas des aides financières promises qui prendront de nombreux mois à être régularisées.

Il se fait que je n’ai rien de commun avec ces bandes de pignoufs… que j’ai pour habitude de faire face à ce que je considère comme étant de ma responsabilité au sens le plus large, certainement pas celle des charitables bourgeois-catholiques jusqu’à ce que vous leur demandiez d’ouvrir leur bas de laine… Il y a bien sûr des exceptions mais je suis bien payé pour vous affirmer qu’elles sont extrêmement rares… c’est un expert qui vous parle.

Je m’en amuse d’ailleurs toujours ne ratant jamais une occasion de faire appel à cette générosité, toute virtuelle, qui m’est rapidement, poliment, sèchement refusée sous les motifs les plus burlesques… Je persiste et signe car j’adore provoquer les bourges, les titiller, les asticoter, vérifier jusqu’à quel niveau de bassesse ils seront capables de descendre dans les marécages de leurs belles âmes avaricieuses.

Je plains sincèrement le bon Dieu de devoir accueillir dans son paradis des paquets de gens aussi détestables, hypocrites, malveillants, jaloux, envieux, traîtres à tous leurs engagements les plus sacrés… JMJ, Jésus – Marie – Joseph, je vous en supplie… ‘Epargnez-moi le calvaire éternel de votre paradis puant les vices de vos fidèles… laissez-moi durablement engraisser la terre aux pieds de mon vigoureux baobab qui tendra cordialement ses bras vers le ciel.’

Ceci pour vous dire que je considère avoir une obligation morale envers les parents de ce jeune garçon tué par cette criminelle ivrogne, droguée, cruelle, mythomane, qui fut pourtant bien mon épouse aimée… je devrais être heureux de la voir enfin mise hors d’état de nuire, de savoir qu’elle vit un de ces moments d’horreur qu’elle n’a jamais épargnés aux autres…

Ce monstre féminin n’avait pas hésité en 2015 a littéralement massacrer mon amie Corine Hugonneaux qui est finalement morte, épuisée, d’un arrêt cardiaque en septembre 2016… Cette sorcière me réservait ensuite le sort le plus funeste en mai 2016 en tentant de me faire assassiner par ses immondes complices homosexuels qui déversaient sur moi des tombereaux de cochonneries.

Corrompue jusqu’à la moelle, Super-Pute n’a jamais hésité à corrompre tout son entourage… Avec mon argent détourné, volé, elle achète les consciences, elle flatte les riches, elle avilit les pauvres, elle se pavane, elle promène son cul et ses nichons sur les pistes sablonneuses de Casamance avec l’arrogance altière d’une vieille cocotte qui chercherait sa dernière proie.

Tout cela a été dit, répété, déposé, sans aucun résultat probant, depuis deux ans… Bien au contraire, tout ce que nous avons pu faire ou dire a été retourné contre nous, utilisé en justice imbécile qui nous a tous condamnés au début du mois de mai 2018 de la manière la plus odieuse… il aura donc fallu la mort d’un enfant innocent pour que le Sénégal commence finalement à se rendre compte de sa lourde méprise à notre égard… Comment voulez-vous vous réjouir dans de telles conditions ?

Même si cette expérience d’une prison sénégalaise restera pour Huguette Elsocht-Logé un souvenir d’horreur jusque sur son lit de mort, elle s’en sortira probablement bientôt en payant tout ce qu’on lui imposera d’indemniser avec l’argent qui n’est pas le sien mais bien celui de ma Fondation au service des plus démunis qui, sans s’en douter, financeront donc sa libération… L’affreuse expérience vécue en prison ne lui sera même pas salutaire… cette femme ne changera jamais.

Je tremble en pensant que c’est à cette immonde salope que le Sénégal persiste à vouloir confier l’éducation de ma fille adoptive, Alice Logé… Que cet accident criminel, en état de complète ébriété, permette au moins de retirer ma fille innocente à la garde de Huguette Elsocht-Logé dont le projet diabolique n’est que d’utiliser Alice comme bouclier humain dans ma future, j’espère très lointaine, succession.

La justice sénégalaise comme la justice belge d’ailleurs, est complice objective de tout ce qui se passe depuis plus de deux ans dans cet horrible scénario… Si on nous avait écoutés, un petit garçon coulerait encore aujourd’hui des jours heureux avec ses parents… Mais Thémis n’en a cure puisque cette justice inconsciente n’est jamais coupable de rien, même pas de sa redoutable incompétence.

Comme le soulignait récemment l’excellent journal, la Dernière Heure, je ne serais qu’une prétendue victime, ex-milliardaire ruiné, qui perdrait tous ses procès tout en alimentant le ventilateur à rumeurs bruxelloises, les conversations de bistrots de tous ces affreux cons envieux qui se réjouissent d’assister à la descente aux enfers d’un petit chef égotique dont ils léchaient autrefois humblement les godasses…

Le coup de pied de l’âne est savoureux pour le sage expérimenté… Diogène adorait se promener en plein jour sur l’agora d’Athènes, lanterne allumée à la main… ‘Je cherche un homme’… répétait-il aux passants éberlués par le spectacle de ce qu’il prenait pour un ancêtre du Professeur Tournesol…

Perdre des procès n’est pas bien grave, perdre courage serait tellement plus grave… Tous les cons qui m’entourent connaissent fort mal Vilain Coco qu’ils sous-estiment… Peu importe qu’il perde des procès, il ne perd jamais courage, surtout quand la vérité est en jeu… la vérité mérite le combat jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Dors pour toujours petit bonhomme… Vilain Coco va veiller sur toi… il retrouvera tes parents, ta famille… ils deviendront ses amis… je ne te connais pas… pourquoi fallait-il que tu te trouves au mauvais endroit au plus mauvais moment, sur la route de cette femme calamiteuse, droguée, ivre morte, qui n’a jamais fait que du mal dans sa médiocre vie d’affabulatrice mythomane.

Tu seras vengé, bonhomme, j’en fais le serment solennel… ta mort prématurée sera consolée par le peu de bonheur que je promets d’apporter à tes parents dans le chagrin… je sais que certains de mes amis seront présents à tes funérailles pour prendre toutes les informations utiles à nos futures retrouvailles… ce sera grâce à toi, bonhomme, offert en sacrifice par cette sorcière satanique.

Nous sommes tous coupables de ce drame… tout avait été dit, écrit, diffusé, filmé… Comme de coutume, les réactions ont été nulles, lentes, indifférentes, achetées, inefficaces… il fallait qu’un enfant innocent meure pour réveiller des abrutis nonchalamment endormis sous le soleil de Casamance.

Pardon, petit homme, je pleure avec tes parents sur la bêtise humaine. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire