Un tailleur sur mesure pour Huguette

Bientôt une semaine que la canicule frappe la Belgique abattue… personnellement, j’en souffre modérément, profitant des piscines de mes amis tout en plaignant sincèrement ceux qui sont obligés d’aller travailler dans cette fournaise… Cela me rappelle ma Casamance adorée… au bord d’une piscine, rafraîchi par la brise légère de l’océan atlantique, on ne souffre pas de la chaleur… encore moins dans les villas européennes, toutes abondamment climatisées.

Par contre, sous le cagnard, vous faites un seul kilomètre à l’intérieur des terres et le supplice commence… Faire des courses à Ziguinchor est une affreuse punition d’Allah, un enfer réservé à ceux qui ne peuvent pas s’offrir le confort d’une villa moderne… je ne vous parle encore que de la saison sèche, disons du 15 octobre au début juin… En saison des pluies, de fin juin à fin septembre, c’est encore pire car il faut y ajouter le degré d’humidité qui vous colle à la peau.

Vous imaginez alors, en pleine saison des pluies, le calvaire vécu par Huguette Elsocht-Logé dans sa prison de Ziguinchor, en cellule commune, sans eau, sans électricité, sans sanitaires, sans nourriture sauf les petits plats préparés, livrés servilement par des laquais homosexuels à sa botte…

Princesse Swennastasja Elsocht von Gaupin und Romanov se retrouve, trop provisoirement, dans la situation où je l’avais découverte en mai 2011, vivant dans une minable soupente louée, sans un sou, sans voiture, un débris humain persistant à raconter ses fadaises inventées à des imbéciles dans mon genre qui ne regardaient que sa chevelure flamboyante, sa lourde poitrine opulente, ses fesses bien proportionnées… ses dernières richesses, un petit capital dont elle se sert admirablement bien depuis sa jeunesse.

Manipulé comme je l’ai été durant cinq ans, aveuglément amoureux pour seule excuse, je peux difficilement reprocher aux autres de se faire manipuler comme je le fus jusqu’a ce qu’elle tente tout simplement de m’assassiner le 21 mai 2016 avec son complice pédophile, Patrick Lausberg… Huguette ne tolère curieusement que les homosexuels autour d’elle… elle soutenait d’ailleurs très sérieusement que je l’étais également… elle aurait probablement fini par m’en convaincre si mon passé ne plaidait pas  vigoureusement en faveur de mon hétérosexualité.

Mais revenons à l’accident mortel que cette sorcière, la Karaba de Kirikou, a causé sur la route de Ziguinchor vers le Cap Skirring… Plein de témoins étaient sur les lieux de l’accident dont le chef du village, des amis du Cap qui peuvent témoigner du fait qu’Huguette était seule au volant de ma voiture, qu’elle était dans un état d’ébriété avancée sur ses doses de morphine quotidienne… Craignant la foule, elle aurait d’abord pris la fuite pour s’abriter dans une caserne voisine des pompiers où la gendarmerie est venue la rechercher…

Revenue sur les lieux, un gendarme lui aurait dit devant un témoin identifié… ‘Madame, vous n’êtes pas lucide’… C’était lumineux, tellement lumineux que pas un mot à ce sujet ne figure dans le procès-verbal de la gendarmerie qui tente de faire passer le drame, un accident mortel, pour un banal accident de circulation avec homicide involontaire… Explication…

Très simple, mon cher Watson… devant la voiture d’Huguette droguée, imbibée, roulait une autre voiture de ma Fondation, conduite par son laquais homosexuel, Bruno Diop… ne voyant plus la Pajero de sa patronne dans son rétroviseur, cette petite lopette crapuleuse est revenue sur ses pas pour prendre en main une situation désastreuse… comme par miracle l’affaire s’est arrangée à la sénégalaise… Vous me suivez ?

Le gendarme n’a donc bizarrement rien rapporté d’anormal dans son constat… la famille éplorée n’a pas porté plainte contre une ivrogne-droguée au volant qui tue un fils de 19 ans… Ils s’en remettent à Dieu… ‘Dieu nous l’a donné, Dieu nous l’a repris’… la belle blonde, Karaba Elsocht-Logé, est même rentrée calmement chez elle pour préparer son alibi avec son avocat…

Huguette n’a finalement été emprisonnée que le lundi suivant en racontant depuis lors sa dernière histoire à dormir debout… cette version inventée de toutes pièces fera pourtant figure de vérité judiciaire dans quelques jours lorsque la criminelle sera libérée pour bonne conduite.

Ce n’est certainement pas moi qui m’étonne après avoir vécu tout ce que j’ai vécu juridiquement au Sénégal avec cette peste toxique… j’ai même été iniquement condamné en mai dernier pour avoir osé rendre visite à ma fille adoptive, Alice Logé, en compagnie de sa famille biologique et d’un huissier de justice qui pouvait attester de notre correction sur place au milieu des bouteilles vides de whisky, de gros pinards, d’une montagne de médicaments psychotropes, le tout filmé en vidéo.

Ma fille adoptive de 10 ans doit vivre depuis plus de deux ans dans cette ambiance glauque… manipulée par des adultes pervers, elle apprend à haïr son père qui l’adore, sa mère biologique, ses oncles, ses tantes, son petit frère… je ne sais même pas où elle est à l’heure actuelle sauf par un commentaire de la petite ordure, Bruno Diop, qui nous informe de ce que Alice serait en colonie de vacances.

Une chose est certaine… Grâce aux médias, toute la Belgique sait aujourd’hui qui est Huguette Elsocht-Logé… Sur son mode normalement prudent, la presse belge a largement fait écho à cette affaire d’emprisonnement d’une compatriote… Ce furent aussi des milliers de pages visitées sur mon Blog, des milliers de lecteurs, des dizaines de partages… la vérité éclate au grand jour… Le Sénégal en racontera juridiquement ce qu’il voudra mais la belle blonde est dorénavant carbonisée dans son beau pays d’origine.

Tout le monde sait maintenant que Huguette Elsocht-Logé n’est en définitive qu’une mythomane, toxicomane, alcoolique, criminelle, voleuse, un déchet de la vie que j’ai sortie du ruisseau pour me faire escroquer d’environ quatre millions d’euros avant de sauver ma propre vie par miracle, grâce à un éclair de lucidité tardive… Toute sa grande carrière professionnelle fictive n’est qu’une monumentale invention exclusivement confirmée par un ancien amant, journaliste alcoolique, qui lui a consacré un modeste entrefilet dans l’Echo de la Bourse avant de se faire licencier.

Après avoir fui la France pour d’obscures raisons dissimulées, Huguette ne reviendra probablement plus jamais en Belgique… J’espère même qu’elle quittera bientôt le Sénégal pour aller se réfugier dans un pays lointain où elle pourrait exercer ses nombreux talents destructeurs… je devrais être divorcé de cette peste blanche vers la fin du mois d’août, retrouver enfin ma fille Alice et les quelques biens qui n’auraient pas été dilapidés ou évacués sous des cieux plus cléments… peu m’importe d’ailleurs… l’essentiel est ailleurs.

Ceux qui ont bien connu Huguette en Belgique parlent enfin ouvertement, nombreux, pour contredire les honteuses diffamations mensongères de ses derniers ‘amis’ intéressés… Yannick Reverdy, Bruno Diop, Patrick Lausberg, Léopold Boissy, GregTalon, André Joubert, Eva la bonniche, toute ma belle-famille Elsocht von Liberchies, ses anciens amants satisfaits… Ceux-là se taisent quand ils ne mentent pas effrontément…

Certains se taisent lâchement tant ils ont peur de cette immonde mégère, d’autres en attendent peut-être encore quelques dernières faveurs sexuelles dont elle est pourtant fort avare depuis le lendemain de son mariage d’août 2013… la putain s’était alors subitement transformée en bourgeoise pudique… sa fibromyalgie imaginaire lui causait trop de souffrances insupportables que pour tolérer les préliminaires érotiques maladroits d’une vieille brute épaisse de mon acabit.

Abrutie par l’alcool sur sa morphine TRANSTEC qui soigne ses lourdes souffrances imaginaires, Huguette Elsocht-Logé dormait généralement de 16h00, après son déjeuner bien arrosé, à 11h00 le lendemain matin… Je ne l’ai pratiquement jamais vue dans la piscine de notre villa de Boucotte, pourtant inutilement chauffée à 34°, à sa demande expresse… Pour éviter tout contact physique avec son vieux mari encombrant… ‘Il ronfle en plus’… Huguette dormait seule dans le confortable canapé du salon en racontant derrière mon dos ses cochonneries habituelles à mon sujet pour justifier son comportement fort peu conjugal.

Je plains les imbéciles qui veulent encore croire à l’amitié venimeuse de cette vipère… ils le payeront très cher comme je l’ai payé trop cher… par contre quelle superbe leçon de vie, parmi tant d’autres, qui ne serviront malheureusement jamais à personne.

Allô Madame Von Gaupin, votre tailleur sur mesure vous attend en Belgique.  (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

Laisser un commentaire