Blablabla et blablabla

Les journaux télévisés nous informent, images à l’appui, de ce que fort peu de femmes harcelées en rues déposent finalement plainte… A peine une quinzaine de plaintes déposées en Belgique alors que 90 % des femmes belges se disent régulièrement harcelées… ceci démontre à suffisance que les femmes sont pleines de bon sens… je ne peux que leur donner raison.

Pourquoi aller expliquer à un policier endormi qu’un inconnu vous aurait tenu des propos salaces à la terrasse d’un café ?… Les questions idiotes commencent à fuser… Connaissiez-vous cet homme ? Avez-vous des témoins ? Vous auriez dû prendre sa photo ? Votre tenue était-elle modeste ou affriolante ? Précisez en détails les faits exacts qui se sont produits ?

Soyez assurée de ne jamais avoir la moindre nouvelle de cette plainte dès qu’elle aura été transmise par la police, pleine de malices, à une autorité supérieure, parfaitement anonyme, qui se hâtera de la classer sans suite sans même juger utile de vous en informer… la police a transmis, elle ne peut pas vous en dire plus… le parquet l’a reçue avec un classement vertical immédiat que les vacances et la canicule ne font qu’accélérer.

Ne perdez donc ni votre temps, ni votre belle humeur, ni votre argent si, d’aventure, il vous prenait malencontreusement l’envie de confier cette délicate affaire à un avocat qui saliverait déjà en rédigeant sa première demande de provision justifiée par sa lourde charge de travaux inutiles… je ne vous raconte pas le blablabla incompréhensible que vous allez devoir vous farcir durant des mois pour des résultats dont je suis assez persuadé qu’ils seront proches de zéro.

Comme de coutume, les conseilleurs ne seront pas les payeurs… la masse d’emmerdements comme les lourdes dépenses resteront bien les seuls vôtres dans l’indifférence générale au risque même de vous en faire le reproche, voire d’estimer que vous pourriez tout aussi bien être la coupable de ce dont vous auriez osé aller vous plaindre…

Croyez-moi, vous regretteriez rapidement d’avoir perdu votre temps et votre argent dans ces démarches éprouvantes que des conseilleurs, soudainement évaporés ou disparus, vous auraient vigoureusement incité à engager.

Il y a tant de coupables qui déposent plaintes contre des innocents que la justice a une fâcheuse tendance à tout confondre… la meilleure solution devient alors soit le classement vertical, soit le jugement torché à la diable qui ne vous donnera aucune satisfaction quand il ne vous condamnera par lourdement dans un blablabla incompréhensible qui relève d’une initiation qui n’est pas la vôtre.

La justice, la médecine, l’informatique, les philosophes, les religieux, se sont inventés des langages abscons, ésotériques, pour distinguer rapidement les érudits des profanes… le cas le plus simple devient ainsi une énigme complexe, un nœud gordien que seul le bon sens d’Alexandre le Grand pouvait trancher d’un coup d’épée.

Au temps de Richelieu, on réglait encore ses problèmes en duels interdits… plus tard ce fut souvent aux pistolets devant témoins… aujourd’hui on en serait venus aux coups de poings dans la tronche avec des conséquences imprévisibles pour celui qui s’y risquerait… La bienséance, comme la crainte du gendarme, nous interdisent de nous faire justice à nous-même… C’est ce qu’on appelle la ‘civilisation’.

Les coupables, les voleurs, les menteurs, les escrocs de tous poils, le savent parfaitement quand ils rusent avec la justice pour accabler leurs victimes de la double peine… ‘Bien mal acquis ne profite jamais’… pensent les naïfs qui rêvent encore de justice intègre, gardienne de la démocratie… Comme si la justice existait… comme si la démocratie existait ailleurs que dans l’esprit délabré des utopistes qui font mine de nous gouverner.

Winston Churchill disait que la démocratie était le pire des systèmes mais qu’il n’en connaissait pas de meilleur… Charles De Gaulle devait à peu près penser la même chose, retiré à Colombey après son échec au référendum… La démocratie les arrangeait bien l’un et l’autre tant qu’elle était au service du pouvoir absolu qu’elle leur avait donné… Le pouvoir absolu du Roi était la règle divine jusqu’à la Révolution Française… il fut parfois bon si le Roi était bon, il devint soudainement mauvais, insupportable quand les esclaves, pétris de ressentiment, décidèrent de s’en emparer.

Confucius combattait fermement le fumeux concept de ‘Démocratie’ bien avant les Athéniens qui ne l’ont pas inventée sauf pour la pratiquer à leur manière très particulière… elle n’en avait que la forme élitiste sur l’Agora mais certainement pas le fond populaire… Pour Confucius et Mencius, pour la grande tradition chinoise confucéenne, le peuple n’a absolument pas la capacité de diriger un immense état comme la Chine… Il fallait autrefois les Empereurs de la Cité Interdite, des Princes éclairés… il leur faut aujourd’hui la ‘Méritocratie’ qui ne s’embarrasse guère de ‘Particratie’, d’élections épisodiques normalement favorables à la seule loi du nombre.

On ne peut pas plaire à tout le monde sauf vouloir plaire à n’importe qui… une chose est sûre pour ceux qui veulent plaire à tout le monde… c’est la garantie à terme d’un échec cuisant… l’échec qui se produit d’ailleurs sous nos yeux amorphes, dans tous les domaines, dans toutes les dites démocraties tandis que les peuples manipulés, anesthésiés, indifférents à tout, observent ce spectacle lamentable sans la moindre réaction de révolte… Blablabla et blablabla… on n’entend que du blablabla.

Et je te raconte n’importe quoi… et je t’enfume pour ton bien… et je te ponds des centaines de lois inapplicables… et je te colle des prunes à tous les coins de rues… et je te tiens des discours, tous plus ineptes que les précédents… et tu es prié de te taire… et j’ai les moyens de te faire taire… et blablabla et blablabla… Paroles, paroles, paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent, chantait Dalida, l’éternelle amoureuse de Gigi l’Amoroso.

La ‘Méritocratie’ est évidemment une autre utopie mais elle vaut largement celle de la ‘Démocratie’… les résultats ne seraient pas nécessairement meilleurs mais ils ne seraient certainement pas pires… remplacer des avocats sans clients, des professeurs dépressifs, des bobos idéalistes, des rats de bar imbibés, par quelques sages compétents me semble une fort bonne idée tout en m’interrogeant sur les effets pervers potentiels de ce qui ne serait plus alors qu’une fausse bonne idée.

Agir vite et bien au lieu de palabrer à longueur de journées, sans se soucier d’une popularité électorale inutile, me semble aussi une excellente idée pour les tenants de la ‘Méritocratie’… tout simplifier, tout raccourcir, tout informatiser, tout automatiser, tout robotiser avec utilisation massive de l’intelligence artificielle qui ne saurait définitivement pas être inférieure à celle des jeunes-filles en fleurs qui sont devenues nos arrogantes juges plénipotentiaires depuis que les juges masculins désertent cette fonction honorifique menacée.

Une justice fondée sur l’intelligence artificielle, nourrie de tous les codes, de toute la jurisprudence connue, de toutes les connaissances utiles, débarrassée de ces plaidoiries oiseuses, de ces experts qui ne sont généralement que des ratés dans leur propre profession, serait une justice certainement plus efficace, moins coûteuse, plus juste, que le triste spectacle immobile, complètement dépassé qui est malheureusement le nôtre aujourd’hui.

Assez de blablabla, assez de paroles… des actes dans la modernité. (VC 1.1)

Vilain Coco

 

2 commentaires

Laisser un commentaire