Cléricalisme

Dans une ‘Lettre au peuple de Dieu’, notre bon Pape François vient de sortir de son silence, prenant toute la mesure gravissime du scandale pédophile perpétré par plus de 300 prêtres violeurs d’un millier d’enfants innocents en Pennsylvanie… bagatelle… Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé mais bien d’une répétition, juste plus médiatisée, de ce qui s’est passé dans toutes les parties du monde dominées par la Très Sainte Eglise Catholique Romaine.

A la lumière de ces événements, comme de tant d’autres, on commence à mieux comprendre la décision de Benoît XVI de donner sa démission pour aller se réfugier dans le calme d’un monastère géré par d’excellentes religieuses dévouées à son bien-être… A 91 ans bien sonné, le brave homme peut enfin se consacrer sereinement à son exercice favori… la rédaction de textes théologiques illisibles, parfaitement abscons, exclusivement destinés à un cercle restreint d’intellectuels initiés aux techniques masturbatoires bibliques.

Le mieux est malheureusement souvent l’ennemi du bien… de nombreuses hautes autorités ecclésiastiques se sont cassés les dents sur ces textes compliqués auxquels ils ont souvent préféré les plaisirs vulgaires du péché de chair, la discrétion des rencontres furtives en sacristie, la direction de consciences fragilisées après de naïfs aveux confessés sous le sceau du ‘secret’ le plus impénétrable… le saint sacrement de la confession… quel génial outil de domination garantie.

S’il n’y avait que ces faiblesses sexuelles entre adultes consentants, le ‘Peuple de Dieu’ pourrait encore leur accorder des circonstances atténuantes… Mais se servir d’une quelconque autorité pour abuser des centaines d’enfants innocents, les flétrir à vie au fer rouge de leurs déviances, voilà qui devient intolérable pour le Peuple de Dieu en plein désarroi devant ces scandaleuses révélations à répétition.

Tout allait bien tant que le Vatican pouvait occulter les pratiques honteuses de son clergé, classant ces dossiers litigieux dans des archives secrètes soigneusement dissimulées dans ses caves blindées… Mais voilà que le monde change alors que l’Église refuse ce changement qui ne lui plaît aucunement… et pour cause… Elle oppose même toutes ses dernières forces à occulter des faits avérés, à retarder les échéances, à utiliser toutes les arguties juridiques disponibles, les délais de prescription, les silences coupables, les pieux mensonges utiles.

A côté de la pédophilie et des nombreux prêtres défroqués viennent encore les lourds dossiers de l’argent sale, les banquiers véreux… Paul Marcinckus à la Banque du Vatican… Roberto Calvi à la Banque Ambrosiano… les comptes numérotés de ces Eminences pourpres, les liens avec les maffias italiennes… les pratiques opaques de l’IOR, de la Curie, de l’Opus Dei, de la Loge P2… le Vatileaks, les luttes d’influences dans ce nœud de vipères qui pratique le culte du silence.

François commence à mieux comprendre pourquoi Benoît XVI, terrifié par l’accumulation de dossiers compromettants, a préféré jeter l’éponge, donner sa démission, pour se réfugier dans les exercices théologiques.

Pénitences, jeûnes, messes, prières, sont au menu des deux Papes qui se parlent souvent, qui appellent leurs millions de fidèles à lutter contre la dernière trouvaille… ‘La Cléricalisation de l’Eglise’… Je connaissais bien le concept d’anticléricalisme qui consiste à se battre sans relâche pour éradiquer toutes interventions d’une secte religieuse dans la vie politique ou publique d’un pays quelconque.

Nous devrions donc nous réjouir d’entendre un Pape recommander à ses fidèles de lutter contre cette cléricalisation présentée comme la cause des problèmes rencontrés par l’Église Catholique… Si les catholiques devenaient anticléricaux, ce serait évidemment un pas de géant dans la bonne direction… Il ne s’agit malheureusement que d’une tartufferie supplémentaire… elle ne durera que ce que durent les roses.

Reculer pour mieux sauter est une des plus anciennes tactiques des religieux en danger… il faut apprendre à se faire oublier pour revenir en force… Demander au peuple de Dieu de se battre contre cette… ‘cléricalisation’… de l’Église n’est qu’une manière habile de culpabiliser toutes les brebis des péchés mortels commis par leurs seuls bergers… du grand art jésuitique de la manipulation des masses.

Les catholiques ne sont en fait coupables de rien dans ces affaires de pédophilie sauf de leur total aveuglement, de leur parfaite indifférence, de leur foi de charbonnier inculte, qui les poussent à maintenir leur confiance à une organisation humaine dévoyée, bien plus proche de l’enfer que du paradis sur terre… Qu’ils fassent donc tous pénitence dans le jeûne et la prière si cela leur chante, je n’y vois pas le moindre inconvénient… A part maigrir, cela ne servira strictement à rien mais au moins sans déranger personne.

Par contre, quand des grands penseurs de la Curie, comme Ratzinger ou Bergoglio, se prennent à réfléchir sur l’évidente cléricalisation de leur secte, cela mérite le détour… Auraient-ils enfin découvert que la secte persiste à tout freiner quand elle le peut encore comme en témoignent les derniers débats houleux en France, en Argentine, en Espagne, dans tous les pays sous-développés ? Que pensent-ils d’une autre cléricalisation agressive, celle de l’Islam dans notre monde moderne ?

La menace catholique ne menace plus que la pérennité de sa propre existence… elle n’a plus les dents acérées qui furent les siennes durant quinze siècles… le temps a heureusement fait son œuvre… la vieille dame acide reste dangereuse mais elle ne croque plus à belles dents la viande rouge au risque d’y retrouver ses dernières incisives cariées.

Dans le lent dialogue interreligieux, oecuménique, il est de bon ton aujourd’hui de jouer l’ouverture fraternelle avec l’espoir dissimulé de convaincre ces païens hérétiques de rejoindre demain la seule vraie foi qui est clairement la nôtre… ce besoin de sauver le voisin avant de décider de l’occire est une constante des trois sectes bibliques qui prônent l’amour du prochain dans des baignoires de sang.

En cette fin de mois d’août 2018, ce n’est encore que le fleuve de sang des moutons sacrifiés qui va fertiliser la terre poussiéreuse des ancêtres pendant que les enfants d’Allah tournent par millions autour de la Kaaba, la maison sacrée indiquée par le Prophète d’Allah, cinquième pilier de l’Islam si vous avez les moyens de vous offrir le pèlerinage du Hajj…

Comptez plus de 5000 euros pour cette pieuse excursion quasi-obligée qui coûta tout de même la vie à plus de 2000 pèlerins lors de la bousculade meurtrière d’octobre 2015… Allah n’avait alors pas épargné les siens à moins que ce ne soit déjà son juste châtiment préventif de leurs fautes passées.

Depuis la Révolution Française, les textes légaux se sont multipliés pour garantir l’apparente laïcité de l’État qui nous semblait acquise alors que nous devrions savoir que rien n’est jamais définitivement acquis… le cléricalisme jusqu’ici fut surtout la mission du clergé, ce Parti des Prêtres, qui tente de mobiliser le Peuple de Dieu quand il l’estime impérativement nécessaire…

Cela avait plus ou moins bien fonctionné pour la loi-avortement de Simone Veil comme pour celle du mariage pour tous… les manifestants catholiques sont nettement plus discrets quand il s’agit de dénoncer les crimes sexuels de leurs hautes autorités cléricales.

Le problème est qu’il est plus aisé de laïciser un état que toute une population à qui on a garanti la plus stricte liberté en matière de pratiques religieuses… Vous pouvez difficilement accorder aux catholiques et aux juifs cette liberté religieuse que vous refuseriez aux musulmans… Or il se fait que la communauté islamique dans son ensemble est infiniment plus active, plus ‘cléricalisée’, que ne le sont actuellement les deux autres communautés…

Benoît XVI voyait clairement le danger… Le bon Pape François reste aveugle sur le sujet… il est vrai que cet excellent homme de Dieu à trop de casseroles au feu.

Discutailler avec les barbares aux pieds de la muraille relève pourtant du suicide collectif. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire