Christianophobie

Certains de mes amis pensent que je suis devenu christianophobe vu mes nombreuses chroniques qui attaquent, avec trop de virulence à leurs yeux, leur Très Sainte Eglise Catholique de Rome.

Le Martyr des premiers chrétiens » de Jean-Léon Gérôme, 1883

Je voudrais les rassurer ici… je ne suis pas un adepte du tous pourris, tous vendus, tous malhonnêtes, tous pédophiles… je ne généralise pas ce que je considère comme une ignoble criminalité en col blanc qui flétrit une partie d’un clergé dévoyé.

Depuis mon adolescence, j’ai toujours été passionné par l’histoire des religions… je pense même pouvoir affirmer que j’en suis un bon connaisseur à force de lire la Bible, ses déclinaisons annexes, ses commentaires exégétiques… j’ai moi-même fait tout mon parcours éducatif chez les bons Pères Jésuites avant de rejoindre l’Université Catholique de Louvain avec passage obligé dans une meute de louveteaux, une troupe de scouts catholiques, qui s’imposaient dans une famille de cathos-bigots.

Je connais donc le fait religieux dans ses moindres détails… je l’ai subi durant toute ma jeunesse… j’ai été éduqué au marteau de la foi salvatrice… j’ai mis près de dix ans à me débarrasser de ce ramassis de fadaises grâce à des lectures plus intelligentes parmi lesquelles Nietzsche, Marx, Hugo, Revel, Debray, surtout Michel Onfray qui nous donne toutes les bonnes clés de la pensée exacte.

Je ne suis aucunement christianophobe, je suis juste devenu allergique à tout ce qui ressemble à un embrigadement dans une secte quelconque avec une échelle croissante de détestation qui va de la plus bête à la plus sophistiquée… les coupables ne sont évidemment pas le troupeau bêlant mais bien les bergers qui abusent, souvent sciemment, de la bêtise stratosphérique de ceux et celles qui leur font une confiance aveugle.

Après les événements pédophiles gravissimes qui se sont produits en Irlande après ceux du Chili, des Etats-Unis, d’Europe, voir un Pape se faire acclamer dans les rues de Dublin avant de célébrer une messe solennelle au Phoenix Park devant 130.000 croyants, relève pour moi d’un cauchemar éveillé, un coup de tonnerre dans un ciel bleu.

Une visite qui aura coûté la bagatelle de 35.000.000 d’euros qui auraient été plus utilement dépensés à indemniser les victimes des abus sexuels de ce clergé qui se contente de demander pardon en recommandant la prière, le jeûne, la lutte contre le cléricalisme… De qui se moque-t-on ?

Après les silences coupables de la hiérarchie sont venus la prescription des faits, le secret bien gardé des archives, les classiques procédures dilatoires, les fort rares indemnisations jugées utiles… la majorité des victimes peut aller admirer son violeur en train de célébrer la messe, donner la communion, prêcher la bonne parole, chasser la jeune chair fraîche avec la bénédiction du Vatican comme du peuple de Dieu qui refuse obstinément de regarder la sinistre vérité en face.

Le pape aurait dû célébrer sa messe devant trente vieillards comme un vulgaire curé de campagne… par contre, sa boîtes aux lettres devrait être inondée de demandes d’apostasies de catholiques dégoûtés qui souhaiteraient laver la marque de ce maudit baptême administré à des nouveaux-nés qui ne demandent rien sauf le droit d’échapper à des bourreaux de son innocence.

Je n’ai jamais été victime de ces abus dans les collèges de jésuites tout en entendant beaucoup parler… j’ai par contre retrouvé une nuit mon chef-intendant dans mon sac de couchage… je m’en suis sorti vigoureusement mais ma plainte du lendemain a été fraîchement accueillie avec pour conséquence le renvoi immédiat dans ma famille prévenue par téléphone que je n’étais qu’un affreux menteur… l’abuseur n’a, comme de coutume, jamais eu le moindre problème.

Mon cas, tellement banal, n’est évidemment pas isolé… il démontre juste les dangers de porter plainte, les raisons évidentes pour lesquelles les victimes préfèrent se taire, oublier, éviter tous les ennuis qui ne manqueront pas de se produire lorsqu’il faudra prouver la réalité de ce qu’elles avancent… c’est loin d’être gagné dans l’incrédulité générale, le doute habituel, la méfiance compréhensible … que d’emmerdements en perspective… il vaut certainement mieux se taire.

Rendons par contre à César ce qui est à César… la religion catholique nous a beaucoup apporté dans la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique, la philosophie, la littérature… toute notre civilisation judéo-chrétienne est imbibée de cette culture catholique-hébraïque qu’il serait vain de vouloir lui contester… ce n’est pourtant pas une raison pour devenir aveugle aux abus, aux dérèglements, aux malversations, aux crimes, de cette organisation qui ne fut jamais angélique.

Avec le judaïsme, le catholicisme est certainement la religion la plus sophistiquée, la plus complexe intellectuellement… Bon gré, mal gré, ces deux religions réussissent plus ou moins leurs adaptations à la modernité qu’elles n’apprécient guère… on ne peut d’ailleurs pas leur donner complètement tort mais en constatant qu’au moins elles feignent de s’en accommoder, tout en freinant des quatre roues partout où c’est encore possible… le cléricalisme.

Mais que dire de ces sectes religieuses qui se répandent sur base de foutaises obscurantistes ? Elles sont tristement nombreuses… Scientologie, Secte de Moon, Mormons, Témoins de Jéhovah, Cathos Intégristes, Juifs Orthodoxes, Musulmans Sunnites ou Chiites, même les Bouddhistes, généralement plus calmes, se mettent à assassiner les Rohyingas en Birmanie.

Cyniquement vu, ces affrontements barbares entre religieux de tous bords sont peut-être la solution qui permettra de débarrasser notre planète du fait religieux noyé dans le sang qu’il fait couler depuis plus de vingt siècles… Au lieu d’intervenir fort maladroitement, nous ferions bien mieux de les laisser s’entre-tuer sauvagement chez eux au lieu de les accueillir stupidement dans un système décadent auquel ils ne comprennent rien, pas plus d’ailleurs que nous ne comprenons le leur.

Bref, toutes les religions sont des facteurs de régression mais certaines le sont certainement plus que d’autres… la laïcité moderne peut vivre en relative harmonie avec les catholiques mondains, les juifs évolués, les bouddhistes du Dalaï Lama… Par contre, aucune société moderne ne peut résister aux barbares qui ne pensent encore qu’à se massacrer mutuellement avant de nous massacrer… la sagesse nous recommanderait de tout mettre en œuvre pour favoriser la première partie de leur plan pour éviter de devoir subir la seconde.

The Sack of Rome, Karl Briullov, 1833-1836

La Rome Antique avait décidé de romaniser les barbares après les avoir combattus… même remarque avec les chrétiens qui nourrissaient les fauves affamés du Colysée avant de devenir la religion de l’Empire grâce à Constantin tardivement converti au Christianisme par sa maman, la célèbre Sainte Hélène, Augusta, à qui nous devons tant de découvertes absolument incroyables lors de son fameux voyage à Jérusalem, trois siècles après la crucifixion de Jésus.

Les barbares ont finalement pris le pouvoir à Rome comme les musulmans prendront un jour le pouvoir en Europe si nous persistons à les y encourager… c’est une évidence presque démocratique puisque cela pourrait se jouer dans les urnes par la seule loi du nombre avec victoire finale de la bêtise abyssale sur la modernité.

La christianophobie n’est plus nécessaire, la laïcité combattante s’impose plus que jamais. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire