Massacres des agriculteurs

Mon meilleur ami, Roger Joszt, est mort du cancer durant l’été 2012 alors qu’il avait à peine 70 ans… une force de la nature, une armoire à glace, une baraque à frites, un médecin-dentiste qui n’exerçait que trois jours par semaine pour consacrer le plus clair de son temps à ses passions… ski, golf, vélo, montagne, randonnées, football, cuisine, amis, les bonnes adresses de cette douce France qu’il avait sillonnée en vélo ou au volant de sa vieille Renault Espace d’une agréable couleur verte.

En passant par Lyon, je l’avais revu une dernière fois à Ecully pour lui présenter Huguette Elsocht, la sorcière bien-aimée à qui il avait fait ses dernières recommandations… ‘Fais gaffe Swenna, il oublie tout, il perd tout, il se fiche de tout mais c’est mon ami… prends soin de lui.’… J’avais retenu mes larmes devant lui pour éclater en sanglots dans la voiture qui nous conduisait vers le port de La Napoule pour un long séjour sur ‘Monade’.

Roger adorait venir naviguer sur ‘Monade’… Nous occupions les deux grandes cabines dans lesquelles nous regardions souvent le football, le PGA Tour, la Ryder Cup… Toutes portes ouvertes, nous nous commentions les exploits de nos champions… Roger ne reverra plus ‘Monade’ sur laquelle il ne pouvait même plus embarquer en été 2011 quand nous étions venus le chercher à Sainte-Maxime.

Trop faible, amaigri, le teint cireux, il avait finalement décliné l’invitation en restant sur le quai pour nous regarder longuement, tristement, nous éloigner vers les plages de Pampelonne… C’est ma dernière belle image de Roger avant cette ultime rencontre d’Ecully, les adieux qui précédait de peu ses obsèques au crématorium de Lyon…

Nous y étions évidemment avec notre troisième larron, Sergio Carnelutto, skieur, golfeur doté du plus beau swing de la région PACA… il avait encore fallu que les proches de Roger nous imposent le prêchi-prêcha d’un curé inconnu que Roger, anticlérical convaincu, n’aurait certainement pas invité… il n’y a pas de borne à l’indécence religieuse.

Roger aurait fait des kilomètres pour acheter le bon pain, le beurre de ferme, la confiture de la grand-mère, les pissenlits du matin, le fromage au lait crû, le poulet de Bresse, le jambon de Savoie, le Chignin des coteaux de Chambéry… les agriculteurs, les éleveurs, les vignerons, les petits hôteliers, les cuisiniers, les bons artisans étaient tous ses copains.

Tu vois, mon Roger, tu as bien fait de nous tirer ta révérence… le monde que je vois n’est plus le monde que tu aimais tant… Imagines-toi… un suicide d’agriculteur tous les deux jours… ils étaient 4.000.000 en 1963 quand nous découvrions le petit village de Courchevel au coeur des Trois Vallées… ils n’étaient plus que 900.000 en 2016, encore moins aujourd’hui… le nombre d’exploitations a été divisé par quatre au profit d’usines à produire de la viande, des volailles et du lait… Ferme des 1000 vaches, poulets en batterie, œufs et lait contaminés.

Le gigantisme a gagné les campagnes… les grands groupes alimentaires y imposent leurs lois d’airain… les importations se multiplient pour peser sur les prix ridicules exigés par les ploucs précaires… la quantité pas chère a remplacé le produit de qualité que le bon peuple ne peut plus se payer… c’est le cercle infernal vers le gouffre.

Nos beaux paysages bucoliques se couvrent d’affreuses éoliennes, de sinistres parcs noirs de panneaux solaires… les fermes seront bientôt à l’abandon car les éleveurs ne peuvent plus vivre décemment de leurs bovins, encore moins de la production de lait… ils doivent travailler douze heures par jour pour ne pas gagner le SMIG… leurs enfants iront demain se faire chier en ville pour pointer au chômage.

Les haies, les bocages, vont disparaître pour supprimer tous les obstacles des gigantesques exploitations mécanisées, gérées par les multinationales de l’alimentation… taille, productivité, concurrence, faillite sont devenus l’obsession de nos paysans déboussolés, harcelés par leurs fournisseurs, dominés par leurs clients, poursuivis par leurs banquiers, par le fisc, par l’AFSCA, par les intraitables huissiers de justice… Epuisés, ils glissent finalement une cartouche de chevrotine dans leurs vieux fusils de chasse salvateur à moins de préférer se pendre à une poutre de la ferme.

Sans un mot d’explication, nos paysans meurent en silence dans l’indifférence générale d’une société aveugle qui condamne ses cul-terreux au suicide sans imaginer qu’elle devient elle-même une société en soins palliatifs… Pourtant personne n’en dit rien… L’Europe se contente de pondre de grands plans macro-économiques qui ne créent que d’autres misères sur le terrain… Et je te donne une aide assortie d’une paperasserie chronophage, et je te la retire sans préavis avant de t’en imposer une autre plus stupide encore…

Cela s’appelle la Politique Agricole Commune, pensée par des énarques qui n’ont jamais mis les pieds dans un étable… On se croirait revenus aux grands plans quinquennaux, les collectivisations de Joseph Staline qui avait affamé les Koulaks Ukrainiens… les ‘Quatre Modernisations’ fantasmées par Mao Zedong, le grand timonier chinois… plus c’est gigantesque, plus cela devient con pour des administrations imbéciles, parfaitement incapables de gérer des millions de cas particuliers.

Mon voisin de Lasne va vendre demain son superbe troupeau de vaches limousines… une centaine de têtes de bétail qu’il ne peut plus nourrir sans perdre de l’argent chaque jour depuis que les grandes surfaces font encore baisser le prix de la viande pour mieux l’étrangler… comment se battre contre ces mastodontes qui vous poussent sciemment à la faillite pour racheter vos exploitations à des prix de misère.

Grâce à l’importation sauvage de produits en provenance de pays protéiformes, on crée le syndrome du ‘Prix Chinois’, celui qui a permis à Wal-Mart de mettre en faillite des milliers de PME-PMI américaines… ‘Tu veux vendre un produit quelconque à Wal-Mart, voilà le prix auquel je l’achète à Shanghai, peux-tu faire mieux ?’… ‘Non, bien sûr, mais la qualité n’est pas la même’… ‘Je n’ai rien à foutre de ta qualité, nos clients adorent acheter de la merde… Au revoir, moi j’ai du boulot.’

L’Europe n’est plus qu’une vaste chienlit qui lynche les faibles pour engraisser les puissants

Quand ce n’est pas le ‘Prix Chinois’ c’est le ‘Prix Polonais’, le ‘Prix Argentin’, le ‘Prix Coréen’… A entendre nos élites, le paysan français devrait pouvoir vivre en France avec un salaire polonais… Pendant que les uns meurent, ces brillantes intelligences ne sont même pas capables d’harmoniser la législation des différents pays-membres aux plans social, salarial, fiscal, familial, contrôles… L’Europe n’est plus qu’une vaste chienlit qui lynche les faibles pour engraisser les puissants…

On habille Paul Zedong en déshabillant Pierre Dupont qui finit par disparaître pendant que des nazillons bien gras programment la solution finale dans d’interminables rencontres luxueuses… Il y a des questions tellement plus importantes que la disparition silencieuse de nos agriculteurs… Immigration, Terrorisme, Trump, Poutine, Erdogan, Bachar El Assad, le réchauffement climatique, les centrales atomiques, la pollution des océans, les syndicats, les grèves, les manifs… comment voulez-vous gérer sérieusement un tel bordel à vingt-huit ?

Vous devez comprendre que ces agriculteurs sans-dents peuvent juste aller se faire foutre pour la bande à Macron – Merkel – May – Michel – Juncker qui observent, sans comprendre, la montée des extrêmes en Europe… les agriculteurs votaient massivement Front National, Messieurs les énarques… Le message était pourtant clair mais il ne l’est pas pour des sourds-muets, aveugles aux souffrances de leurs électeurs dégoûtés, présentés alors comme des racistes.

Voilà, Roger, je n’ai pas de meilleures nouvelles… Tu es parti mais rien n’a changé, tout est encore pire qu’avant… Vendredi prochain, je pars me reposer deux semaines sur Monade… Avec Sergio, on parlera de toi, on pensera à toi… tu nous manques… Nous irons déjeuner chez Michel à Castagniers… déguster la pissaladière, les farcis, la daube à la niçoise… tu te souviens…

Ah, tout de même une bonne nouvelle, mon grand… Les Bleus sont champions du monde à Moscou, ils ont même battu par miracle les Diables Rouges… Oublions le reste, c’est simplement catastrophique… Je te raconterai plus tard… je t’embrasse mon Roger.

La fatigue était trop forte, la mort délivre alors du dégoût de ne vivre que ça. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

  1. https://www.facebook.com/reseauGASAP/ . Voici un lien qui permet aux agriculteurs de vivre mieux. De contrer la mal bouffe des industriels. Les constats que tu relayes sont tristement exact , reste à nous d’agir par ce biais des gasaps. Groupement d’achat solidaire local, tant dans les légumes et fruits. Existe également pour les producteurs de viandes…. personnellement j’achète mes légumes tout les 15 jours pour un dizaine d’€ par coup. Voir le lien et il y a en plein d’autres .

Laisser un commentaire