J’accuse

On se souvient du célèbre… ‘J’accuse… !’… d’Emile Zola en janvier 1898 dans le journal l’Aurore pour prendre la défense d’Alfred Dreyfus dans la fameuse affaire du même nom… Une lettre ouverte au Président Félix Faure qui mourait un an plus tard dans les bras de sa maîtresse Marguerite Steinheil, une galante coquine de la belle époque… une mort agréable donc dans une ambiance Courteline au palais de l’Elysée qui n’a pas encore dévoilé tous ses secrets d’alcôve.

Pour avoir bruyamment dit la vérité, Emile Zola a été condamné la même année pour diffamation… Obligé de s’exiler onze mois à Londres avant de revenir à Paris pour y mourir accidentellement en septembre 1902, asphyxié par un feu de cheminée à son domicile du… 21 bis, rue de Bruxelles… cela ne s’invente pas.

La collusion criminelle entre les mondes politique, militaire, judiciaire, était évidente pour obtenir cette honteuse condamnation d’Emile Zola… elle démontre à suffisance à quel point les élites peuvent se permettre de piper les dés quand elles estiment y avoir un intérêt majeur.

Je vous racontais la semaine dernière les ravages de l’alcoolisme dans la profession médicale en précisant que cette profession, épinglée par la RTBF, n’en avait certainement pas le monopole… les alcooliques sont légions dans toutes les professions même si certaines sont plus dangereuses que d’autres…

Des pilotes alcooliques sont plus dangereux que des chauffeurs de bus ou de taxis en état d’ivresse, mais que penser des avocats, notaires, magistrats, journalistes, policiers, politiciens, huissiers, tout aussi alcoolisés… ne citons surtout aucun nom… il y en aurait d’ailleurs trop… De plus, cela pourrait me valoir une nouvelle condamnation inique après toutes celles déjà encaissées…

« Résurrection de la Censure » J. J. Grandville, Lithographie -1847.

Comme Emile Zola, j’ai cet insigne honneur d’avoir été censuré, interdit de publication, lourdement condamné, pour avoir ‘diffamé’ quelques escrocs opérant en bandes organisées… je partage la révolte de Zola quand il explose… ‘Je suis dans l’épouvante, la terreur de l’homme qui voit l’impossible se réaliser, les fleuves remonter vers leurs sources, la terre culbuter sous le soleil… Et ce que je crie, c’est la détresse de notre généreuse et noble France, c’est l’effroi de l’abîme où elle roule.’

On se lamente sur l’alcool, sur le tabagisme… on pourrait aussi se lamenter sur les drogues, sur la corruption endémique dans les plus hautes sphères du pouvoir pollué par ses relations incestueuses avec le monde des affaires… Bart De Wever vient de lancer un pavé dans la marre en faisant part de probables accointances criminelles entre politiciens anversois et maffias de la drogue.

Le port d’Anvers est en effet devenu une plateforme de distribution de la drogue en Europe… beaucoup d’argent trop facile à blanchir dans des projets de toutes natures… les Belges n’y verront, comme de coutume, qu’une nouvelle théorie du complot politique à quelques semaines des prochaines élections communales…

Théorie du complot, c’est vite dit pour éviter un débat qui dérange… je suis de ceux qui pensent que ce débat serait au contraire bien nécessaire… Bart De Wever a parfaitement raison de s’en inquiéter n’en déplaise à ceux qui estiment que rien de positif ne peut être mis au crédit de ces ‘affreux extrémistes flamingants de la NVA’.

Pourquoi voudriez-vous que les faces sombres de la nature humaine épargnent les grands corps du Royaume ? L’Église Catholique a déjà fait étalage de ses faiblesses en matière sexuelle et financière… Accabler les politiciens reviendrait à tirer sur une ambulance… J’ai assez épilogué sur notre justice complètement paralysée… le milieu des affaires fait régulièrement la une de l’actualité pour des scandales en tous genres… les professions libérales ne sont certainement pas mieux loties.

Il ne suffit pas d’endosser un bel uniforme, une toge rouge, un tablier blanc, une robe noire à pattes de lapin, un costume de chez Cardin, pour devenir un parangon de vertus… l’habit n’a jamais fait le moine, ni hier ni de nos jours… Un travesti donne rarement l’illusion d’être une jolie femme qui pourrait parfaitement être la reine des salopes…

Il ne suffit pas d’endosser un bel uniforme, une toge rouge, un tablier blanc, une robe noire à pattes de lapin, un costume de chez Cardin, pour devenir un parangon de vertus

Je suis assez persuadé que l’alcool, la drogue, la corruption, les complicités, les proximités douteuses, les magouilles, les perversités, la malhonnêteté, les abus de pouvoirs, la pédophilie, sont très uniformément répartis dans toutes les couches de la société belge avec les protections occultes qui y sont naturellement associées.

Bart De Wever a raison de le sous-entendre… c’est courageux diront ceux qui voudraient le débat… c’est uniquement politique soutiendront ceux qui le refusent… Affirmer le contraire relève pourtant de la manipulation classique visant à persuader le bon peuple qu’il vit dans un paradis terrestre… les manipulateurs sont aussi coupables que les manipulés qui ne demandent qu’à se faire endormir par leurs manipulateurs… Syndrome de Stockholm… En fait, nous détestons les problèmes qui viennent déranger notre petit train-train quotidien.

Les dernières sorties de Bart De Wever me paraissaient tellement évidentes que j’en ai profité pour me plonger dans deux séries Netflix qui évoquent ces questions de corruption au plus haut niveau de l’État… c’est un peu long, trop lent, mais je vous recommande celle sur Pablo Escobar en Colombie, une autre sur le fameux El Chapo au Mexique…

Ces deux séries sur le monde des narcos sont basées sur les faits réels joués par des acteurs professionnels… les techniques de fraudes comme les mécanismes de la corruption endémique y sont décrits dans leurs moindres détails… A voir d’urgence pour ceux et celles qui pensent encore vivre au pays des Bizounours.

Une certitude globale se dégage… il n’y a aucun moyen de combattre ces fléaux sociaux dans des sociétés, soit miséreuses, soit riches, qui condamnent à la déchéance une part importante de leurs populations… c’est la misère ou la guerre qui poussent les peuples à migrer… c’est la précarité ou le chômage qui poussent souvent les gens vers l’alcool, la drogue, la prostitution… c’est la pauvreté qui sert de terreau à la délinquance, au terrorisme, aux extrémismes de tous bords…

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois… mais il se fait que les borgnes sont assez rares, que la descente aux enfers est donc orchestrée par des énarques prétentieux, des oligarques arrogants, des aveugles qui se branlent les méninges sur les nombreux effets catastrophiques sans se poser trop de questions sur les causes évidentes de l’agonie du système.

Les petits boulots de merde, les yeux doux aux multinationales, le marché global, les bas salaires, les pensions ridicules, la paperasse administrative, le matraquage fiscal, les lenteurs de la justice, la loi du plus fort, le gigantisme tous azimuts, les sottises religieuses, sont autant de facteurs négatifs qui composent le cocktail explosif du terrorisme, de la délinquance, du populisme, des échecs du capitalisme, de la lente disparition programmée d’une civilisation à bout de souffle.

Les ruisseaux se transformeront alors en torrents furieux du sang des loqueteux. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire