Le mal-aimé

‘Je me fous du monde entier… quand Frédéric me rappelle… les amours de nos vingt ans… nos chagrins, notre chez soi… Après ce fut la plus belle des fêtes… la fête des amants… ne dura qu’un printemps… puis l’automne revint…. L’automne de la vie… tu vois qu’on t’a menti… écroulés les châteaux… adieu, le clair de lune… après tout, faut ce qu’il faut… pour s’en tailler une… une vie sans arguments… une vie de bons vivants.’ (Claude Léveillée 1.1)

J’avais 21 ans quand j’ai entendu cette superbe chanson de Claude Léveillée, un poète québecois, trop vite disparu, que les Belges feraient découvrir à la France… A la même époque, un jeune avocat français défendait à Dakar une Ministre des finances emprisonné par Léopold Sedar Senghor pour tentative de coup d’état au Sénégal…

La suite de cet article est réservée aux abonnés du Blog. Si vous êtes abonné, veuillez vous connecter . Si vous souhaitez lire la suite, veuillez vous inscrire

Un commentaire

Laisser un commentaire