L’étau se resserre

La Belgique est un état de droit… c’est en tout cas ce qui se dit, ce n’est pas nécessairement le ressenti des justiciables… Quand votre banquier vous demande la provenance d’une somme importante versée sur votre compte ou pourquoi vous auriez besoin de 5.000 euros en cash… Quand un huissier accompagné de deux policiers, d’un serrurier, se présente soudainement chez vous pour un arriéré d’impôt, une amende de roulage, le tout envoyé à une ancienne adresse… Quand la justice paralytique est devenue simplement impayable…

Quand la terre entière se fiche cordialement des problèmes qui pourraient vous arriver… Quand on prétend vous protéger, garantir votre sécurité, tout en vous soupçonnant des pires malversations… fraude fiscale, terrorisme, escroquerie, trafic d’armes, traite d’êtres humains, racisme, alcoolisme, harcèlement sexuel… Quand une administration imbécile, obscurantiste, confie votre sort fragile à une jeune magistrate endormie qui décide souverainement de votre vie…

Quand votre avocat n’a rien obtenu, perd même votre procès, tout en vous réclamant des provisions d’abord, des honoraires ensuite, des dépens enfin, alors qu’il faudrait encore aller en appel à date lointaine pour espérer rectifier un premier jugement parfaitement inique… C’est ce que vous me décrirez comme un état de droit ? On paye d’abord, on discute ensuite… bel état de droit en vérité… Tiens, une bête question… on paye comment, avec quoi ? Demandez-donc aux pensionnés belges à 1300-1400 euros par mois comment ils payent… ils sont légions dans ce paradis terrestre, cet état de droit.

Théophile Alexandre Steinlen. 1859-1923. Les Belges ont faim. 1915. Ixelles

Non content d’étouffer littéralement cette masse de gens simples sous une avalanche de conneries, il faut en plus les menacer… ‘Si tu n’es pas sage, tu payeras ton paquet de cigarettes à 20 euros, ton litre d’essence à 2 euros, ton caddy Delhaize à 100 euros, tes amendes à 250 euros… je me fiche bien de ton loyer pouilleux, tes assurances bidons, tes redevances diverses, ta santé en péril, ton yaourt vespéral Danone.’

Surveillé par la police, les caméras, la justice, les huissiers, les notaires, les banquiers, les réseaux sociaux, votre téléphone, votre ordinateur… quelles sont encore vos libertés individuelles dans ce minuscule état de droit ? En fait, il ne vous en reste qu’une mais elle vaut son pesant d’or… celle de vous laisser tondre docilement tout en fermant surtout votre grande gueule… ils ont les moyens de vous faire taire… ils les utiliseront car les imbéciles ont cette fâcheuse habitude d’abuser du pouvoir exorbitant que les braves gens leur confient naïvement.

A peine rassurés sur leur médiocre avenir politique par les résultats de campagnes électorales qui brillent au niveau zéro de l’intelligence, nos élus, autrefois souriants, se transforment immédiatement en féroces chasseurs d’animaux malades de la peste… ils vous faisaient des risettes… vous avez lâché votre morceau de Gouda pour que ces rusés renards vous administrent la leçon que vous méritez.

Il faut croire que la répétition est un élément du comique car la scène se renouvelle à intervalles réguliers depuis 70 ans sans susciter la moindre réaction virulente de la part des moutons bêlants surveillés par leurs maîtres-bergers… l’étau ne se desserre jamais, bien au contraire, il se resserre en permanence, mais en douceur… Rien à voir avec les instruments de torture de l’Inquisition… il ne faut surtout pas effrayer les suppliciés avec berceau de Judas, chevalet, brodequins, poire d’angoisse, vierge de fer.

Tout doit paraître normal, sérieux, utile, même nécessaire pour le plus grand bien d’une population qui doit oublier qu’elle aurait des droits ou, pire encore, des libertés… inutile d’expliquer à des gueux qu’ils n’ont aucun droit, aucune liberté sauf celle d’aller se faire foutre… on peut le penser cyniquement, le mettre en pratique mais il ne faut pas le dire… cela ne ferait vraiment pas sérieux… ce ne serait pas politiquement correct.

Tandis que l’étau indolore, se resserre sur les sans-dents masochistes, les sadiques oligarques se goinfrent de revenus colossaux, de droits abusifs, de malversations habilement dissimulées, de pétaradantes libertés arrogantes… il suffit d’une bonne heure à une jeune magistrate pour condamner sévèrement un voleur à la tire, prononcer de manière expéditive la faillite d’une PME-PMI, d’un petit commerce de quartier.

Il faudra, par contre, des mois, voire des années d’enquêtes, d’expertises, de procédures dilatoires, de plaidoiries, pour faire condamner, à grands frais, d’importants criminels en col blanc, des terroristes fichés, des récidivistes identifiés, des escrocs déguisés en bon père de famille, des sinistres pédophiles, des sombres crapules qui ne méritent aucunement cette débauche de moyens financiers, de travaux inutiles, de temps perdu…

Un bon terroriste est un terroriste mort, pas un terroriste qui encombre nos prétoires avant de peupler nos prisons… Ces cons d’Allah veulent la guerre ? Alors d’accord… mais à la guerre comme à la guerre… à balles réelles, pas à fleurets mouchetés… la perversité du système réside dans le fait que l’étau se desserre sur les coupables alors qu’il se resserre sur les innocents avec pour conséquence de nous mégoter une bouffée d’air irrespirable.

Adieu nos droits, adieu nos libertés pour que la racaille puisse les accaparer… la racaille déteste notre système dont elle utilise toutes les faiblesses, les ficelles, toutes les évidentes fragilités, pour mieux le détruire de l’intérieur… nous sommes les victimes sacrificielles de cette stratégie d’anéantissement programmé… il suffit de relire ‘Soumission’ de Michel Houellebecq comme le plus ancien ‘Camp des Saints’ de Jean Raspail pour comprendre que nous avons tout faux.

Mais alors, comment expliquer la récente réélection de cette Catherine Moureaux qui prône une majorité progressiste à Molenbeek, cette sinistre commune, berceau historique de la radicalisation islamique, base arrière du terrorisme européen, grâce à la protection bienveillante du papa islamisé, Philippe Moureaux, alias Flupke Moustache, de retour au septième ciel de l’Islam Radical triomphant…

C’est juste à gerber sur cette démocratie mollassonne qui massacre les citoyens innocents traités comme de potentiels coupables… La racaille l’a fort bien compris, elle sait comment se servir brutalement de cette guimauve démocratique… elle utilisera donc le système pour mieux le détruire… il est déjà trop tard.

Il devait être bien indolore ce garrot qui nous aura étranglé. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire