Le chapeau d’Amélie

Amélie Nothomb porte généralement son grotesque chapeau d’Halloween… il fait maintenant partie de son personnage médiatique quand elle se pointe dans une émission littéraire, au journal télévisé, à une séance de dédicace… j’avais lu son premier roman racontant son expérience dégradante dans une société japonaise… En fait, les romans m’ennuient à périr, ils me tombent des mains au bout de vingt pages, ils me servent de somnifères… celui d’Amélie n’avait pas échappé à la règle… je n’en ai donc plus jamais lu d’autres.

Mais je dois être fort mauvais juge puisqu’Amélie connaît un succès qui me fait pâlir d’envie, peut-être de jalousie diront certains grincheux… ce n’est pas complètement faux encore qu’il s’agisse plus d’une frustration que d’une jalousie… je n’ai pas la moindre envie de rédiger des romans sucrés pour espérer en faire des best-sellers… par-contre, je serais ravi de rencontrer une plus large audience pour des chroniques polémiques visant à réveiller des consciences, à susciter des débats enflammés, à secouer cette indifférence maladive à tout ce qui ne nous concerne pas directement.

La suite de cet article est réservée aux abonnés du Blog. Si vous êtes abonné, veuillez vous connecter . Si vous souhaitez lire la suite, veuillez vous inscrire

Laisser un commentaire