Le blues des bleus

Pourquoi le nier ? Les amateurs belges de beau football étaient tous ‘sur’ le poste jeudi soir pour regarder les fragiles champions du monde se faire battre par les ‘Kaaskop’… Prétendre que cela nous aurait fait de la peine serait d’une telle hypocrisie que je ne m’y risquerais pas… la vengeance est un plat qui se mange froid… que les bouffeurs de ‘Gouda Jeune’ vengent nos Diables Rouges n’est pas fait pour nous déplaire… un peu de baume du tigre sur la douloureuse plaie béante de cette Coupe du Monde qui nous aura tristement échappé.

Cette piteuse équipe de France, couverte de bleus, n’a même plus son destin en main… leur avenir se jouera lundi soir entre l’Allemagne et les Pays-Bas… il suffira d’un match nul pour renvoyer les récents champions du monde à leurs chères études… Qui s’en plaindra en Belgique après la lourde déception que ces cocoricos nous ont infligée en juillet dernier à Saint-Petersbourg.

Je savoure encore le spectacle de Didier Deschamps quittant la pelouse, le visage fermé, le regard noir, pendant que ses vedettes dépitées passaient à l’interview… ‘On est très déçus’… on le serait à moins… ‘Il y a des jours avec, il y a des jours sans’… Merci, on l’avait remarqué… ‘C’est le foot’… voilà qui est profond… on avait cru que c’était du jeu de balle sur la plage.

Où était cette belle défense française, cornaquée par Hugo Loris… ce mur infranchissable qui résistait autrefois aux assauts furieux de nos Diables Rouges avant de nous porter l’estocade fatale… un petit goal de raccroc sur coup de coin superbement tiré par Antoine Griezmann, juste sur le front puissant de Samuel Umtiti qui crucifiait Thibaut Courtois… Bardaf, ce fut l’embardée.

Médaillée de bronze, la Belgique fit la fête à ses Diables Rouges sans pouvoir cacher son fond d’amertume rentrée, ce sentiment dissimulé d’une grande occasion manquée alors qu’elle aurait marqué l’histoire d’un Royaume qui en a tant besoin… Bah, ce sera pour la prochaine fois pensaient les tifosis abreuvés de cette blonde cervoise Jupiler qui fait la réputation mondiale d’un tout petit pays, certes, mais un pays immense par la grâce de ses talentueux artistes du ballon rond.

Pourtant, j’ai toujours pensé qu’on ne ferait rien de bon avec des premiers de classe… c’est une place dangereuse, généralement peu enviable dans la durée… difficile de sans cesse faire mieux alors que la meute des poursuivants vous prend pour cible de toutes ses attaques… Didier Deschamps a voulu prolonger sa mission alors qu’il pouvait quitter le bateau en pleine gloire après le Mondial de Russie…

Zinedine Zidane n’attendait que ce départ pour raviver la flamme, assurer le passage du témoin après avoir lui-même quitté le Real de Madrid au sommet de sa gloire… Mais Didier s’est obstiné sur son trône…Il fallait pourtant que la roue tourne pour faire avancer la charriote… ainsi va la vie qui adore broyer un destin pour en susciter d’autres… après avoir vécu un tel triomphe, il fallait s’en aller, éviter les risques de devoir y survivre.

Zidane l’avait parfaitement compris en quittant son Real de Madrid qui patauge aujourd’hui dans le championnat espagnol après avoir perdu Cristiano Ronaldo… CR7 fait dorénavant le bonheur de la Juventus de Turin, la vieille dame d’Andrea Agnelli qui ne cache même plus ses immenses ambitions.

Lundi soir à Gelsenkirchen, une victoire des Pays-Bas sur l’Allemagne signerait une éruption volcanique souhaitable… élimination des champions du Monde de la Ligue des Nations… départ probable de Didier Deschamps remplacé par Zinedine Zidane… départ de Joachim Löw en poste à la Mannschaft depuis douze ans avec des récents résultats catastrophiques dont cette cuisante défaite en octobre dernier contre ces mêmes Pays-Bas, revenus à leur meilleur niveau…

Douce vengeance pour les petits Belges qui digèrent encore mal ce seul goal de Griezmann-Umtiti qui les a privés d’une belle finale attendue, d’un rêve amplement à leur portée… Nous adorons tous la France mais il y a des bornes à ne pas dépasser… ils les ont toutes explosées… Opportunistes, ils soutiendront même demain leur ennemi allemand héréditaire pour espérer se qualifier par le trou de la serrure, une fois encore… Les Belges soutiendront évidemment nos vieux cousins bataves pour laver le sang impur qui abreuve nos sillons.

Celui qui dérangerait fort imprudemment Vilain Coco lundi soir à 20h45 doit savoir qu’il ne serait pas le bienvenu reçu mais plus simplement même pas reçu… il y a de rares instants de bonheur dans la vie qui ne supportent aucune intrusion des malveillants… j’encaisse aisément les coups d’un sort qui ne me ménage guère, à condition impérative de pouvoir me ressourcer pleinement dans ces moments de détente qui apaisent ma pensée survoltée.

La mer, la montagne, le travail, les affaires, les amis, les femmes intelligentes parfois, le football toujours, sont mes meilleurs pourvoyeurs de ces espaces de dilatation indispensable pour pouvoir remonter à la surface… le plongeur en apnée connaît la nécessité de ces paliers de décompression pour ne pas mettre sa vie en danger… Souvenez-vous, il y a trente ans déjà, du film ‘Le Grand Bleu’ de Luc Besson, bercés par une musique hypnotique, la mythique ‘Deep Blue Dream’ d’Eric Serra.

Jacques Mayol et Enzo s’affrontaient dans un concours de plongée en apnée… il ne faut pas être claustrophobe pour supporter ces séquences dans les profondeurs, sachant qu’il ne suffit pas d’atteindre le but, il faut encore remonter à l’air libre en respectant les procédures d’arrêts pour éviter l’accident… Comme eux, nous avons besoin de ces paliers silencieux après des plongées dans nos univers trépidants.

Dimanche soir, les Diables Rouges devront battre les Suisses… Lundi soir, ce sont les Hollandais qui devront battre les Allemands… que la fête soit complète… que le football, sans le moindre trucage, en sorte grand vainqueur au-delà des petits grenouillages dont les médias nous rabâchent complaisamment les oreilles.

La semaine prochaine risque bien d’être croustillante pour Vilain Coco qui espère enfin de fort bonnes nouvelles pour ses nombreux amis… On en reparlera certainement après cette détente footballistique qui prépare d’autres victoires.

Respirer à fond, bloquer, descendre, remonter, respirer, repartir au combat. (VC 1.1)

Vilain Coco

2 commentaires

Laisser un commentaire