Le blues des diables rouges

Il y a vraiment des jours affreux dans la vie de supporter… Ce week-end encore, je rédigeais une chronique sur ‘Le Blues des Bleus’… j’aurais mieux fait de me taire, de rester bien au chaud sous la couette… je ne savais pas ce qui m’attendait dimanche soir avec ce Suisse – Belgique qui restera dans les annales comme une des plus belles raclées infligées à nos Diables Rouges depuis des dizaines d’années.

Lundi vers 16h00, rentrant de Liège, plus moyen de trouver une gazette en kiosques… les Belges s’étaient jetés sur la presse quotidienne comme la misère sur le monde… Espéraient-ils trouver une quelconque consolation dans les analyses pointues de nos journalistes sportifs ? Permettez-moi d’en douter… ce que j’ai pu en lire sur Internet tirait à boulets rouges sur cette équipe belge considérée comme une des meilleures équipes mondiales, si pas la meilleure.

Plus incroyable encore reste cette entame de match qui nous assurait un avantage de deux goals marqués par Thorgan Hazar avant de rentrer piteusement aux vestiaires menés par 3-2… Impensable… nos Diables allaient évidemment marquer en seconde mi-temps, assurer au minimum ce médiocre match nul qui nous aurait offert une place en x demi-finale… Que nenni, nous prenons une main, un 5-2, bien giflée qui qualifie les Suisses en éliminant les Belges… Bardaf, l’embardée.

J’étais dans un tel état de rage mal contenue que j’ai regardé distraitement la seconde mi-temps dans mon lit avant de me taper un épisode ‘Narcos’ sur ‘Netflix’ pour tenter d’oublier la raclée, espérer trouver un sommeil réparateur malgré l’immense tristesse de cette gifle helvétique que nous venions de nous ramasser en pleine tronche… Inadmissible, Messieurs les Diables.

Ce lundi soir, ce sera le tour des Allemands contre les Pays-Bas… Si la Mannschaft gagne, la France se qualifierait de nouveau par le trou de l’aiguille pour les demi-finales… comme au Mondial en Russie… Le Blues des Bleus n’est donc pas encore définitif alors que le Blues des Diables Rouges est irrémédiable… Qui pouvait imaginer un tel scénario-catastrophe ?

‘Trop is te veel’… pensent les innombrables supporters belges qui brûleront volontiers demain ceux qu’ils ont publiquement adorés hier sur la grand-place de Bruxelles en folie… quelles explications donner à tous ces ploucs des tribunes debout qui acceptent sans discuter les salaires mirobolants, les transferts à des prix hallucinants de vedettes comme E. Hazard, T. Hazard, Kompany, Mertens, De Bruyne, Courtois, Witsel, Lukaku, Dembélé, Batshuayi, Fellaini, Vertonghen, Chadli, Nainggolan, Carrasco, Meunier, Alderweireld, Boyata, Tielemans, Vermaelen… Des pauvres petits gars comme nous…

Où étaient ces terreurs de la planète football alors que les Suisses tournaient autour d’eux comme des Ferrari autour de Volkswagen en déroute… Après quinze minutes de match et 2 – 0 en notre faveur, on n’a plus vu personne sauf une attaque lente, impuissante, devant une défense aussi maladroite que perforée par les attaquants suisses qui s’en donnaient à cœur-joie.

J’ai rarement été aussi malheureux devant mon écran de télévision alors que mon cas reste bien banal… juste quelques larmes dans un fleuve de pleurs à la sortie des estaminets de nos villes et de nos campagnes en deuil… le Royaume s’en remettra-t-il ? Rien n’est moins sûr car, à part la famille royale, le football reste un des derniers liens qui nous unissent pour éviter l’explosion de notre minuscule état-croupion.

Les nationalistes flamands, qui n’appréciaient pas nos résultats en Russie, doivent savourer cette défaite d’hier qui diminue l’aura de ces Diables Rouges, symbole de cette union qui ferait la force d’une Belgique qu’ils détestent positivement… ‘Panem et Circenses’ disait la Rome Antique qui avait bien compris l’importance, la dimension politique, des jeux du Colysée pour endormir les citoyens romains.

Le pain, c’est le politique qui devrait le gérer alors qu’il le fait fort mal comme en témoignent toutes les récentes manifestations des ‘Gilets Jaunes’ en France et en Belgique… Quand les gueux vivent de plus en plus mal, ils descendent en masse dans la rue pour manifester leur mécontentement compréhensible… leurs élites, sourdes-muettes-aveugles, se demandent comment calmer cette intolérable chienlit avec des chiffres abscons qui ne mobilisent plus personne.

Manquer de pain quotidien devient la triste réalité pour une grande majorité de nos concitoyens alors que nos élites politiques font toujours semblant de ne pas s’en apercevoir… Pour se consoler les gueux fréquentent les établissements où coule à flots dorés la cervoise mousseuse avant de se concentrer sur les jeux qu’ils regardent dans leurs débits de boissons car le prix des places au stade dépasse largement leurs maigres moyens.

Avec un quignon de pain sec, une Cara Pils, une raclée contre les Suisses, demandez-vous quelle est l’ambiance ce lundi matin dans notre petit pays ridiculisé ? Surtout, que les bourgeois repus se taisent… C’est un fils révolté de bourgeois repu qui vous en parle… l’ambiance est exécrable… elle ne va pas s’améliorer, n’en déplaise à nos élites qui veulent croire que tout sera vite oublié, que la vie continuera comme avant… les avantages exorbitants pour eux, la misère généralisée pour les ‘gens’.

Les Diables Rouges ont un rôle social apaisant qu’il ne faudrait jamais sous-estimer… je suis persuadé que cette bérézina de dimanche laissera d’importantes traces dans les esprits… il fallait gagner ce match pour calmer la colère larvée qui gronde de partout… le football de haut niveau est un puissant antidépresseur au service des nantis pour calmer la détresse des pauvres… cessez de leur donner le pain de ce jour ou les jeux dont ils sont si friands, vous verrez que les conséquences politiques seront bien plus graves que celles que vous aviez imaginées.

Il fallait gagner ce match parce qu’il faisait rêver les Belges, parce qu’ils ont besoin de ces rêves pour calmer la grogne, la faim qui menace… Nos Diables l’ont perdu de la manière la plus lamentable… je ne leur lance pas la pierre… tout peut évidemment arriver en sport… mais je vous dis simplement que les conséquences seront bien plus lourdes pour le pays qu’il n’y paraît à première vue.

La victoire nous soude, la défaite nous divise. (VC 1.1)

Vilain Coco

Un commentaire

  1. Quand on gagne autant de fric, on essaie de ne pas se faire ridiculiser. Ce sport devient d’une un sac de noeuds …
    dirigé par des mecs qui gagnent un fric indécent, et regardé par des gens qui arrivent parfois péniblement à clôturer leur fin de mois.Les casses et la beuverie accompagnent ce sport DEMOCRATIQUE. ???? ou va-t-on ?????
    Moi je dis  » A supprimer des programmes TV, et au plus vite.

Laisser un commentaire