Les gilets jaunes

Que pense Vilain Coco de ces grands mouvements populaires, bonnets rouges ou gilets jaunes qui paralysent la France puis la Belgique depuis une bonne dizaine de jours ? Certainement une grande joie de voir les peuples descendre dans la rue pour crier leur légitime colère… Par-contre, une certaine tristesse de constater de telles mobilisations de foule pour des causes accessoires.

Avec l’âge, je deviens complètement paranoïaque… j’en viens même à me demander dans quelle mesure les gouvernements ne favorisent pas ce genre d’actions revendicatrices pour faire passer en catimini des pilules tellement plus amères… les carburants sont évidemment trop chers quand l’état prélève environ 60 % du prix affiché à la pompe… même remarque pour les cigarettes, l’électricité, les précomptes, le mazout de chauffage, la fiscalité, les contraventions, la TVA, toutes ces taxes directes ou indirectes qui viennent éponger les maigres revenus des ménages, s’ils en ont encore.

Comprenons-nous bien… le carburant est cher mais il n’est pas la principale cause du malheur des Belges… le véritable chagrin des Belges résulte d’un cocktail de facteurs négatifs qui finiront par faire exploser la marmite… un ras-le-bol compréhensible sauf pour ceux qui s’apprêtent à le canaliser, à le récupérer, à le manipuler avec quelques hochets.

Il suffit d’écouter les ‘Gilets Jaunes’ pour entendre une cacophonie de lamentations sur tous les sujets possibles et imaginables… le moins qu’on puisse en dire est que chaque Belge, chaque Français manifeste pour son ressenti personnel qui est différent de celui de ses voisins… c’est donc un total tintamarre, un ramdam inaudible, une tempête dans un verre d’eau, un tapage qui durera ce que durent les roses.

Un sujet bien plus grave, qui devrait faire l’objet d’une réaction massive des gueux en colère, est la discrète mise en route de la suppression complète de l’argent liquide au profit des seuls paiement par carte plastique de débit ou de crédit… il s’agit d’une atteinte directe à notre liberté la plus fondamentale, une mise en prison financière de chaque citoyen, une dictature de la riche oligarchie sur le prolétariat des précaires.

Cette solution finale, construite sur des procédures diaboliques, se masque à peine sous des prétextes plus fallacieux les uns que les autres… A entendre l’oligarchie, il s’agirait d’une lutte contre le blanchiment d’argent sale, le financement du terrorisme, le commerce des armes, le trafic de stupéfiants, la traite des êtres humains… on infantilise les populations sous prétexte de leur garantir une sécurité qui n’a jamais été aussi fragile, pour ne pas dire inexistante.

Pour arriver à leurs sinistres fins dictatoriales, les gouvernements ont instrumenté légalement leurs complices obligés… banquiers, notaires, huissiers, policiers, magistrats… devenus agents du fisc, délateurs de leurs clients, mouchards-cafeteurs anonymes de sombre mémoire… C’est ce complot liberticide qui devrait susciter l’ire de nos concitoyens alors qu’ils l’acceptent naïvement sans bien mesurer le grave danger qui les menace à moyen terme.

Plus moyen d’acheter une voiture, un tableau, un bijou, un costume, un article de luxe, sans exiger une facture détaillée, payée exclusivement par carte bancaire… tout le secteur Horeca a déjà été mis en coupe réglée avec une affreuse multiplication de faillites explicables… comment payer sa femme de ménage, son jardinier, un artisan indispensable, un ouvrier du dimanche, un quelconque service à domicile, sans leur réclamer une preuve du paiement ?

Suppression des pourboires au garçon de café, à la dame-pipi, à la vestiairiste, au voiturier, au concierge, à la prostituée, qui devraient tous se promener avec un lecteur de cartes pour enregistrer une trace certaine de votre infinie générosité…

Pour mener à bien cette mise-à-sac d’une économie parallèle, pourtant bien utile, il faudra bien sûr mettre en place de coûteuses administrations chargées de cette multitude de contrôles stupides, générant des montagnes de paperasses, liasses examinées par des légions d’imbéciles investis d’un pouvoir discrétionnaire dont ils ne manqueront certainement pas d’abuser à moins de se laisser corrompre par les malins qui vont s’en délecter.

Pendant ce temps-là, les vrais escrocs ont quitté la Belgique depuis plusieurs années… leurs magots sont en sécurité dans les comptes bancaires de dizaines d’autres pays, plus accueillants, tellement plus pragmatiques que cette Belgique qui fait semblant de vouloir les coincer… la minuscule Belgique ne coincera personne… je doute même qu’elle ait vraiment envie de les coincer… les méchants oiseaux de proie s’envolent au premier coup de feu tiré dans les branches… ne restent que les gentils petits moineaux qui devront apprendre à vivre en volière, en cage, en prison.

Tu exagères, Vilain Coco… ‘je n’exagère pas du tout, je suis même assez certain d’être très en-dessous de la réalité’… la dictature fiscale est en marche depuis longtemps, elle commence seulement à montrer son vrai visage fourbe… elle est despotique, omnipotente, totalitaire, fasciste… elle symbolise ouvertement l’antilibéralisme le plus exacerbé… elle liquide stupidement une économie parallèle dont l’utilité était une évidence… elle concentre un pouvoir absolu dans des administrations pléthoriques dont l’incompétence-crasse n’est plus à démontrer.

Voilà un beau sujet de révolte pour les ‘Gilets Jaunes’ au lieu de se battre inutilement pour le prix des carburants qui, de toute manière, ne cessera jamais d’augmenter… la révolte des masses mérite de grandes causes au lieu de s’essouffler sur des épiphénomènes inévitables… la force des peuples en colère ne doit pas être galvaudée… les peuples sont trop difficiles à mobiliser… il faut préserver cette puissance au seul service des causes importantes.

Je comprends parfaitement la rage des ploucs… je la partage sans la soutenir… elle se trompe simplement de cible… les vrais enjeux sont ailleurs, tellement plus dramatiques que le prix de ces carburants qui feront rapidement l’objet de maigres concessions gouvernementales.

Il vaudrait mieux réfléchir avant d’agir aussi vigoureusement. (VC 1.1)

Vilain Coco

 

 

 

Laisser un commentaire