La Belgique sans pilote

Lundi soir, au journal de 20h00 de la RTBF, tous les procureurs du Roi accompagnés de nombreux hauts-magistrats sont venus crier le désastre de la Justice Belge privée de locaux étanches, d’effectifs compétents, de matériels adaptés… les dossiers affluent pourtant à une cadence vertigineuse pour être stockés dans des greniers branlants dont les planchers, bouffés par la mérule, menacent de céder à tous moments.

Inutile de vous préciser que Vilain Coco se marre comme une patate devant une telle évidence qui aurait complètement échappé à quelques ministres successifs, lesquels n’en ont d’ailleurs très exactement plus rien à cirer depuis que deux agitées du bocage, Laurette et Joëlle, ont assumé ces hautes responsabilités ministérielles.

Vous m’accorderez que devoir rendre, ou administrer, la justice en craignant de se ramasser un morceau de plafond sur le crâne pendant que vos dossiers prennent l’eau en goutte à goutte, voilà qui ne favorise pas le travail serein d’un service public de cette importance… on n’insistera jamais assez sur le vieux credo… Dame Justice doit être considérée comme le solide pilier de notre immense démocratie… on n’a jamais dit qu’il fallait un casque, une armure et un K-way pour défendre la démocratie.

A en juger par l’état de délabrement de nos Monuments de Justice, certains ‘gilets jaunes’, extrémistes de tous bords, commencent à se poser de sérieuses questions… Plus grand que la Basilique Saint-Pierre du Vatican, plus grand palais de justice du monde, cet édifice de Joseph Poelaert que la planète nous envie n’était-il pas finalement un cadeau empoisonné de notre grand Roi barbu, Léopold II, dont la mégalomanie n’avait d’égale que sa colossale fortune africaine.

Bref, 26.000 m2 de locaux inutilisables, en chantiers depuis les années 1980 sans le moindre espoir d’en finir avant 2040… une véritable aubaine, une rente de situation pour le loueur d’échafaudages qui remplace régulièrement, aux frais du justiciable, les éléments rouillés par les intempéries.

Tout le monde en a marre, y compris l’actuel Ministre de la Justice, en charge de la patate chaude, obligé de nous abreuver des billevesées classiques dont ces brillants intellectuels ne sont jamais à cours d’inspiration… L’ennui pour Koen Geens reste qu’il n’y a pas que cet édifice monumental qui menace ruines… Liège, Namur, Mons, Charleroi, partout ailleurs, ce sont des centaines de bâtiments publics qui s’écroulent inexorablement sans le moindre budget disponible pour restaurer ces trésors inestimables.

Alors, en avant pour les enquêtes, les études, les expertises, les recherches, les investigations, les réunions au sommet, pour débloquer une situation catastrophique dans les plus brefs délais… une bonne dizaine d’années au mieux, de la paperasse à gogo, des palabres sans fins.

On trouve des milliards pour acheter des avions de chasse américains, pour renflouer des banques en faillite virtuelle, pour payer grassement des bataillons d’incapables au service de la particratie, même pour construire une passerelle animalière sur le grand ring de Bruxelles… mais il n’y a pas une tune disponible pour que la Belgique fonctionne simplement correctement.

Quand je vois notre Premier Ministre risquer une grave crise gouvernementale pour aller signer à Marrakech un pacte migratoire ‘non contraignant’ pour radoter que… ‘La Belgique sera du bon côté de l’Histoire’… alors qu’elle n’a jamais été que du plus mauvais côté de l’Histoire, alors qu’il ne s’agit en réalité que de protéger le siège de membre non-permanent au Conseil de Sécurité de l’Onu, un siège qui nous coûterait déjà la babiole de 476.000.000 d’euros.

Et d’ajouter, avec des accents Churchillien… ‘Je me tiens devant vous debout, droit et fier malgré la crise dans mon grand pays’… On en pleurerait presque tellement c’était beau de la part d’un Premier Ministre qui espère surtout se débarrasser discrètement de son petit camarade gênant, Didier Reynders, en l’envoyant volontiers dans la stratosphère de la grande politique internationale.

Un siège à l’ONU pour le génie du Sart-Tilman vaut bien cette grand-messe de Marrakech, un mauvais vaudeville international de distingués seigneurs en costumes trois pièces qui ne règlent jamais rien sauf les factures délirantes de leurs luxueux déplacements continuels avec l’argent de bouseux reconnaissants.

Une société quelconque gérée comme la Belgique n’aurait jamais dépassé le cap de l’année d’existence après sa date de constitution… la faillite simple en serait encore la finale la plus élégante pour éviter les condamnations de faillite frauduleuse, escroqueries, abus de biens sociaux, détournements d’actifs, faux et usage de faux, association de malfaiteurs.

Pendant que Charles Michel se fout carrément de nous à Marrakech, le Petit Marquis Poudré tentait lundi soir de calmer sa guerre civile en France… Je n’en croyais pas mes oreilles… 100 euros cash aux smicards, des heures supplémentaires détaxées, des primes potentielles, brutes pour nettes, payées par un patronat toujours bienveillant, une armée européenne, un nouveau contrat social, quelques hochets dont je n’ai compris ni le sens, ni la consistance.

Les bourgeois sont rassurés… avec de telles avancées sociales, les sans-dents, en juste colère, vont certainement rentrer dans leurs masures pourries… Une fois encore, on sentait la sincérité chez cet homme simple venu de nulle part, son réel besoin de sortir son peuple de la misère, ce charisme du banquier chaleureux qui sait tendre la main aux petits épargnants en difficultés passagères… ‘Tenez, brave homme, voilà cent balles et que je ne vous y reprenne plus.’

Ils n’y ont jamais rien compris, ils n’y comprendront jamais rien… la suite ne manquera donc pas d’être croustillante puisque les bobos-aristos imaginent se tirer des flûtes en faisant l’aumône aux prolos… ils seront bientôt ensevelis sous les décombres de leurs palais éphémères comme les robins belges sous les gravats de leurs Palais de Justice dont celui de Joseph Poelaert reste notre superbe fleuron national.

Pauvre Belgique dans un avion sans pilotes. (VC 1.1)

Vilain Coco

Laisser un commentaire