Prison de haute sécurité

par Jean-Claude Logé

Au fond, le meilleur moyen de garantir la sécurité d’un terroriste sanguinaire, d’un assassin crapuleux, d’un pédophile multirécidiviste reste bien de l’enfermer en prison… Seuls, dans les cellules d’un QHS, Quartier de Haute Sécurité, ces criminels ne risquent pas grand-chose à part la lourde condamnation que risque probablement de leur infliger, dans quelques années, une quelconque Cour d’Assises après une enquête minutieuse, méticuleuse, affreusement coûteuse, d’un Parquet submergé de dossiers sensibles.

Laisser en liberté un Marc Dutroux, un Michel Fourniret, un Salah Abdeslam, un Mehdi Nemmouche dont le procès vient de s’ouvrir à Bruxelles, conduirait immanquablement, à un assassinat illégal rapidement organisé par les proches parents ou les amis de leurs victimes innocentes…

Par-contre, quand les Forces Spéciales du GIGN abattent froidement les frères Kouachi, responsables de l’attaque contre Charlie Hebdo, ou Amedy Coulibaly devant le magasin Hyper-Casher de Vincennes, il s’agit alors pour la loi d’un acte de légitime défense qui ne suscite, à juste titre, pas la moindre objection du grand public… ce ne sont finalement que des économies de frais délirants de procédures absurdes, très démocratiques, pour débattre sans fins de l’étonnante flexibilité des queues de vaches.

Le procès qui s’annonce cette semaine ne manquera pas de piquant, la défense du voyou étant assurée par trois robins dont on se demande encore qui peut bien les payer… je connais bien l’un d’entre eux, Maître Sébastien Courtoy, qui loue depuis plusieurs années une petite villa que j’avais achetée à Waterloo pour abriter les amours coupables de mon fils aîné.

Dix ans plus tard, ces ébats amoureux s’étant révélées fort productifs, Philippe Logé avait alors déménagé sa nombreuse progéniture dans une grosse villa de ‘Lasne la Verte Campagnarde’, sur un terrain de plus d’un hectare, le tout au frais d’un papa généreux à qui Philippe Logé ne témoigne plus aujourd’hui que sa malhonnêteté, son hypocrisie, sa profonde ingratitude, imitée en cela par l’ensemble de son adorable famille nucléaire.

Sébastien Courtoy est un quinquagénaire agréable, même un original assez amusant… Il ne plaide que pour de curieux personnages radicalisés qui lui assurent visiblement un train de vie particulièrement confortable… j’ai eu plusieurs fois l’occasion de prendre l’apéritif avec le gaillard quand il daignait, très épisodiquement, venir nous payer son modeste loyer, toujours réglé en belles liasses de billets usagés…

Maître Sébastien Courtoy ignore visiblement ce qu’est un compte en banque, un virement bancaire de compte à compte, voire même l’existence de chèque certifié qui lui permettrait de régler ses arriérés habituels de deux à trois mois de loyers… je ne peux pas lui donner tort sur ce point précis… au moins, lui, il protège sa vie privée.

Attention, je n’ai pas dit que Sébastien Courtoy ne payait pas son loyer… je dis simplement qu’il le payait quand bon lui semblait et toujours en gros biffetons sortis de je ne sais où… Mon ex-épouse et moi-même n’avions nulle envie de le questionner sur l’origine de ses fonds que nous lui blanchissions ensuite allègrement dans nos dépenses de ménage…

Je me marre comme une patate quand j’entends Sébastien Courtoy, parangon des vertus outragées, clamer dans la Dernière Heure la parfaite innocence de son client Medhi Nemmouche dont il prépare soigneusement la défense, 18 heures par jour dans le salon de ma riante villa de Waterloo… et ce depuis des mois… cela va faire une solide ardoise d’honoraires…

A noter que les honoraires classiques de ces ténors du barreau sont rarement inférieurs à 200 euros/heure, soit en l’occurrence 3.600 euros pour une journée de 18 heures, donc environ 75.000 euros par mois… j’aimerais savoir qui va payer ces honoraires faramineux et quel est le montant de la dernière déclaration d’impôts de cet avocat pénaliste prêt à soutenir en conscience que le blanc est noir, que le noir est rouge comme le sang des victimes innocentes assassinées par la racaille qu’il défend avec talent.

A noter en plus que ce charmant client, Mehdi Nemmouche, ne se contente pas d’un seul avocat… il lui en faut déjà trois pour examiner la bagatelle de 50.000 pages d’un dossier volumineux qui, d’après Sébastien Courtoy, présenterait au moins une bonne trentaine d’anomalies ‘gigantesques’… lesquelles anomalies gigantesques lui permettront de clamer l’évidente innocence de son jeune chérubin maghrébin qu’il espère pouvoir faire acquitter.

Une fois encore, les innocents devront donc subir la torture collatérale de cette immonde comédie judiciaire tandis que les avocats mettront tout en œuvre pour remettre les coupables en liberté… sous des cieux plus exotiques… Voilà bien l’aboutissement de la démocratie molle vouée à disparaître dans la mesure où elle est incapable de défendre sérieusement ses acquis… Ces avocats-marrons qui utilisent les moindres failles de notre système pour mieux le détruire, tout en le ridiculisant, sont juste indignes de porter cette robe honorifique qu’ils traînent dans la boue de leurs infects intérêts financiers.

Ma seule lamentable consolation dans cette affaire Nemmouche sera d’imaginer mon ex-épouse Haas, et notre fils aîné, toucher leurs arriérés de loyers payés par Sébastien Courtoy en bons gros biffetons provenant de l’argent du crime de leurs frères juifs assassinés au Musée de la rue des Minimes… Ne comptez pas sur ma délicieuse famille Logé-Haas pour en nourrir le moindre remord quand ils se gaveront de belles victuailles et bonnes vinasses dans les meilleurs établissements de notre riche banlieue bruxelloise.

Nemmouche, éventuellement acquitté, devrait solliciter la faveur de résider dans une prison sécurisée pour échapper aux agents du Mossad Israélien qui doivent certainement surveiller ce jeune gaillard de fort près… Comme chacun sait, les agents du Mossad sont armés du fameux pistolet-mitrailleur-automatique Uzi… On échappe rarement à un tir Uzi, cadencé à 600 coups/minute, qui assure une vision autrement plus dynamique d’une démocratie au prisme d’Israël.

La sécurité que la prison fournit aux crapules me fait penser à cette horrible sécurité que les Etats dits Démocratiques veulent dorénavant offrir à tous leurs concitoyens en multipliant les lois d’interdictions imbéciles, en décuplant les contrôles exercés par leurs complices obligés, en encourageant les délations anonymes…

Quand nous n’aurons plus d’argent liquide, quand des millions de caméras surveilleront chacun de nos faits et gestes, quand chaque interlocuteur potentiel sera devenu un espion à la solde de Big Brother, quand nous serons dénoncés par notre notaire, notre banquier, notre agent de quartier, notre ordinateur, notre téléphone, notre voiture, notre médecin, notre avocat, notre technicienne de surface, notre concierge…

Quand toute l’économie souterraine aura été neutralisée, anéantie, donc disparue… Notre ancien paradis perdu ne sera plus qu’une vaste prison hautement sécurisée… un QHS dont personne n’aura plus la possibilité de s’enfuir… vers des cieux plus cléments.

Big Data a rencontré Big Brother pour nous conduire au QHS. (VC 1.1)

Vilain Coco

2 commentaires
0

Related Posts

2 commentaires

A... 16 janvier 2019 - 16 h 15 min

S. Courtoy : “Que des emmerdes ! Le procès me coûte de l’argent. Je ne lui ai pas demandé d’honoraires. Et le pro deo c’est trop de paperasse. Je ne le demande pas parce que j’estime que l’État est coupable d’avoir mis un innocent en prison et que je n’ai pas besoin de l’aumône. Ils peuvent les garder pour rénover les cabinets des ministres.” Dhnet.be

Répondre
Jean-Claude Logé 16 janvier 2019 - 23 h 23 min

Sébastien… c’est quand même un joli coup de pub… On en reparlera plus tard… inutile de me prendre pour un abruti… je sais ce que je dis et tu le sais mieux que n’importe qui… bonne chance à toi pour défendre ce voyou…. JCL

Répondre

Laissez un Commentaire

Le Blog de Jean-Claude Logé