Bilions of dollars

par Jean-Claude Logé

Des chiffres qui donnent le tournis dans le dernier ouvrage de Georges Ugeux… ‘La Descente aux enfers de la finance’… On n’y parle plus en millions de dollars, même plus en milliards, mais en billions de dollars, la nouvelle unité de mesure utilisée par ces personnalités qui se penchent sur le futur de notre système financier mondial.

Lorsque Léopold Lippens, l’excellent bourgmestre de Knokke, nous disait que…’Pour un million, tu n’as plus rien’… tout le monde le brocardait alors, qu’après avoir lu Ugeux, je commence à penser que Léopold avait parfaitement raison… ce n’est en tout cas pas son frère, Maurice, qui soutiendrait le contraire après la raclée infligée à des milliers de Belges qui investissaient en Fortis Banque leurs modestes économies, un placement défensif du bon père de famille qui privilégiait la totale sécurité du patrimoine jusqu’à la débandade de 2007-2008.

Dix ans plus tard, on pourrait penser que toutes les mesures régulatrices ont été prises pour éviter une nouvelle catastrophe bancaire… C’est en tout cas ce que pense la majorité des citoyens qui déposent leur bon argent dans les banques, soi-disant assainies… Elles ont aujourd’hui pignon sur rue après avoir été rebaptisée… Fortis Banque est devenue BNP-Paribas-Fortis… Dexia est devenue Belfius… la faillite de Lehman Brothers a été récupérée par Barclays… Merril Lynch a été absorbée par Bank of America… Citibank est devenue Beobank.

C’est le Vlaamse Blok devenu le Vlaams Belang, le Front National devenu le Rassemblement National… On prend les mêmes et on recommence sous un autre nom, ce qui ne manque pas de sens puisqu’il n’est pas possible de recréer de telles organisations du jour au lendemain en partant de zéro…

Mais, en parlant de zéros, penchons-nous un peu sur eux tant ils sont importants pour la finance internationale…

• Six zéros sont un million de dollars… 1.000.000
• Neuf zéros sont un milliard de dollars… 1.000.000.000
• Douze zéros sont un billion de dollars… 1.000.000.000.000

Attention, le ‘Billion’ américain est un ‘Trillon’ pour les Anglais qui refusent de faire tout comme tout le monde… Ils n’acceptent ce concept de ‘Billion’ que du bout des lèvres pour discuter avec ceux qu’ils considèrent comme des ploucs américains… Vous n’allez tout de même pas comparer Wall Street avec la City de Londres…

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Si la perfide Albion n’est déjà pas d’accord sur la définition d’un chiffre, on peut se demander comment elle trouverait un accord sur les équations complexes d’un potentiel Brexit… Discuter avec un Anglais revient à discuter avec une borne d’autoroute… Le Général de Gaulle nous en avait bien prévenus après avoir supporté les sournoiseries de ses alliés anglo-saxons.

Bref, si vous me suivez toujours, vous allez comprendre le drame qui se prépare d’après Georges Ugeux… En fait la situation de 2007-2008 ne s’est nullement améliorée, elle se serait même aggravée dans des proportions phénoménales… On est simplement montés d’un étage… En 2007-2008, c’étaient les banques, les caisses hypothécaires, les assureurs qui posaient problème… En 2019-2020, ce sont les trois grandes banques centrales qui menacent d’exploser.

La Federal Reserve américaine (FED), la Banque Centrale Européenne (BCE), la Banque du Japon (BJ), se sont lancées depuis 2010 dans de vastes opérations d’augmentation de la liquidité… ‘Quantitative easing’… en rachetant aux banques des milliards de dettes souveraines… ‘Emprunts d’Etats’… qu’elles détenaient en portefeuille… Le danger n’est donc plus tellement dans les banques mais bien dans la capacité des pays de rembourser ce qu’ils empruntent à tour de bras pour financer leurs économies, leurs administrations, leurs dépenses publiques…

Les planches à billets tournent à pleins régimes dans un infernal ‘Triangle des Bermudes’ dont les trois acteurs… Banques – Banques Centrales – Etats… se tiennent par la barbichette en priant le ciel que rien ne dérape… Les Banques financent les Etats en refinançant leurs créances auprès de leurs Banques Centrales qui réinjectent de la liquidité dans les Banques… les ‘Billions’ tournent en circuit fermé mais le cercle est loin d’être vertueux.

En mai 2018, la dette publique mondiale s’élevait à 63 billions de dollars, 63.000.000.000.000, alors qu’elle n’était que de 31.000.000.000.000 en 2008… L’Amérique et l’Europe représentent chacune un tiers de cette dette colossale qui équivaut à 100 % de leurs PIB, ‘Produit Intérieur Brut’… A noter que la dette japonaise équivaut à 250 % de son PIB, la dette chinoise à 200 % de son PIB.

Après la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande, c’est l’Italie qui pourrait bien être le caillou dans la chaussure européenne … Une défaillance italienne serait autrement plus grave que celle de la Grèce en 2010-2011… l’Italie c’est une dette de 2.300.000.000.000, donc 2,3 billions d’euros, sept à huit fois plus élevée que la dette souveraine de la Grèce à l’époque de sa crise dramatique… Notre cher Mario Draghi, ancien Gouverneur de la Banque d’Italie, actuel Président de la BCE, ne serait pas étranger à la générosité de notre Banque Centrale Européenne à l’égard de son Italie natale.

Bref, les Etats Européens sont endettés jusqu’au-dessus des oreilles… La moindre augmentation des taux, tenus artificiellement bas par ces mêmes banques centrales, pourrait causer un véritable ‘Tsunami financier’ doublé d’une récession économique plus catastrophique que toutes celles vécues ces dernières années.

Autant vous l’avouer, le bouquin de Georges Ugeux est passablement emmerdant… Ce n’est pas un roman mais la chronique d’un vécu depuis 2010 avec une mine d’or d’informations utiles… On a un peu l’impression d’étudier le syllabus du brillant professeur d’économie à la Columbia Université de New-York…

Un livre qui me rappelle nos cours de macro-économie à L’UCL avec Léon Dupriez, Fernand Juckler ou encore celui d’économie pure de Paul Rousseau… Entre étudiants rigolards, nous nous racontions que ces professeurs savaient tout mais qu’ils ne nous expliquaient rien… Il fallait sérieusement s’accrocher pour ne pas être ridicule à l’examen.

Le bouquin de Georges Ugeux est tout aussi rébarbatif qu’un syllabus de Dupriez ou Rousseau mais la ligne de pensée est infiniment plus compréhensible, complétée par les avis autorisés de Jean-Claude Trichet, prédécesseur de Mario Draghi à la présidence de la BCE… Un livre de chevet, à lire – relire – consulter – ruminer, pour lecteurs curieux, même courageux, qui voudraient absolument comprendre l’exercice d’équilibre instable de ces grands argentiers aux prises avec une équation impossible qui semble condamnée à l’explosion en 2019-2020.

Un tsunami prévisible sur une mer déjà fort agitée. (VC 1.1)

Vilain Coco

0 commentaire
0

Related Posts

Laissez un Commentaire

Le Blog de Jean-Claude Logé