Le livre censuré !

« La justice des hommes est passée, solennelle, pour réduire au silence un innocent qui voulait hurler son dernier cri de rage… la règle d’or sera donc provisoirement respectée… ‘Baise mon cul, ferme ta grande gueule’… Que les coupables savourent leur triomphe arrogant… je retourne à mes travaux avec une ardeur décuplée par le martyr qu’il me faut bien subir… boire le calice jusqu’à la lie n’est qu’une question d’habitude… or, il se fait que j’en ai une longue habitude, même une forme de jouissance de l’habitude. »

 

FACEBOOK, le 22 juillet 2017

Impensable, me direz-vous… vous seriez bien étonnés… il faut craindre l’impensable que notre système grotesque permet trop souvent de matérialiser… ‘On leur disait que c’était impossible, alors ils l’ont fait’… cette petite phrase, qui fut souvent la mienne, fonctionne dans les deux sens… elle devrait vous convaincre que personne n’est jamais à l’abri de rien… relisez Kafka pour vous en persuader.

La semaine prochaine sera consacrée à de nombreuses réunions pour examiner les conséquences d’un jugement inique qui me condamne au silence alors que je croyais vivre dans un état de droit qui défendait la liberté d’expression… elle est bien ténue cette liberté d’expression si on ne peut plus rien dire… un escroc n’est plus un escroc… un criminel n’est plus un criminel… un pédophile n’est pas un pédophile… un con n’est plus un con… un juif n’est pas un juif… un musulman n’est pas un musulman.

Ma liberté d’expression n’est donc en définitive que celle de me taire tant que la justice de Groland ne m’aurait pas expressément autorisé à hurler ce qui n’est en fait que la plus stricte vérité… il n’y a donc plus de vérité sauf celle qui serait acceptée, jugée, signifiée comme telle par de respectables robins en uniformes de carnaval, gardiens de la seule vérité promulguée selon des textes abscons auxquels personne ne comprend rien à moins d’y avoir été longuement initié.

 

L’Echo 22/07/2017
Bruzz.be 20/07/2017
La DH 04/07/2017
La Capitale 09/06/2017